Les Paresseux Curieux

Voir le monde à 270 degrès

Activités sur l’Ile de Ré : partez à la rencontre des artisans Rétais
Destinations, Europe, France

Activités sur l’Ile de Ré : partez à la rencontre des artisans Rétais

Nouveau visiteur (venu d’ailleurs) ou habitué de l’ile ? Découvrez, au travers de ce reportage, des activités pour explorer l’ile de Ré autrement. Nous sommes partis à la rencontre d’artisans locaux qui travaillent, chaque jour, les produits du terroir Rétais. Dans cet article, c’est leur histoire que l’on raconte. L’ile de Ré, ce n’est pas seulement des plages et des pistes cyclables, c’est surtout des gens, une identité forte et des aventures à vivre. Les Paresseux vous emmènent sur leur porte-bagage, c’est parti !

nature
Nature
Monuments à visiter
Histoire
Plage

De l’âne en culotte à la savonnerie : un peu de douceur pour ces deux activités sur l’ile de Ré

🐴 Faire connaissance avec la famille Léau et leur élevage : l’activité poilue à faire sur l’ile de Ré.

Vous avez franchi le pont et arrivez enfin à Saint-Martin-De-Ré. De drôles de tâches sur la pelouse en contrebas des remparts. Approchez vous donc (mais pas trop près) ! Un petit âne rasta vous regarde, pas chamboulé du tout de rencontrer un être humain. Plus tard dans la journée, après une bonne glace, vous passez devant une affiche “Les ânes en culotte” et vous revoilà nez à nez avec cet équidé. Cette fois-ci il porte une tenue étrange, avec des carreaux..

Est-ce-que vous commencez à vous poser des questions, petits curieux ?

L’âne, un animal historique sur l’ile de Ré

Avant l’arrivée des machines agricoles, les ânes accompagnaient les Rétais dans leurs travaux quotidiens comme le ramassage du varechs ou du sel.

Comme vous le constaterez pendant vos traversées à vélo, une grande partie de l’ile est marécageuse. Les pauvres bêtes étaient donc constamment attaquées par les moustiques et autres insectes des marais. Pour les protéger, les Rétaises ont eu l’idée de leur fabriquer des culottes. Ce n’est donc pas par plaisir que les ânes sont endimanchés, ce sont leurs habits de travail ! Aussi, la  légende raconte que c’est en prenant une chemise de son mari qu’une Rétaise a réalisé la première culotte. On les appelle aussi les “guenilloux”.

Petit à petit, les machines ont remplacé les ânes. Ils ont failli disparaître du paysage mais ça, c’était sans compter sur André Léau !

L’élevage de la famille Léau

Revenons sur les débuts de cette aventure culottée !

André Léau, c’est le grand-père de Jeremiah, que nous avons rencontré à Saint Martin. En 1985, il décida de commencer un élevage d’ânes pour faire perdurer la tradition. L’aventure commence donc avec 4 ânes. Il travaille avec les écoles et ce sont les petits rétais qui dessinent et fabriquent les culottes à carreaux. L’habit vichy rencontre un succès terrible et c’est ainsi que l’âne en culotte devient un nouveau symbole de l’ile. 

Devant le succés des ânes auprès des plus jeunes, André Léau décide de commencer les balades à dos d’ânes. Il s’installe à Saint Martin De Ré, au parc de la Barbette. 

En plus d’avoir sauvé un des symboles de l’ile de Ré, André, puis son fils Régis et maintenant Jeremiah, ont aussi permis à une race d’âne de perdurer. Vous vous rappelez des ânes à dreadlocks ? Ce n’est pas des ânes négligés non non, ce sont des baudets du Poitou. Ils ont failli disparaître dans les années 80 (on n’en comptait plus que 44 sur toute la France). Grâce à des âsineries comme celle ci, ces petits équidés qui auraient pu joué dans rasta rocket n’ont pas disparus ! L’élevage en compte aujourd’hui 30 sur les 300 spécimens encore vivants.

Les petites bêtes sont devenues des champions

Dans les années 2000, Régis Léau va accueillir un petit champion : Marlou de Ré, qui remporte les nationaux des Baudets du Poitou ! En 2013, c’est la consécration et l’élevage remporte le prix Suzanne Auger (c’est un peu la ligue des champions des ânes si vous voyez ce que je veux dire). 

A l’heure où je vous parle, l’élevage compte plus de 80 ânes, de races différentes. Ils pâturent autour des remparts de Saint Martin, en partenariat avec le ministère de la justice à qui appartiennent ces terres.

A la recherche d’une activité sur l’ile de Ré pour vos enfants ? Faites une balade à dos d’âne ! Rendez-vous  à Saint Martin, au Parc de la Barbette. La balade coûte 3€ et ils sont là quotidiennement en été.

Petites peluches et savons : les nes en culotte se commercialisent

La marque “Âne en culotte” est déposée à l’INPI. Cependant la situation est tout de même délicate. En effet, l’âne en culotte appartient au domaine public et de nombreuses entreprises utilisent son image tout autour de l’ile.. Certaines vont même jusqu’à créer la confusion auprès du consommateur. Ils sous-entendent un lien, inexistant, entre leurs produits et l’élevage de la famille Léau, sans qui cet âne en culotte aurait disparu.

Par exemple,  le lait des ânesses est utilisé pour réaliser des cosmétiques et savons dans le cadre d’un partenariat exclusif avec la savonnerie de Loix. Mais de nombreuses boutiques disent vendre du savon au lait d’ânesse, en y apposant l’image de l’âne en culotte… Il y a anguille sous roche !

Attention donc lors de l’achat d’un produit lié à l’âne de Ré, essayez d’acheter le bon produit, lié à l’élevage de Régis pour soutenir son initiative. Il y a une boutique en ligne et le logo Âne en culotte vous permettra d’identifier si le produit est en lien avec l’élevage ou non 🙂 

🧼 Découvrir les secrets de fabrication du savon au lait d'ânesse en visitant la Savonnerie de Loix

Après avoir rencontré les ânes de la famille Léau, vous mourrez peut-être d’envie d’être doux comme eux. Si c’est le cas, direction la Savonnerie Loix et Savons. C’est la seule qui fabrique des savons à base de lait d’ânesse frais de l’ile de Ré.

Des histoires humaines avant tout

Loix et Savons c’est une fabrique qui a des histoires à raconter. Et les histoires, vous savez qu’on aime ça ! 

D’une part, c’est une histoire familiale. Jean-Pierre et Marie-Paule Paullet viennent régulièrement sur l’ile de Ré. En 2014, ils apprennent que la savonnerie de Loix cherche un repreneur. Lui, sait manager des équipe, Elle, est parfumeur de formation, ils se lancent dans l’aventure. 

La savonnerie est gérée en famille, avec leurs deux filles. Charlotte s’occupe de la communication et Marie-Julie de la fabrication des savons. Nous avons aussi échangé avec Antoine, dans l’entreprise depuis 3 ans, qui la connaît sur le bout des doigts, ainsi qu’avec Delphine, qui raconte son histoire comme si c’était celle de Napoléon (non j’exagère mais c’est prenant croyez moi). 

D’autre part, la savonnerie de Loix cherche à raconter une histoire locale au travers de sa production. Elle travaille par exemple avec : 

Une histoire locale, avec plusieurs acteurs (si c’est pas chouette ça) et comme personnage principal : le savon !

Mais alors, pourquoi le lait d'ânesse ?

Vous, petits paresseux curieux, vous demandez pourquoi est ce qu’on fait tout un foin du lait d’ânesse. Pourquoi ne pas faire des savons au lait de paresseux ?

Cléopâtre prenait des bains de lait d’ânesse pour rester jeune et belle. La légende raconte qu’elle avait un troupeau de plus de 700 bêtes pour pouvoir se baigner assez souvent. On vous laisse avec cette phrase de Pline l’Ancien qui parle d’elle même.

On croit que le lait d’ânesse efface les rides du visage, rend la peau plus délicate et en entretient la blancheur. 

Pour compléter les propos du vieux sage, le lait d’ânesse a une composition très proche du lait maternel, étant doté des mêmes particularités hydratantes, pour bébés et adultes. Il peut aussi être très utile pour lutter contre les problèmes de peau comme l’eczéma et le psoriasis. Pourquoi ? Ce lait est riche en vitamines et très peu gras. Il pénètre donc facilement dans la peau. 

Attention, pour profiter de tous les bienfaits, il faut utiliser un savon à base de lait frais et non pas de lait lyophilisé. La savonnerie de Loix travaille donc en flux tendu dès qu’il y a un arrivage de lait.

Faites attention à bien vous renseigner sur la provenance de votre lait d’ânesse. Si il y a plus de 10% de lait, ce dernier est sûrement en poudre. En effet, la saponification n’est pas possible si on introduit trop de produit frais.

Visiter la fabrique de savon à Loix : ludique et douce, une activité à faire sur l’ile de Ré avec les enfants.

Nous avons pu assister à la visite de la savonnerie, racontée par Delphine avec le grand public d’abord.

Le savon brut, le lait frais, et les autres ingrédients sont mélangés dans une immense machine. Des petits copeaux se forment ensuite, pour former un boudin. Puis, il est coupé à la main puis tamponné avec le logo. Enfin, le savon doit sécher pendant 1 mois. 

Petite parenthèse sur le logo, c’est celui de l’élevage de Régis Léau, que l’on a vu au dessus. La savonnerie lui verse donc une mensualité pour pouvoir l’utiliser. 

Séduits par la démarche artisanale de la fabrication, on s’est dit que cela devait être bien dur quand il faisait chaud… Aussi, les enfants étaient mis à contribution par Delphine, ce qui nous a valu des éclats de rire. C’était vraiment une visite sympathique et familiale, à l’image de l’entreprise 🙂. 

En plus des savons au lait d’ânesse, la savonnerie fabrique donc aussi des savons végétaux, au miel, aux algues de l’ile, à l’huile d’olive.. et tout ça, à Loix ! Chaque ingrédient a son utilité pour le corps. Enfin, ils ont lancé récemment une marque de cosmétiques, CosmétoRé. On recommande la crème pour les mains et le shampoing solide (enfin un qui mousse).

Envie d’acheter du savon ? Vous pouvez l’acheter en ligne ou alors en boutique à Loix, Saint Clément des baleines ou Saint Martin de Ré. Pour authentifier le savon, c’est le logo de l’âne en culotte ou le code postal de la savonnerie.

Promenade le long du Fiers d’Ars, deux activités pour découvrir les marais de l’ile de Ré

Impossible de louper les marais salants si vous prenez la direction du Phare des Baleines. Changez de vitesse pour admirer le paysage lorsque vous longerez le Martray en pédalant dans les salins. Vous avancerez contre un vent de face à l’aller comme au retour (paradoxal non ?). Sachez cependant que ces marais ne sont pas naturels, mais façonnés par la main de l’homme. Sans cette intervention, ces terres vaseuses seraient à l’état de friches et la faune et flore bien moins riches : un bel équilibre.

🦪 L’ostréiculture : en apprendre plus sur cette activité gastronomique de l’ile de Ré en visitant la Ferme des Baleine

Manger des huîtres dans une guinguette face à la mer, c’est vraiment une activité dont on ne lasse pas sur l’ile de Ré. On vous en a déjà parlé dans nos incontournables sur l’ile de ré ici. Chaque année c’est entre 6 000 et 8 000 tonnes d’huîtres qui sortent des parcs ostréicoles (3% de la production nationale). 

L’amateur de pêche à pieds se donnera du mal pour en trouver dans le Fiers d’Ars. L’éclairé pourra directement se servir sur les bords de piste cyclable en direct producteur. Mais vous êtes-vous demandé ce qui se cache derrière cette belle coquille ? Et bien c’est une belle visite qui vous attend à la Ferme des baleines.

Producteur et Reponsable

Qui a dit que les marais n’étaient fait que pour produire du sel ? La Ferme des Baleines est un producteur d’huîtres et de végétaux de la mer. Quelle est la particularité de ce producteur ? Un processus complètement naturel et en harmonie avec le merroir (mer et terroir). Nous avons assisté à une de leur visite. C’est Mawin, un des 5 employés, qui nous a guidé dans la formidable aventure de la vie d’une huître. Accrochez-vous (comme l’huître à son rocher) !

Connaissez-vous la différence entre une huître naturelle et une huître classique ?

A priori, il n’y a aucune distinction visuelle ou gustative entre une huître naturelle et une huître “classique”. Les deux grandissent de la même manière et dans les mêmes conditions. Mais alors quelle est la différence ? 

Pour répondre à cette question, il faut s’attarder un peu sur la reproduction des huîtres. Une huître est hermaphrodite. Elle change de sexe tous les ans environ. L’huître creuse, que nous consommons en majorité, expulse des oeufs qui seront fécondés par des gamètes mâles au grès des courants. Pendant cette phase de reproduction entre Juin et Juillet, l’huître est alors laiteuse. Le mois suivant elle s’amaigrit et finit par être consommable sans ce côté laiteux en Septembre. L’huître naturelle est donc laiteuse pendant la saison touristique…

Comme les touristes n’apprécient pas trop les huîtres laiteuses, 90% des huîtres sur le marché sont des triploïdes pour contenter leur appétit estival. Par un ajout de chromosome dans leur ADN, elles sont stériles et donc consommables toute l’année, sans être laiteuses.

Biographie d'une huître

Bébé huître

Comme vous l’aurez compris, à la ferme des baleines c’est bien des huîtres non stériles qui sont élevées dans les marais. Chaque année, on leur envoie des naissains de près de 200 000 bébés huîtres naturelles dont il va falloir s’occuper !

Fun Fact : La majorité des huîtres que nous mangeons proviennent d’une souche Japonaise. En effet, les souches Bretonne et Portugaise n’ont pas survécu à l’hécatombe due à une maladie dans les années 60 puis 80. Cela fait déjà beaucoup de générations qu’elles sont sur le territoire, est-ce qu’on ne leur donnerait pas la nationalité française à ces petite huîtres ? 🤔

Les huîtres à la garderie

Aussi grandes qu’un grain de sable, les huîtres sont placées en nurserie dans une eau salée riche en algues. Elles grandissent jusqu’à 5% de leur taille par jour ! Si on s’approche un petit peu trop près, les huîtres réagissent et contractent leur muscle pour se fermer. Allez on arrête de les embêter.

La crise d'ado

Après entre 6 mois et 1 an dans le pédiluve, il est temps de passer au grand bassin de pré-grossissement de 4 mètres de fond ! Une étape importante dans la vie d’une huître car c’est à ce moment qu’elles vont se développer de 3 à 5mm par semaine. La ferme des baleines les placent dans des lanternes. De cette manière l’huître va… ALERTE SPOIL ! On vient de nous dire dans l’oreillette qu’on en a déjà trop dit. Le reste des explications c’est la ferme des baleines qui s’en chargera lorsque vous irez leur rendre visite 😉

L'heure du verdict

A ce stade de leur vie, le goût des huîtres va s’affiner par un passage dans les clercs. Les mannes sont directement déposés dans les marais à faible hauteur d’eau pour s’affiner.

Quelques mois après leur passage en clercs, il est temps de voir le résultat de 2 ans de travail. L’écosystème de la ferme des baleines a pris du temps avant d’arriver à cet équilibre (RIP les dorades). Nous avons énormément apprécié leur démarche qui tend vers l’autosuffisance et le respect de leur précieux merroir. Le prix est un peu plus élevé mais la qualité l’est encore plus. Ce sont des huîtres fournies, agréables et fines en bouche. Une saveur qui traduit l’attention et le travail fourni par l’équipe de la ferme des baleines. Un chouette moment en leur compagnie, on les remercie de nous avoir consacré du temps

Les végétaux de la mer

Après notre heure de visite avec Mawin, c’est au tour de Benjamin, le patron, de nous prendre sous son aile pour un cours un peu particulier. Il a eu l’idée de diversifier son activité en s’appuyant sur les végétaux des bords du Marais présents dans le Fiers d’Ars.

La salicorne est sans doute la plus connue. Facilement reconnaissable, elle ressemble à une petite asperge ramifiée. Nous avons aussi pu goûter à la ficoïde glaciale. Surprenante par ses petites alvéoles d’eau salée et son côté iodé prononcé. Mais la plus incroyable c’est quand même l’huître végétale ou Mertensia Maritima. On a littéralement l’impression de manger une huître. Incroyable ! Vous pouvez retrouver notre petit herbier plus amplement décrit ici. L’ostréiculteur la Ferme des baleines fournit, en huîtres et végétaux de la mer, des restaurants renommés de la région, et on sait pourquoi maintenant 😚

🧂 La culture du sel : une activité typique de l'ile de Ré

Inutile de vous préciser que c’est bien dans les marais salants qu’on est cette fois-ci ! Nous sommes chaque année fascinés par ces petits tas de sel fraîchement récoltés lorsque nous passons en vélo dans les marais de Loix. Le saliculture est un savoir-faire ancestral qui a éveillé notre curiosité !

Une tradition qui perdure

L’or blanc, comme l’appelle les sauniers, est récolté depuis plus de 800 ans. Et le plus impressionnant c’est que les techniques n’ont pas tant évoluées depuis. En comparaison, c’est 3 000 tonnes annuel de sel tandis qu’au XIXème siècle on atteignait les 30 000 tonnes. Sur l’ile de Ré, 90 sauniers font perdurer la culture du seul. Un certain nombre sont membre de la coopérative des sauniers de Ars-en-Ré créé en 1942.

La récolte du sel

En été, lorsque la température monte, l’évaporation commence son travail. Pendant cette période, les paludiers entrent en jeu et n’arrêtent pas une seconde. A peine ont-ils terminé d’extraire la récolte du dernier oeillet qu’il faut retourner au premier. 

Il faut tout de même distinguer les deux types de sel :

  • la fleur de sel qui remonte en surface et se récupère avec une lousse (une sorte de grande passoire qui tamise la croûte de surface) ;
  • le gros sel qui se dépose au fond, récupéré avec la Las (un râteau géant qui peut mesurer jusqu’à 5 mètres de long).

Elle est où l'activité pour découvrir l'ile de Ré dans tout ça ?

Minute papillon, j’allais y venir. La coopérative des sauniers à Ars-en-Ré organise des visites qui retracent l’histoire des marais salants et des sauniers de l’ile de Ré. 

Si vous allez sur l’ile de Ré entre Juin et Août, vous aurez la chance de voir les paludiers en plein travail. Une occasion en or de découvrir un nouveau métier et de mieux comprendre d’où vient votre sel de table. Et puis on ne pas se mentir, une balade en vélo dans les marais, c’est quand même une activité atypique ! De plus, vous trouverez sur la route de nombreuses étales de produits issus de la saliculture en libre service.

Rencontre avec Rivesaline

Les Marais de Rivesaline se situent sur la piste cyclable d’Ars-en-Ré. En balade dans le coin, j’étais en quête d’une belle photo à ramener. Je me suis mis à regarder Emmanuel extraire le sel des oeillets. La discussion s’est engagée et par la suite il m’a invité à venir mettre les pieds dans la vase pour que je lui pose mes questions.

Comment ça fonctionne un marais ?

L’eau salée provient de la mer (logique) et emprunte des chenaux qui alimentent différents marais successivement. Cela commence par la vasière et se termine par l’oeillet où on récolte le sel. Plus on avance dans marais (50g/l au début), plus la concentration en sel augmente (300g/l à la fin). L’avant dernier marais, les adernes, permet d’assurer une réserve journalière au saunier via un système de vannes.

Ça fait quoi un saunier en hiver ?

Et bien même si il n’y a pas de sel à récolter, il faut entretenir les marais. Nous devons enlever la vase les chenaux d’alimentation, curer les vasières, renforcer les talus qui peuvent s’effondrer lors de fortes pluies. Il faut aussi être constamment en alerte en cas de tempête ou grande marée pour protéger les salins. En plus des marais salants, nous essayons de nous diversifier en cultivant des algues, dont de la laitue de mer, près de la Ferme des Baleines.

Pourquoi les Marais sont roses parfois ?

En fait, si les marais prennent une couleur rose ou verte, c’est à cause des micro algues qui s’y forment. Vu qu’il y a peu d’eau dans les oeillets, elles se développent très vite par photosynthèse. Il faut donc rapidement brasser l’eau et récolter le sel.

Se promener dans les villages à la rencontre des passe-roses !

🏡 Admirer les couleurs des villages : une de nos activités préférées sur l'ile de Ré

Pourquoi les volets sont tous verts ?

L’une des activités principales sur l’ile de Ré, c’est de partir à la découverte des différents villages. Une étrange uniformité est observée dans la couleur des volets ! En interrogeant les habitants, on apprend qu’il y a plusieurs règles urbaines à respecter. Vous devez choisir parmi une palettes de couleur, de mettre des portails pleins.. D’ailleurs, chaque village a sa palette de couleur ! 

Ainsi voici les couleurs qui sont autorisées : le Vert mousse (RAL 6005), de sécurité (RAL 6032), turquoise (RAL 6016), olive (RAL 6003), pin (RAL 6028) et le vert platine (RAL 6000). Mais pourquoi ce choix de vert ? 

La raison n°1 avancée est que le vert vieillit moins bien que le bleu près de la mer ! Deuxième raison (et celle que l’on préfère), c’est qu’à l’origine, les marins se servaient du reste de peinture qui servait à peindre les bateaux. Par ailleurs, on retrouve une trace de cet usage en bas de certains murs. Vous savez, la bande noire, et bien il s’agit du goudron qui sert à traiter les coques ! Rien ne se perd ici.

Les Boisardises : les petites maisons rétaises à rapporter chez vous !

Dominique Boisard a créé il y a 35 des boîtes à épices en céramique. Elles sont en forme de maison et évoquent les façades des maisons des îles de la Charente maritime. Cependant, il y a 10 ans, son faïencier part à la retraite. La production s’arrête donc. 

Avec l’impulsion de son neveu, Geoffrey, la production a repris grâce à une cagnotte Ulule. Les petites maisons de céramiques tant appréciée des touristes sont de retour ! Aujourd’hui réalisées près d’Angoulême, les maisons sont peintes par une nouvelle main, formée par Dominique. 

On a beaucoup aimé ces petites créations que l’on a croisé au détour d’un achat chez Biocoop, à Saint Martin de Ré. Les maisons de l’île sont si typiques qu’il nous semblait logique d’en faire un souvenir authentique ! Les volets, la façade blanches et surtout … nos fameuses roses trémières.

🌸 Focus sur la rose trémière, habitante de ces ruelles

Mais alors qui est-elle ?

Vous allez forcément les croiser lors de votre promenade sur l’ile de Ré : les roses trémières ou passe rose. Longtemps arrachées par les habitants de l’ile, c’est aujourd’hui un symbole colorés ! 

Cette fleur appartient à la famille des vivaces et existe en plusieurs coloris. Elle était autrefois utilisée pour ses particularités colorantes, pour donner la couleur violette à certains textiles. Vous cherchez une activité sur l’ile de Ré mais aussi à faire à la maison en souvenir ? C’est tout trouvé avec les roses trémières ! Lorsque la fleur fane, vous pouvez récupérer les petits graines. Plantez les pour re-fleurir les rues de Ré ou devant chez vous pour avoir un petit air Rétais au printemps.

Nous ne sommes pas les champions de la jardinerie, donc on vous laisse avec Jardiner Malin pour la suite des opérations. En résumé : 2, 3 graines par espace, la terre doit être humidifiée souvent et on plante au printemps.

Passe-Rose : une nouvelle petite marque qui les met à l'honneur

Au détour d’un post Instagram, nous avons fait la connaissance d’Anna. Rentrée de Tahiti, elle vit une relation fusionnelle avec le dessin et les fleurs. Elle nous raconte avoir été marquée par leur usage lorsqu’elle était en Polynésie. Les fleurs font partie intégrante de la vie des habitants, qui en portent une à l’oreille chaque jour comme l’explique le Tahiti Traveler. Sur l’ile de Ré depuis son retour, elle s’est lancé dans la création de la marque Passe-Rose pour mettre en valeur les fleurs qui peuplent les rues de chaque village ! 

Les logos ont été dessinés par Anna et vous pouvez, pour l’instant, commander casquette, t-shirt ou sweat. De nouveaux produits sont à venir comme des bananes pour arborer un petit style street tout en restant distingué ! Le coton est bio, les coloris facile à porter. En bonus, les produits sont unisexes donc on peut se les prêter (et on sait tous ici qu’Elisa adore piquer les affaires du Mims). 

On a passé un très bon moment avec elle et nous avons adoré prendre des photos sur la plage du Petit Sergent au Bois Plage pour mettre en valeur ses produits. La vérité, c’était la première fois qu’on faisait ça et on a adoré ! Retrouvez les photos sur son Instagram.

Envie de faire des photos au coucher du soleil sur l’ile ? En fin d’été, rendez vous côté Bois Plage, La Couarde. Si vous êtes là en juillet, ce sera plutôt côté Saint Martin et les Portes pour l’admirer.

Envie d'activités pour découvrir d'autres animaux sur l'ile de Ré ?

🦆 Se renseigner sur la vie sauvage

Les marais salants du Fiers d’Ars sont des réserves nationales protégées où cohabitent moulte espèces de volatiles. L’écomusée des marais de Loix organise des visites guidées afin de mieux identifier les richesse de ce fabuleux paysage. De précieuses images qui fascineront petits et grands entre histoire des marais salants et la présence abondante de la nature.

Pour les plus curieux, je vous donne quelques exemples de bestioles à voir : 

  • de belles échasses blanches ;
  • des aigrettes et gorges bleues;
  • les incontournables mouettes (mes amis de coeur…).

La visite dure une heure et coûte 5,5€. Vous pouvez la réserver ici.

🦞 Rapporter un souvenir en passant chez Ré Créa

Un style industrio-naturel

L’acier n’est pas la première chose qui nous vient à l’esprit lorsque l’on pense aux animaux. On se souviendra peut être des installations lourdes et imposantes comme celle de Bernar Venet dans notre article sur Marseille.

La boutique de Benjamin, aka Ré Créa, à La Couarde est une invitation à se débarrasser de ces clichés. Le style brut, industriel de ses créations mélange habilement le voyage, la nature, la mer et sa précieuse ile de Ré. Via un procédé de découpe laser, RéCréa débite ses idées dans de l’acier pour créer des pièces élégantes qu’il colore au gré de ses envies. 

Mi-artiste mi-artisan, Benjamin élabore des petites séries pour ses collections ainsi que des pièces uniques sur commande. Il n’est pas rare de croiser sur l’ile des enseignes de boutiques ou d‘hôtels réalisés par ses soins. Mon papa a d’ailleurs fait appel à lui lors de son mariage pour donner vie à une carte géante de l’ile de Ré personnalisée.

La faune et flore marine

Il conçoit différent formats pour un usage intérieur ou extérieur, avec des finitions particulières comme l’aspect rouillé d’une magnifique gorgone géante de 1,30m de hauteur.

Nous avons adoré sa dernière collection sur le thème de la faune et flore marine. Des gorgones, des crabes, des bars, des baleines… L’une d’entre elle à d’ailleurs déjà sa place à la maison ! 

Benjamin puise son inspiration dans la nature qui l’entoure.Il est d’ailleurs passionné de plongée et membre de l’association Nautilus Plongée à Saint-Martin. La conversation a naturellement dérivé sur cette thématique.

Ami plongeur, il est possible (et même recommandé) de plonger sur l’ile de Ré ! Des dizaines d’épaves (avion, sous-marin par exemple) sont accessibles pour les niveaux 2 et quelques spots pour les niveau 1.

Si vous souhaitez repartir avec un souvenir ou cadeau original réalisé par un artisan prometteur de l’ile, partez rencontrer Ré Créa dans sa boutique à la Couarde ici. Attention, ce n’est pas ouvert en début de semaine car Benjamin travaille à l’atelier.

Informations pratiques pour visiter l'ile de Ré

☀️ Quand partir pour l'ile de Ré ?

L’ile de Ré est une ile à taille humaine qui ne ressemble à aucune autre. Elle évolue et se métamorphose au cours de l’année. Les couleurs, les paysages et la dynamique sera différente en fonction de la saison ou du mois de votre visite.

En Septembre, les vignes plient sous le poids des grappes de raisins. Le mois de Juillet, les salins sont recouverts d’une fine couche de gros sel. En Mai, les pêcheurs de palourdes sortent leur bottes et leur panier.

Pour nous, le meilleur moment pour visiter l’ile de Ré reste fin Mai et début Juin. Les estivaux n’ont pas encore préparé leur valises et c’est le moment idéal pour profiter du soleil, de l’air marin et de la tranquillité de l’ile. A noter aussi pour les retardataires, la Toussaint réserve bien des surprises avec une arrière saison très agréable et très calme. Seul les vrais savent.

🏨 Où se loger ?

Sachez que la localisation de votre logement n’a que peu d’importance étant donné la taille réduite de l’ile et le nombre de pistes cyclables. Nous apprécions tout particulièrement le Bois-Plage et la Couarde, idéalement situés au milieu, 15 min de Saint Martin en vélo, 3 min de la plage.

On ne va pas se le cacher, l’ile est assez prisée et en fonction de la ville dans laquelle vous logerez, les prix peuvent grimper !

  • le camping : comptez entre 17€ (pour un emplacement simple) à 100€ la nuit (en bungalow) ;
  • l’hôtel : entre 50 et 700€ la nuit (quand on veut se faire plaisir dans un hôtel 5 étoiles à St Martin) ; 
  • les chambres d’hôtes, Airbnb ou location de maison à la semaine : entre 70 et 100€ la nuit, pour 2 à 4 voyageurs.

🚘 Comment y aller ?

Excellente question Jamy. Pas de transport, pas d’ile de Ré ! Il y a 3 options pour y aller et certaines ont des petites astuces, je vous conseille d’être attentif.

  • la voiture : 5H, 100€. Prenez un covoit (environ 30€) si vous avez de la place (ou si vous n’avez pas de voiture) pour limiter votre empreinte carbone. Ah oui j’oubliais le péage à l’entrée du pont : 16€ (on paie à l’entrée, libre à vous de repartir quand vous voulez !) ;
  • le train : LA bonne idée. Durée ? 2h30 à 7h, on peut trouver des billets vraiment pas cher jusqu’à la Rochelle (parfois 40€ a/r). Petit hack, TER jusqu’à Poitier et TGV jusqu’à la Rochelle, ça diminue la facture. Une fois arrivés à la Rochelle, direction le bus pour qu’il nous emmène sur l’île (comptez 2€ le billet) ;
  • l’avion : Et oui la Rochelle a un aéroport et ça ne coûte rien de jeter un oeil sur les billets ! Cependant, niveau impact carbone et temps perdu en transfert, nous ne pensons pas que cette option soit la bonne.

On espère que cet article vous aura donner envie de faire d’autres activités pour découvrir l’ile de Ré et ses habitants. Si vous le faites, n’oubliez pas de raconter leurs histoires à vos amis. Elles méritent d’être partagées !

Si vous avez besoin de plus de renseignement, vous pouvez contacter l’Office du Tourisme de l’île de Ré.  Ils sont aussi joignables par téléphone au 05 46 09 00 55. Enfin, pour réserver les activités, il est aussi possible de passer par leur nouvelle plateforme ici

🗺 Carte aux curiosités des Paresseux Curieux à l'ile de Ré

😍 Epingle nous sur ton moodboard pour ton prochain voyage !

Pinterest ile de re
- 22 septembre 2020

1 commentaire

  • Lac rose en Camargue : une découverte curieuse à Aigues Mortes 21 octobre 2020 at 10:05

    […] notre article sur l’île de Ré, vous avez pu en apprendre plus sur les salins. On me dit dans l’oreillette que tout le monde ne […]

    Reply
  • Laissez un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *