Les Paresseux Curieux

Voir le monde à 270 degrès

l’Ile de Komodo en croisière : notre expérience de 3 jours, 2 nuits à Flores
Asie, Destinations, Indonesie

l’Ile de Komodo en croisière : notre expérience de 3 jours, 2 nuits à Flores

Incontournables lors d’une visite de l’île de Florès en Indonésie (et à tort le seul endroit visité par les touristes de ce territoire…) l’ile de Komodo, ou plus les iles de l’archipel sont un mélange de sauvage, de beaux paysages et de vie sous-marine hors norme. 

Autour du parc national de Komodo, le tourisme s’est aussi extrêmement développé ces dernières années entraînant dans sa fulgurance des travers propre à ce phénomène. Nous reviendrons sur cela tout au long de l’article puisque c’est un point qui nous a particulièrement gêné et sur lequel nous avons été attentif quant au choix du bateau de la croisière.

Pour cette aventure nous sommes partis avec l’agence Waturanda Trip qui organise des séjours croisières au départ de Labuan Bajo, à Flores. Au programme : 3 jours et 2 nuits de navigation dans l’archipel de Komodo. Ce séjour sera ponctué de snorkelling, de balades sur les îles comme le fameux lever de soleil à Padar Island, les dragons de Komodo mais aussi de délicieux repas et de moments de détente à bord d’un magnifique navire traditionnel.

🌄 1er jour : départ, Kanawa Island et chauves souris à Kalong Island

Nous sommes récupérés à notre hôtel vers 11h du matin. Direction la jetée pour faire un embarquement immédiat à bord du bateau de Waturanda Trip. Notre chauffeur est très ponctuel et très rapidement nous sommes réunis autour d’un déjeuner très aguichant pour faire connaissance avec les membres de l’équipage et des 8 autres plaisanciers. Il y a différentes cabines sur le pont. Notre quartier se trouve sur le pont supérieur dans la cabine du Capitaine.

Après cet intermède gastronomique de qualité (ce constat sera redondant pendant le séjour), le cap est mis sur l’île de Kanawa pour une première approche avec la faune et flore marine de l’ile de Komodo. Il fait bien chaud, c’est sans hésitation que nous nous jetons du pont supérieur dans les méandres de la mer calme de Sawu. Les fonds sont en plutôt bon état, peuplés de nombreux spécimens typique des eaux tropicales de l’Asie du Sud Est. L’île est déserte si l’on fait outre des rangers responsables de la conservation du parc national de Komodo.  

On vous illustre ça avec quelques clichés en drone de Kawada Island. Une eau d’un turquoise insolent, du sable blanc Pantone 11-0601 et une colline ultra photogénique qui nous laissent pantois devant la beauté des lieux.

Sur la jetée, ce qui se passe est un peu plus préoccupant. Pour contenter les touristes qui ne savent pas nager (mais avides de photos) certains guides alimentent les poissons avec du pain de mie pour assurer un amas de frais Instagramable sans s’éloigner du petit ponton en bois.. Heureusement, nos guides n’ont pas recours à ce subterfuge et prennent soin de contenter nos collègues Indonésiens en bonnet du forme.

Coucher de soleil et chauve-souris

Pour arriver à notre spot de coucher de soleil et d’ancrage, le navire va naviguer pendant deux heures. De quoi se familiariser avec les différents espaces communs et se détendre. Notre objectif : s’installer en face de Kalong Island et de ses mangroves, maison de millions de chauve-souris.

Et pas n’importe quelle chauve-souris puisqu’il s’agit de Flying Dogs, c’est-à-dire la plus grosses espèces au monde. Ça promet d’être impressionnant. Au coucher du soleil, ces derniers quittent la mangrove pour aller chasser dans la montagne. Aurait-on trouvé le repère de Batman ?

Après quelques plongeons, tout le monde s’installe sur le ponton pour assister au spectacle visuel et sonore que nous offre cette ile de Komodo. Le ciel se colore de teintes pastelles stupéfiantes, du rose au violet, des nuées colossales de chiroptères sortent de leur tanière et s’envolent pour passer au-dessus de nos têtes. Leur cri strident grésille encore dans nos oreilles. Fascinant.

Le cuistot n’a clairement pas chômé pendant cet intermède. Il nous a concocté un dîner 8 étoiles à base de poisson frais, de mets indonésiens avec option végétarienne bien sûr. Nous nous réglons pendant que notre embarcation prend le cap de Padar Island pour le mouillage du soir.

🐉 Jour 2 : Padar Island, dragons de Komodo et raies mantas

La deuxième journée est sans doute celle la plus dense du séjour. Et elle commence tôt ! A 5h30 pétante, le dingie pétarade vers l’ile de Padar. Vite vite, il faut venir à bout du “trekking”… comprendre une marche de 15 minutes pour rejoindre le haut de la colline où nous attend le lever de soleil et l’éveil de cette ile de Komodo. C’est censé être le plus beau point de vue de tout l’archipel de Komodo.

Lever de soleil sur l’île de Padar à Komodo

Le panorama est exceptionnel. Ce serait mentir de penser l’inverse. Par contre l’ambiance y est exécrable depuis l’effervescence touristique des dernières années. Une cohue s’installe à chaque caillou où les gens s’agglutinent et se pressent pour faire leur photo. Les guides n’hésitent pas à demander à ceux qui contemplent tranquillement le lever de soleil de se décaler parce que bon vous comprenez c’est un spot photo officiel ce caillou…Sagement installés parmi les premiers sur notre joli promontoire, il n’a pas fallu atteindre les premiers rayons du soleil pour qu’un attroupement oppressant se forme à quelques centimètres de notre dos. Si cette horde de touristes zombies assoiffés de pixels avaient pu nous grimper dessus, ils l’auraient fait. Ils ont d’ailleurs commencé leur mascarade avant que nous abandonnions notre poste, répugnés par ce comportement.

L’ambiance naturelle des lumières sur Padar et ses montagnes est somptueuse. Celle humaine au sommet est déplorable et nous a vraiment gâché une partie du plaisir. On ne serait pas étonné de lire le récit d’un accident de touriste poussé dans le vide dans les prochaines années.

Ce point de vue a vu sa fréquentation considérablement augmentée depuis l’extension de l’escalier et la taxe d’entrée en 2019 pendant le COVID. L’histoire partagée avec nous par d’autres voyageurs évoque une atmosphère bien différente du temps d’un tourisme sur Komodo moins en vogue.

Escale à Pink Beach : rose ou pas rose ?

Après avoir vu le lever du soleil sur Padar Island, nous prenons la direction de Pink Beach. Nous avons un peu peur de nous retrouver encore une fois entourés d’une ordre de touristes mais.. pas cette fois !

En effet, la plage est vraiment grande ce qui permet à chacun d’avoir son petit espace, la plupart des visiteurs ayant la flemme de marcher. Il nous a suffit d’un trekking de 3 minutes le long de la plage pour nous retrouver seuls. 

Maintenant, est-ce que la plage de Pink Beach est vraiment rose ? On sait que cette question vous brûle le bout des lèvres. La réponse est oui, mais pas rose vif comme sur les brochures des tours. On est plutôt sur un rose pâle qui est tout aussi charmant à notre avis ! Bref, nous avons beaucoup aimé cet arrêt à Pink Beach et avions hâte de voir la suite.

memoji elisa 2

Mais pourquoi la plage est-elle rose ? La couleur provient d’une micro algue, la Foraminifera, qui pousse sur les coraux et leur donne cette couleur rose framboise. Les micros bouts de corail viennent ensuite se mélanger au sable pour lui donne cette couleur.

pink beach komodo national park

Dragons de Komodo : pas si sauvage que ça..

Prochain stop du jour après traversée mouvementée : l’ile de Komodo et ses dragons légendaires. Sûrement les animaux les plus célèbres d’Indonésie avec les singes et les luwak. Nous avions hâte de rencontrer ces reptiles tout droit sortis d’un Jurassic Park.

Pourquoi sont-ils célèbres ?

Les dragons de Komodo sont les plus grands lézards du monde. Ils sont endémiques à l’archipel de Komodo et se nourrissent d’animaux qu’ils mordent puis regardent mourir (grosso modo) grâce à leur double venin qui empoisonne et empêche le sang de coaguler. 

Un dragon mâle peut peser jusqu’à 70 kilos le ventre vide, 100 kilos le ventre plein. Doté d’une vision médiocre, il se dirige grâce à sa langue qui sent les stimulus autour de lui. Mais nous allons plutôt aborder la partie légendaire de cette créature parce que Wikipédia fait très bien le travail si vous avez besoin de plus d’infos biologiques.

Selon la légende, le premier dragon de Komodo aurait été créé comme le jumeau d’un humain. C’est la Princesse au Dragon qui accoucha d’un fils et d’un dragon. Plus vieux, le jeune garçon tente d’ôter la vie de son frère mais sa mère lui apparaît. Elle lui fait la demande de traiter sa sœur, le dragon, comme un autre être humain. La relation entre les habitants et les dragons est normalement très respectueuse de la tradition locale.

quel est l'ancerte du dragon de komodo

Comment se passe la visite ?

En arrivant, on nous assigne un « guide » qui doit nous emmener « trekker » débusquer ces lézards géants dans leur habitat naturel sur l’ile de Komodo. La quête est vite accomplie. On aperçoit un premier membre bave au lèvre, veines protubérantes, muscles saillants sur la plage en pleine digestion. Il mesure au moins 2 mètres de long. L’image d’un adulte pouvant atteindre 3 mètres surgit dans nos têtes.

Les dragons de Komodo sont-ils dangereux ?

Si ils peuvent courir jusqu’à 30 km/h, ceux que l’on a croisés n’étaient pas en quête de performance athlétique. Au moins, on est sûrs qu’ils ne viendront pas nous choper un mollet.. une aubaine au vu du comportement de certains touristes qui laisse présager le pire. En effet, pour la photo souvenir, certains se pressent à l’arrière de l’animal, criant à chaque mouvement de queue. Nous avons été vraiment dérangés par l’attitude des rangers a ce moment-là qui n’hésite pas à remettre la tête du dragon dans le bon sens avec leur bâton.

Le trek de.. 20 minutes

De la même manière, nous sommes censés faire un “trek” dans la jungle. A peine commencé, notre “guide” argumente que c’est beaucoup trop long, qu’il vaut mieux aller aux cuisines directement voir les dragons. Le groupe avait envie de marcher un peu pour voir l’ile de Komodo donc nous avons presque dû négocier pour une maigre balade de 10 minutes dans une jungle qui a pris un gros coup de soleil. On croisera quand même quelques locaux : sanglier, dindes et biches.

Conclusion ?

Le dragon de Komodo est vraiment une bestiole impressionnante mais on donnera une mauvaise note à la gestion de l’île de Komodo. Plus qu’une simple photo, on regrette que la balade ne soit pas l’occasion d’en apprendre vraiment plus sur ce lézard unique au monde et que les comportements des guides et touristes ne soient pas plus responsables. Pour ne pas faire de chichi, cette visite de l’île de Komodo est l’archétype du tourisme de masse. Quant à leur habitat naturel, on pense qu’ils sont bien nourris dans les cuisines qui abritent les quelques rangers responsables de la protection des lieux.

memoji elisa 2

Certaines personnes sur les réseaux ont dénoncé l’utilisation de drogues et autres produits sur les dragons de Komodo afin de les rendre plus dociles lors du passage des touristes. A quel prix est faite la fameuse photo animal au premier plan, touriste au second ?

Banc de sable ou snorkeling ? Devinez ce que l’on a choisi

La balade fluviale se poursuit et nous mène quelque part au milieu du parc. Un banc de sable blanc est posé là. Il s’agit de l’île de Taka Makassar. Notre guide nous informe de nos deux options : aller sur le banc de sable pour prendre des photos avec beaucoup de visiteurs ou faire du snorkeling((‘’’ en suivant le courant sans personne. Le choix est vite fait. Masque, tuba, palmes, nouvelle session snorkeling dans le parc national de Komodo.

L’idée ? Se laisser porter tranquillement et survoler des coraux bien colorés très peu profonds. Pour couronner le tout, nous verrons 2 tortues mais aussi une magnifique raie aigle. Une sortie un peu technique en raison du courant et du manque de profondeur mais qui valait définitivement la balade.

Nager avec les mantas à Manta Point : notre moment préféré de cette croisière au parc national de Komodo

Après une petite pause autour de délicieuses pisang goreng (bananes panées) préparées par l’équipe, nous enfilons à nouveau nos palmes. On est fébriles. Nager avec des raies mantas fait partie du top de nos fantasmes depuis nos débuts en plongée.

L’excitation grimpe lorsque nous prenons place dans le dingie. Un hors bord nous fait signe avec 3 doigts. Plus de temps à perdre, nous nous jetons à l’eau. Deux sont en train de danser devant nos masques à quelques mètres de fond. Derrière nous, une marée humaine de gilet de sauvetage orange s’agite frénétiquement. Mais les mantas avancent vite malgré une apparence si paisible et harmonieuse. Les zombies sont vite distancés et, fatigués, regagnent leurs embarcations. 

C’est avec 6 mantas que nous aurons la chance de nager pendant notre heure dans l’eau, la plupart du temps seul. L’occasion pour nous d’observer leurs grandes bouches qui ont l’air de pouvoir aspirer l’océan tout entier. Ici elles viennent se nourrir de bons planctons et on assiste bouche bée à leur gracieux ballet. Leur chemin les fait passer par des fonds sableux moins profonds. Un moment que nous partageons ensemble palme à palme, avançant à leur rythme en symbiose pour ne pas les perturber et prolonger cet instant privilégié de toute beauté.

Coucher du soleil sur le parc national de Komodo pour conclure cette journée

Le Phinisi I continue sa lente progression au travers du parc. Certains lisent, d’autres sont pensifs ou encore jouent aux cartes. Nous avons suffisamment de place pour que chacun dispose de son espace. Derrière nous, le ciel s’embrase une nouvelle fois pour nous offrir un dernier show. 

On accoste sur une nouvelle ile de l’archipel de Komodo. L’intérêt de cet endroit ne nous sera évident qu’au lever du soleil. Après un délicieux dîner et des parties de Uno endiablées, tout le monde va se coucher.

Le lendemain matin, après un réveil précipité, nous grimpons la colline pour admirer notre dernier lever de soleil sur une nouvelle ile de Komodo La lumière sur la baie est superbe, réveillant toutes les teintes de bleu et d’oranges possibles et imaginables. Une petite cabane est installée à quelques mètres de la plage. Un cadre sublime pour commencer la journée. 

Après un drôle de petit déjeuner (on nous a servi des.. burgers !), dernier arrêt snorkeling à Manjarite Island avant de mettre les voiles vers Labuan Bajo. C’est l’heure de notre dernier snorkeling.

⛵️ Faire une croisière pour découvrir le parc national de Komodo : notre avis et quelques recommandations

La croisière de Komodo avec Waturanda Trip

Nous avons adoré l’expérience de la croisière sur les îles de Komodo avec Waturanda Trip. L’équipage était très à l’écoute, absolument pas pressante pendant nos activités.

Pour ceux qui voyagent en famille, ils étaient aux petits soins avec les enfants du bateau, permettant aux parents d’avoir du temps pour eux aussi. La cuisine était délicieuse, en juste quantité et les espaces communs pour se détendre parfaitement adaptés au nombre que nous étions. C’est la note de 9/10 que nous mettons à notre expérience globale sur le bateau Phinisi I dans la cabine du Capitaine avec climatisation et vue 270° depuis les grandes fenêtres.

On recommande cette agence pour de nombreux détails qui ont rendu l’expérience agréable, fluide et relaxante. Cela peut sembler anodin, mais ils se sont montrés discrets après l’extinction des feux, n’ont jamais fumé en présence des passagers et nous n’avons jamais senti de regard malsain comme ce fut parfois le cas dans d’autres excursions.

croisiere komodo waturanda

Pourquoi pas 10/10 ? Notre chambre était en dessous du générateur d’électricité qui faisait beaucoup de bruit. Demandez plutôt les chambres au « Rez de chaussée », plus calme.

Nos recommandations pour une croisière au top

  1. Ne pas forcément aller au moins cher : vous ferez des sacrifices sur le confort qui peuvent vous gâcher votre croisière. Sans mentionner parfois des dérives éthiques chez certaines compagnies ;
  2. Demandez l’ordre des stops : il paraît que Padar au coucher du soleil est moins rempli qu’au lever;
  3. N’oubliez pas votre lycra UV pour le snorkeling : c’est vraiment la meilleure option pour protéger votre peau et l’océan de notre ami le soleil. Une crème responsable des océans est aussi à prévoir, à ramener depuis Bali ou la France car difficile de trouver à Labuan Bajo ;
  4. Si vous vous écorchez sur des coraux, désinfectez bien matin et soir, nous avons eu beaucoup de retour d’expériences sur des infections à cause de la chaleur de l’eau (n’oubliez pas de partir avec une assurance voyage comme GoByAva) pour avoir l’esprit tranquille).

Le parc national de Komodo a Flores

Notre ressenti sur le parc national de Komodo en lui-même est plus mitigé. Cet avis est à différencier de l’agence Waturanda qui n’est pas responsable de ce qui suit.  

En effet, nous avons trouvé que les points d’intérêts, notamment sur l’ile de Komodo avec les dragons, sont vraiment trop mal gérés compte tenu de la quantité de visiteurs. Des spots photos oui. Mais pas sûr chaque rocher de Padar. Du snorkeling, oui. En s’abstenant de nourrir les poissons par contre ou de jeter en tas de pauvres nageurs novices. Prendre des photos avec les dragons de Komodo, pourquoi pas ! Mais sans coup de bâton pour redresser la tête s’il vous plaît.. Le parc national de Komodo reste un territoire vierge non touché par l’Homme (jusqu’à quand ?) qui dispose largement de quoi allier éthique et plaisir. Il serait temps de développer une conscience écologique afin de protéger ces gemmes précieuses de notre planète.

ile komodo snorkeling

Comment se rendre sur l'ile de Komodo ? Depuis Bali ?

Pour vous rendre sur l’archipel de Komodo, vous avez plusieurs options. Cela dépend du temps que vous avez et de votre point de départ. Dans tous les cas, votre chemin passera par Labuan Bajo, à l’aller ou au retour. 

Ainsi, si vous partez de Jakarta, le faire en bateau prendrait plus de 5 jours. Ce n’est peut être pas le moment de le faire, ou alors celui de prendre un avion si vous ne pouvez faire une traversée de 5 jours. 

Pour se rendre à Komodo depuis Bali, voici les différentes options : 

  1. l’avion jusqu’à Labuan Bajo : environ 140€ A/R avec la compagnie Air Asia, il y a plusieurs connexions par jour depuis Denpasar;
  2. la croisière depuis l’île de Lombok : le tour vient vous chercher à votre hotel et vous embarquez pour une croisière de 4 jours, 3 nuits qui finit à Labuan Bajo. Il vous faudra prendre probablement l’avion au retour. Comptez environ 200€ par personne pour cette croisière, pour des nuits sur le deck du bateau, avec 30 autres passagers. Attention, nous avons entendu de mauvaises pratiques notamment à l’égard des requins baleines pendant le tour. 
  3. En ferry public depuis Sape, Lombok : la traversée dure presque 12h, attention aux conditions en mer, les bateaux ne sont plus tous jeunes. Par contre c’est imbattable niveau budget avec une traversée à moins de 20€/personne. 

 

pink beach komodo

Quand se rendre sur l'ile de Komodo ?

Si il est agréable de s’y baigner toute l’année avec une eau entre 27 et 30 degrés, il vaut mieux éviter la saison des pluies pour profiter de l’archipel de Komodo de la meilleure des manières. Ainsi, essayez de planifier votre voyage entre mai et octobre !

Alors, notre conclusion ?

Pour conclure, nous avons passé un excellent moment avec des paysages magnifiques mais le tableau est gâché par une triste gestion des autorités. Bref, vous l’avez compris, nous sommes mitigés sur cet endroit qui est souvent le seul endroit visité sur l’île de Flores alors que cette dernière regorge de merveilles à découvrir ! Donc faites nous plaisir, ne faites pas que Komodo si vous allez à l’Ouest de l’Indonésie et honorez l’ile de Flores comme il se doit ♥️

📍Epingle nous pour visiter l'ile de Komodo en Indonesie

croisiere sur les iles de komodo : notre guide voyage en indonesie
visiter ile komodo depuis labuan bajo
couple croisiere komodo national park
- 21 octobre 2022

Aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

1 jour 1 corail popup