Les Paresseux Curieux

Voir le monde à 270 degrès

Murano ou Burano : guide pour prendre des couleurs à 20 minutes de Venise
Destinations, Europe, Voyage Italie

Murano ou Burano : guide pour prendre des couleurs à 20 minutes de Venise

Murano ou Burano ? Si vous avez, comme nous, décidé d’explorer les environs de Venise, c’est surement une question que vous allez vous poser. D’ailleurs pourquoi ne pas faire les deux ?  

Après avoir visité Venise, il était temps d’aller explorer sa lagune. Chaque île a sa personnalité, son (ou ses) histoires ! Ce guide curieux haut en couleurs vous aidera à y voir plus clair pour organiser votre escapade en vaporetto aux alentours de Venise. 

Epingle visite urbaine
Urbain
POUR BIEN MANGER
POUR BIEN MANGER
Monuments à visiter
Histoire

🎈 Murano : capitale du verre

Les merveilles de Venise se s’arrêtent pas aux abords des canaux de la ville des amoureux. C’est à 40 minutes en bateau de la piazza San Marco, dans la lagune de Venise, que l’exploration de la cité continue.

Qui n’a jamais entendu parler du verre de Murano ? On en voit dans de nombreuses boutiques : bijoux, objets de décoration.. et cela a titillé notre curiosité ! Notre pass journée en main (20€ pour 24h), nous embarquons dans le vaporetto 4.2 pour 20 minutes de traversée jusqu’à l’arrêt Murano Navagero.

La Basilique Santi Mario e Donato

Nous longeons le canal jusqu’à la Basilique Santi Maria e Donato en passant devant le musée du verre (que nous n’avons pas fait, mais une de nos amies nous a dit qu’il était intéressant). Si vous souhaitez y faire un tour, le billet coûte 10€ et peut être acheté en ligne. Un très bel ouvrage dont le pavement intérieur mérite que l’on s’y intéresse de plus près. L’édifice date du VIIème siècle et contient la dépouille de Saint Donat ainsi que les restes du “dragon” (ou un cétacé) qu’il aurait vaincu.

Les mosaïques qui constituent le pavement du bâtiment sont très bien conservées. Les représentations animales et les scènes riches en figures géométriques contiennent divers symboles comme l’immortalité, l’astuce ou la victoire. On y retrouve aussi des motifs très modernes et colorés. Ne manquez pas la grandiose Vierge Orante (ou Marie sur fond d’or) qui orne la coupole de l’abside.

Après cette découverte curieuse, nous poursuivons notre déambulation dans une ville presque fantôme. Les boutiques et ateliers étaient fermés. Nous avons croisé peu de touristes et d’habitants avant d’atteindre le Rio dei Vetrai où la vie a commencé à reprendre (à son rythme, il n’y avait pas grosse ambiance non plus hein). 

Deux conditions pouvant expliquer cela. D’abord, le fait que nous étions là bas hors saison mais aussi avec le contre-coup de la pandémie de COVID. Un vraie aperçu de ce qu’est la vie sans afflux touristique.

Petite histoire du verre de Murano

La “rue” dei Vetrai est sûrement celle où vous aurez le plus de chance de trouver un lieu où vous restaurer ou un souvenir en verre de “Murano”. Quelques galeries proposent de belles pièces ainsi que des visites. C’est le Berengo Studio qui exposait les plus jolis ouvrages de maîtres verriers à notre goût. S’ensuit une longue enfilade de boutiques et galeries dans un décor coloré. Même si nous n’avons pas vu de maître verrier, cela ne nous empêche pas d’être curieux et de savoir pourquoi Murano est si connu pour son verre !

Le verre de Murano est connu dans le monde entier par sa finesse et son esthétique depuis le XIIIème siècle. Initialement, les artistes se situaient à Venise, mais suite à de nombreux incendies (four + bois = 🔥) le gouvernement Vénitien décide de les déménager sur l’île de Burano. Les secrets de fabrication sont jalousement gardés et transmis de père à fils.  En effet, le verrier se situe très haut dans la hiérarchie sociale et rentre même dans la noblesse de la République Vénitienne. De grands noms se distinguent, surtout après  l’apparition de la couleur dans la verre, et leur réputation franchit les frontières de l’Italie.

Les prouesses des maîtres verriers arrivent aux oreilles du Roi Soleil aka Louis XIV. Il tenta de débaucher des maîtres verriers de Murano pour les établir en France. L’ouvrage du verre est un atout économique pour Venise et Murano, ceux qui partiraient y risqueraient leur vie. D’ailleurs, Murano a eu sa propre monnaie et était politiquement indépendante.

3 astuces pour reconnaître l'oeuvre d'un maître verrier

  1. A la manière d’un tableau, les maîtres verriers apposent sur ses oeuvres sa signature. Encore faut-il savoir les grands noms du domaine ou des entreprises artisanales ! Parmi les grands de la verrerie, le designer Alessandro Mendini, Angelo Barovie, Eugenio et Ferro Lazzarini, Francesco et Domenico Ballarin ou encore  la signature de l’entreprise “Vetro Artistico”. Bien sur, les maîtres verriers se sont exportés dans le monde entier !
  2. Un objet artisanal contient des imperfections, que le veuille ou non. Il faut donc arriver à les trouver grâce à votre oeil. La présence de bulles d’air est un des signes d’un travail à la main.
  3. La couleur a un rôle important. Les maîtres verriers de Murano sont connus pour donner à leur oeuvre des couleurs éclatantes créer à partir de différentes couches de verres fondues. Les contrefaçons ou objets de moins bonnes qualités ont des couleurs, en général, appliquées vulgairement et moins vives.

Notre impression sur Murano

Si nous n’avons pas grande chose à dire de plus sur Murano, c’est que, soyons honnête, ce n’a pas été au niveau de ce qu’on attendait. Les cartes postales de maisons ultra colorées ou d’artistes en plein travail nous ont induit en erreur. La ville manquait beaucoup de vie et c’est un peu déçus que nous quittons Murano (sans souvenir d’ailleurs). Le COVID n’a sûrement pas aidé dans notre impression. 

🎆 Burano : capitale de la couleur et de la dentelle

La palette de couleurs de Burano

C’est donc plein d’espoir que nous sommes partis direction Burano et là.. attention les yeux ! On nous avait dit que cela valait le coup mais on n’était pas prêts. On peut vous le dire, sans exagérer que c’est vraiment un coup de cœur pour cette ville qui contraste totalement avec Murano.

Nous sommes accueillis par des maisons aux milles couleurs éparses et de la vie insufflée par les touristes mais aussi les habitants. Les couleurs de la ville ont bien évolué depuis l’ocre jaune et rouge de l’époque. Aujourd’hui les propriétaires doivent entretenir et repeindre régulièrement leur façade pour conserver une image propre de la ville. Si vous êtes attentifs, vous pourrez y déceler quelques curiosités artistiques sur les murs 😘.

C’est avec joie que nous remontons le canal pour manger un bout au soleil de la terrasse de chez Trexento qui propose des paninis, pizzas et bruschettas, tout faits maison. 

La légende raconte que les femmes de Burano peignaient leur maison pour que leur époux, marins pour la plupart, puissent reconnaître leur maison au loin. Une légende aussi romantique mérite d’être écrite !

Biscuits de Burano : les Essis Buranei

Mais nous ne pouvions finir notre repas sans une spécialité à la pâtisserie Palmisano Carmelina : les Bussolai ou Essi de Burano. Un régal ! 

La dénomination de ces biscuits, en plus d’être très bons, provient de leur forme de “S” à la sortie du four. Autrefois préparés pour les fêtes de Paques, le gâteau pris le nom de “Esse” au singulier et “Essi” au pluriel. Comme ils proviennent de Burano, cela donne Essi Buranei. Simple et efficace. Vous retrouverez aussi les biscuits en forme d’anneau dénommés Bussolai.

Puisqu’on est des Paresseux Curieux, nous avons investigué sur la recette du Essi. Pour cela il vous faudra, 500 g de farine, 250 g de sucre, 125 g de beurre… bon on vous laisse avec Venarbol qui vous donne la recette !

La dentelle à l'aiguille de Burano

C’est au XVIème siècle de notre ère que la dentelle a pris une grande importance à Burano. Même si cela fait déjà plus d’un siècle qu’elle y est pratiquée sur l’île. Les femmes nobles de la région y ouvrirent des écoles ainsi que les hôpitaux et les hospices. C’était l’un des centres mondiaux de la dentelle à l’aiguille et au fuseau jusqu’à que la concurrence se fasse plus rude et que la mode de la dentelle disparaisse progressivement.

On raconte même que Leonard de Vinci lui même venait faire son marché pour ses projets, comme c’est le cas de la dentelle du Duomo di Milano.

Allez, on finira notre visite de Burano par une dernière légende. Un jeune pêcheur amoureux travaillait dans la lagune de Venise quand des sirènes se mirent à chanter. Sous l’emprise de la mélodie, le jeune homme résista à se jeter à l’eau. Les sirènes, impressionnées, lui firent don d’une broderie de mousse qu’il ramena à sa bien aimée. La concernée adora et copia le motif en dentelle. Ainsi serait née la tradition.

C’est sous un soleil couchant que nous quittons Burano qui nous a très largement conquis comme vous avez pu le remarquer. Un conseil donc, foncez visiter Burano !

🇮🇹Rejoindre Murano ou Burano depuis Venise

Maintenant que vous avez une envie folle d’aller visiter Murano ou Burano, il est grand temps de vous dire comment vous y rendre !

Pour cela, il n’y a pas 10 000 solutions il faut prendre le bateau pour rejoindre l’île de Murano ou celle de Burano. La ligne 4.2 des vaporettos vous emmènera directement si vous disposez d’un billet.

Comptez 20 minutes de trajet jusqu’à Murano et 45 minutes jusqu’à Burano depuis Fondamente Nuove.

🗺Notre carte pour découvrir Venise et ses environs

📍Epingle nous pour savoir où prendre de couleurs à Murano ou Burano

epingle pinterest couleur de Burano
pinterest pin visiter murano
deuxième epingle visiter burano ou murano
- 25 novembre 2020

Aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *