Les Paresseux Curieux

Voir le monde à 270 degrès

Visiter le parc national de Toro Toro en Bolivie : une expérience 100% Jurassic Park
Amérique du Sud, Bolivie, Destinations

Visiter le parc national de Toro Toro en Bolivie : une expérience 100% Jurassic Park

Nouvelle étape et nouvelle ambiance dans ce voyage en Bolivie, et pas des moindres : visiter le parc national de Torotoro, au milieu de la Bolivie. Nous ne savions pas à quoi nous attendre pour être honnête. Partir sans attentes ou à priori est la meilleure manière d’être agréablement surpris. Dinosaures, paysages du Jurassique, cavernes, fossiles et spéléologie.. l’une des étapes qui nous a le plus plu en Bolivie ! 

Il y a très peu d’informations disponibles sur le sujet en ligne, surtout en langue française. Nous tâcherons donc de vous partager tous nos conseils pour ce séjour en terre T-Rex.

🚗 Comment aller jusqu’au parc national de Torotoro ?

Rejoindre Torotoro n’est pas aussi simple que rejoindre l’Isla Nublar en avion dans Jurassic Parc. Dès le commencement, c’est compliqué, c’est long et ça secoue !

Se rendre à Cochabamba

Dans un premier temps, il faudra se rendre à Cochabamba. On vous prévient, ce n’est pas la ville la plus glamour selon des retours que l’on a eu d’autres voyageurs. Voici un ordre d’idée du temps et coût des grandes lignes :

  • Se rendre à Cochabamba depuis La Paz :
  • Aller à Cochabamba depuis Sucre :
  • Se rendre à Cochabamba depuis Santa Cruz :

Se rendre à l’arrêt des trufi pour Torotoro

Ensuite, il faudra aller du terminal de bus de Cochabamba au point de départ des colectivo pour Torotoro. Notre bus en provenance de Sucre est arrivé à une heure complètement loufoque genre.. 5h30 du matin au lieu de 8h qui aurait été bien plus confortable ! Asi es, les bus en Bolivie c’est vraiment des horaires curieux.

L’œil hagard, sûrement avec un déficit de sommeil ou totalement congelé, il faut rassembler votre esprit et faire face à la horde de taxis qui vous hurle dessus à peine sortie du bus. 3,2,1, fight ! Gardez en tête que normalement, vous ne devez pas payer le trajet plus de 10 BOB par personne (5 BOB étant la référence). Demandez-lui de vous déposer à l’arrêt des trufi pour Torotoro

C’est un endroit qui ne ressemble à rien, avec peu d’éclairage mais pas de panique ce n’est rien d’autre qu’un coin de rue avec de nombreux vans. Voici votre carrosse pour les 3 prochaines heures chahuteuses de trajet. On a dit que c’était compliqué, mais vous a-t-on prévenu que c’était aussi douloureux ? La route est goudronnée la moitié du trajet puis plus du tout. Le trajet coûte 35 BOB (4,6€) par personne. Le colectivo part quand il est plein et vous dépose au centre de Torotoro.

🛌Où dormir pour visiter le parc national de Toro Toro ?

Bien arrivé ? Avez-vous réservé votre logement ?

Si la réponse est non, nous avons un hôtel (sans cuisine) à vous conseiller : l’hôtel Dinosaurio. La famille qui le tient est gentille comme tout, le lieu et les chambres sont propres. Nous avons été tout de suite mis dans l’ambiance avec les dinosaures qui rappellent les gestes barrières ou accompagnent le menu du restaurant. Avez-vous déjà vu un T-Rex avec un masque FFP2 ? Maintenant, oui !

memoji elisa 2

110 BOB (soit 15€) pour une chambre privée avec salle de bain partagée et douche chaude. Le bonus ? Le donuts au chocolat qui vous attend quand vous rentrez pour moins de 50 centimes.

D’autres hôtels et lodge se trouvent en périphérie du village de Torotoro. Certains nécessitent cependant une voiture pour se déplacer ou faire appel à des motos-taxis régulièrement. Pour des petits budgets et un maximum d’autonomie, restez au centre.

🐱‍🐉 Comment visiter le parc national de Torotoro ?

Avant de vous lancer dans des randos à gogo, passage obligatoire au bureau des guides du parc. Et oui, ici, être accompagné par un guide est obligatoire pour la plupart des activités qui partent de Torotoro. Plutôt pénible, surtout lorsqu’il s’agit de faire une simple balade. Si ça nous a un peu agacé au début, nous avons compris pourquoi ils étaient nécessaires sur certains sites. Aussi, partagé en 4  (6 maximum par groupe), le prix n’est vraiment pas excessif et rémunère correctement le guide.

Partager un guide pour visiter le parc national Torotoro ?

Dans une logique de réduction des coûts ou pour passer un bon moment à plusieurs, vous pouvez partager un guide avec d’autres voyageurs jusqu’à 6 personnes.

Pour trouver de nouveaux camarades : 

  • Rendez-vous à 8h devant la maison des guides. Brisez la glace et formez un groupe ;
  • Le groupe facebook Les Français en Bolivie : mine d’informations, bons plans et échange entre voyageurs. Vous y trouverez forcément votre bonheur.
  • Voyager avec des amis. Le plus simple pour se faire des amis c’est d’en avoir déjà !

Combien ça coûte de visiter le parc national Torotoro ?

Voici donc un récap des coûts pour visiter le parc national de Torotoro : 

  • Entrée au parc national de Torotoro valable 4 jours soit l’ensemble de votre séjour : 100 BOB par personne (15€) ;
  • Journée Ciudad de Itas et spéléologie dans la caverne d’Umalajanta  : 620 BOB par groupe (maximum 6) : soit la journée à 22€ par personne si on est 4 ;
  • Randonnée dans le Canyon Vergel : 100 BOB par groupe de 4 (maximum 6) : soit 3,5€ par personne si nous sommes 4 ;
  • Chambre privée à 15€ la nuit ;
  • Déjeuner au marché (8 BOB soit 1,50€) ou au restaurant (20 BOB soit 2/3€).

Il existe aussi d’autres circuits et activités accessibles (toujours avec un guide) sur le site du parc comme le cimetière des tortues, les ruines de Llama Chalki ou la cascade Qaqa. 

Ainsi, en étant 4 et en restant 3 jours, l’ensemble des activités à Toro Toro nous ont coûté environ 75€ par couple. Le séjour en entier nous aura coûté 172€ pour deux. Maintenant que vous avez toutes les informations, passons aux choses sérieuses et découvrons Torotoro ensemble !

🦕 La ville de Torotoro : village du jurassique peuplé de dinosaures !

Je ne sais pas vous, mais nous avions bien besoin de nous dégourdir les jambes après ces heures serrées comme des sardines dans le truffi. Nous sommes donc doucement portés vers la place centrale du petit village de Toro Toro. Difficile de se perdre. Si il y a bien une chose que l’on se souvient, ce n’est pas des quelques bâtisses coloniales mais des dinosaures ! 

Qui n’a pas rêvé, enfant, de voir ces reptiles géants débarquer dans la ville ? Le monde de Petit Pied le dinosaure a bercé notre enfance, ainsi que celui Jurassic Park. 

Sur la place principale, on ne sait plus où donner de la tête, ils sont absolument partout ! On se prend vite au jeu avec quelques grimaces. Soyez attentifs, il y en a à tous les coins de rue, hôtels, entrée du gymnase, certains plus ou moins réalistes !

memoji elisa 2

Si vous venez le 24 juillet, vous aurez peut-être la chance d’assister à la fête de l’Apóstol Santiago. L’occasion de voir les rues en fêtes, les locaux en costume traditionnel (et avec un sacré coup dans le nez si on en croit certains témoignages). Information à vérifier, car une semaine avant nous (Novembre), c’était aussi la fête du village.

💎 Ciudad de Itas : rencontre du troisième type avec des animaux en pierre

La veille, nous sommes partis en quête d’informations à la maison des guides. Entrée au parc national Torotoro en poche et réservation faite !

Départ chaotique

Même endroit, le lendemain matin 8h. Nous avons réservé l’excursion sur la journée de la Ciudad de Itas. Les images que nous avons vues nous ont intrigué et on s’attend à une randonnée curieuse. Mais d’abord 1h de transport en 4×4 pas du plus jeune âge (comme son chauffeur) sur une route sinueuse en terre. Ne cherchez pas les ceintures, il n’y en a plus. Les pneus sont lisses, les suspensions grincent et l’autoradio est bloquée sur une musique locale aux consonances asiatiques qui te donne envie de te transformer en T-Rex affamé. Nous nous sommes jetés hors de la voiture en arrivant au début de la marche.

Le Million Frère !

Notre jeune guide du jour, Diego,  une vingtaine d’années au compteur, nous emmène à la découverte d’une cité de pierre. Au programme une petite randonnée qui nous emmènera à travers des crevasses, des grottes et des pierres avec une drôle de forme. On commence fort avec l’observation de traces préhistoriques dans une petite caverne. Notre guide insiste sur la fragilité des interprétations mais on imagine que c’est un soleil. Mieux vaut éviter d’être trop terre à terre à ce moment-là. 

Ensuite, notre groupe aura la chance d’avancer seul dans ce somptueux décor qui ne serait pas sans rappeler un peu l’Antelope Canyon aux Etats-Unis. Le vent, l’eau, la végétation et des milliers d’années ont façonné les lignes épurées de la roche. Chef d’œuvre de la nature, les courbes sont harmonieuses et les couleurs bien contrastées.

Des formes d’animaux se sont cachées tantôt dans les falaises tantôt en pierre. Ici, un éléphant, là bas, une tortue géante.. 

Après un doux picnic préparé par nos soins, marche arrière en Jeep. Le paysage est toujours dantesque avec ces mi-collines mi-montagnes à la forme étrange, presque horizontale. Une mâchoire de requin préhistorique ? Elles sont les témoins de l’intense activité tectonique de la plaque de Nazca.

🔦 Caverna Umajalanta : de la spéléologie comme vous n’en avez jamais fait !

Premier contact avec les lézards géants

Suite de l’excursion du jour qui se fait en deux temps. L’expérience suivante commence avant même d’entrer dans la grotte puisque notre guide nous montre nos premières traces de dinosaures. On est heureux comme des Français devant un fromage qui a du goût après 1 an de voyage. Des petits, des gros, des carnivores et des herbivores, nous y reviendrons un peu plus tard dans la partie consacrée au Canyon de Vergel qui viendra approfondir vos connaissances en empreintes fossilisées.

30 minutes de marche après l’entrée et nous voilà en face d’une petite cabane qui nous fournit casque et frontale pour descendre dans les profondeurs de la Terre. En France, nous aurions sûrement été encordés avec je ne sais quelle protection. Là c’est nous, notre lumière et notre casque.

Prévoyez un pantalon long, une  petite veste qui ne craint rien et des chaussures de sport pour explorer la grotte. Vous allez le lire dans les prochaines lignes, vous allez passer du temps à ramper, vous faufiler, glisser.. donc on se sent plus à l’aise quand la peau est couverte.

Une expérience hors du commun ! Incontournable à visiter à Toro Toro !!

C’est parti pour 2 heures d’aventure dans l’obscurité. Il ne faut pas être claustrophobe et certains passages sont très étroits. Mimi se demandera plusieurs fois s’il va réussir à passer, une bonne initiation à la spéléologie. Ce que l’on apprécie, en plus des sensations, c’est que notre guide nous ponctue la visite de petites anecdotes sur les stalactites, leur forme et leur histoire.. 

Le moment le plus fort ? Lorsque l’on arrive au “fond” de la grotte et que l’on éteint les lumières. On n’entend plus que l’eau de la rivière souterraine. Le guide nous dit qu’on peut entendre aussi les pleurs d’un enfant qui se serait perdu. On n’aime pas beaucoup tout trop ça, vite la sortie ! 

Si vous visitez le parc national de Torotoro, on ne peut que vous conseiller de faire cette activité, c’est juste génial si vous aimez bien être confiné dans le noir. Pour savoir si vous êtes fait ou non pour cette expérience, enfermez vous quelques minutes dans un petit placard.

💫 La randonnée des siete (7) vueltas

Traduisez, la randonnée des 7 virages. Au départ de la maison des guides, cette petite randonnée de 2 heures environ vous emmènera dans la campagne avant de vous faire passer dans les creux des collines qui surplombent la ville. Elle ne représente pas vraiment de difficulté, ni d’intérêt. En journée, la lumière est si dure qu’elle ne met pas en avant les collines atypiques de Torotoro en forme de dents des abysses.

Au fil de la balade, on peut apercevoir beaucoup de fossiles de crustacés ou coraux. Enfin il parait. Pour être honnête, nous nous sommes lancés dans cette boucle facile sans guide. Pas vraiment difficile de suivre le chemin, nous étions 4 et en 1 heure la boucle était bouclée.

En haut des 7 virages, la vue panoramique sur les plaques tectoniques soulevée, le village et les environs est sympathique sans être ahurissante. Bref, notre conclusion est la suivante : sans guide, c’est possible mais sans grand intérêt. Nous sommes passés à côté de la majorité des fossiles, sans contexte. On a juste marché en fait et c’est ce que nous cherchions.

🦜 Le Canyon de Vergel : sur les vraies traces des dinosaures

Cette dernière balade nous a permis de déceler une nouvelle facette de Torotoro et même de la Bolivie. Descendons au fond du ravin ensemble, avec les services de Diego à qui nous avons refait appel  !

Sur les traces des plus gros lézards de l’Histoire

La randonnée commence par une partie qu’il vaut mieux faire très tôt dans la matinée. Pas un arbre, un soleil qui frappe fort le sol déjà fissuré de sécheresse. On se dit que les dinosaures qui vivaient ici ont dû être transformés en saucisses ! Après une quinzaine de minutes depuis le village, nous entrons dans un espace clôturé. C’est stupéfiant. Devant nous, une cinquantaine de d’empreintes de pas fossilisées provenant de différents dinosaures. 

Ces dernières ont été découvertes à l’érosion des couches de sédiments par la pluie. Une aubaine pour nous mais aussi un risque qu’elles disparaissent. Les guides et scientifiques sont persuadés que d’autres travaux d’excavations mettraient au jour de nouvelles découvertes préhistoriques. Faute de budget, ils attendent la pluie.

Quels dinosaures vivaient ici ?

Notre guide nous explique les trois types de dinosaures qui vivaient ici : 

  • Coelurosauria : carnivores, il est facile de reconnaître leurs 3 griffes. Il existait plusieurs gabarit  plus ou moins gros;
  • Ornithopoda : un dinosaure qui se déplace aussi sur deux pattes mais qui est herbivore, difficile aussi de connaître leur taille exacte, mais on sait que certains pouvaient atteindre jusqu’à 15m;
  • Ankylosaure : herbivore, on connaît très bien ce dinosaure avec une queue équipée d’une massue ! Il apparaît dans de nombreux films. N’hésitez pas à l’appeler pour tout travaux de démolition.

L’observation des traces permet de déduire des scénarios potentiels de ce qu’il s’est passé ici, toujours sans 100% de certitude. On voit par exemple un groupe d’herbivores qui semble suivi puis encerclé par leur prédateur. Possible aussi d’en déduire la présence d’une famille lorsque l’on voit les petites et grandes traces. L’espacement des empreintes souligne la vitesse de déplacement et la taille de l’animal.

Une sortie passionnante qui nous a fait nous sentir comme des enfants devant un C’est pas Sorcier. D’ailleurs on vous remet un épisode !

Cañon de Torotoro y Cascada El Vergel

Après avoir enrichi nos connaissances sur les plus gros lézards du monde, nous suivons leurs traces dans le Canyon de Torotoro, aussi appelé El Vergel en lien avec la cascade qu’il abrite. Cascade vous dites ? Et nous qui pensions cuire en toute impunité, nous sommes ravis ! 

Arrêt bref au Mirador en forme de demi-cercle pour observer le canyon et ces oiseaux qui s’abritent dans les niches de la paroi. La lumière est très dure ce qui ne met pas le paysage à son avantage. Nous descendons maintenant par un escalier en plein soleil. Il fait très chaud, heureusement que l’on a des couples de Aras verts à observer pour se distraire parce que 250m, c’est quand même une grosse demi-heure de descente.

Quelques centaines de mètres dans le lit du canyon nous dévoilent une oasis verdoyante. Les gros rochers polis par le temps et blanchis par le soleil abritent une mini jungle avec piscine privée. L’eau fraîche tombe du ciel et nous sommes presque seuls. Les parois sont recouvertes d’une quantité de mousse impressionnante, nous n’avions jamais vu ça (alors qu’on s’y connait en cascade). Nous avions trop chaud ? La température de l’eau saura nous rafraîchir, c’était gelé mais ressourçant. 

Pour le retour, vous avez deux options. La première : reprendre les escaliers. Si cette méthode est peut être la plus rapide, vous êtes en plein soleil et vous avez déjà vu le paysage.. Très peu pour nous et quand notre guide nous propose de passer par un chemin un peu plus physique mais amusant, on saute sur l’occasion ! Si vous êtes en forme, demandez à remonter le Canyon de l’intérieur pour voir des jolies cascades et trous d’eau, tout en sautant de pierre en pierre, un peu à l’ombre.

🤘 Conclusion : visiter Toro Toro nous a fait tomber encore plus amoureux des dinosaures

Nous avons adoré visiter le parc national de Torotoro et on espère que vous avez pu le noter dans ces quelques lignes. Voir tous ces dinosaures partout dans les rues et ces paysages complètement fous nous ont surpris, en bien.

Si le principe de prendre un guide nous a au début un peu rebuté, nous l’avons trouvé très compétent. Il nous a appris plein de choses sur la terre, les dinosaures, la géologie.. Merci à lui d’avoir partager ses histoires ! 

On notera aussi qu’il y a d’autres randonnées et activités à faire à Torotoro. Le cimetière des tortues par exemple, la cascade Qaqa ou des ruines. 

Aussi, notons que son accès difficile l’a préservé d’un afflux trop important de touristes. Un lieu méconnu en Bolivie, que l’on cantonne souvent au Salar d’Uyuni. On vous recommande vraiment d’y aller quelques jours lors de votre voyage en Bolivie !

🧷 Epingle nous pour visiter Torotoro et ses dinosaures !

pinterest pin visiter toro toro
village toro toro pinterest
Visiter le parc national Toro Toro en Bolivie
- 17 avril 2022

Aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

1 jour 1 corail popup