Les Paresseux Curieux

Voir le monde à 270 degrès

Drone de voyage : ce qu’il faut savoir avant de décoller à l’étranger
Nos Conseils

Drone de voyage : ce qu’il faut savoir avant de décoller à l’étranger

Pendant notre périple, nous avons noté beaucoup de questions sur l’usage de son drone de voyage dans différents pays. Que ce soit sur Instagram ou sur les groupes d’entraides Facebook, on trouve des infos mais aussi des intox !Mimi démêle le vrai du faux sur les pays que nous avons visités pour que votre curiosité soit utilisée ailleurs que dans la lectures de normes d’usages d’un drone pendant votre voyage !

🤔 Peut-on voyager avec un drone ?

Depuis quelques années, le drone loisir vit son âge d’or et s’est très largement démocratisé auprès des consommateurs toujours plus exigeants sur la qualité des images.

En seulement une demie décennie, le drone est passé du statut de gadget à celui d’incontournable. Mais avoir un drone de voyage, est-ce une bonne idée ?

Si l’on remonte quelques années en arrière, je vous l’aurais déconseillé tant les drones de l’époque pesaient des kilos et étaient très encombrants pour une faible autonomie. Pas très pratique pour des voyageurs au long cours dont la maison se porte sur le dos quotidiennement. En revanche, pour des professionnels de l’image venus exclusivement pour créer du contenu, le discours est tout autre.

Aujourd’hui, je ne peux que vous recommander de partir avec un drone de voyage. Les progrès technologiques sont tels qu’on trouve des bestioles de 250 grammes, avec une portée qui se compte en kilomètres, une autonomie atteignant la demie heure et en dessous de 500€. Cerise sur le gâteau, la structure est souvent pliable et compacte. Plus besoin de se priver pour prendre des clichés de bonnes qualités ou des plans en 4K (5K même) vue du ciel, le pouvoir est entre vos mains et il ne pèse pas lourd.

Pour nous, les Paresseux Curieux, l’utilisation de notre drone de voyage débloque une nouvelle perspective et décuple notre créativité. Ce n’est plus un accessoire mais un élément indispensable dans notre panoplie de créateur de contenus ! La nouvelle dimension qui nous est dévoilée nous épate à chaque fois et nous révèle de belles surprises.

🚫 Les pays où les drones de voyage sont interdits

La démocratisation de nos amis à hélices a poussé les pays à mettre en place des législations particulières à cette catégorie d’aéronefs. Certaines nations refusent même strictement que des engins à hélices rentrent sur leur territoire tandis que d’autres ont émis des conditions d’utilisation et d’enregistrement auprès des autorités aériennes sous certaines conditions. Avant de partir avec votre drone de voyage, lisez bien les quelques lignes qui suivent ! Ces informations, qui mélangent vécus et recherches sur internet, datent de Janvier 2022 et sont amenées à changer. N’hésitez pas à checker aussi le site Drone Law

Pour la réglementation, nous traiterons essentiellement les pays que nous avons visité dans le paragraphe suivant.

Les pays où l’importation de drone est interdite (2022)

Lorsque l’on parle d’importation, cela signifie qu’il n’est pas possible de rentrer sur le territoire en possession d’un drone de voyage ou autre. Si la douane détecte la présence d’un aéronef dans vos sacs, il sera automatiquement confisqué et parfois accompagné d’une amende. . Et par confisqué on entend qu’il sera difficile de le récupérer à la sortie.

Depuis 2015, le Maroc n’autorise plus l’introduction d’un drone sur le territoire. Quel dommage de ne pouvoir survoler les dunes du Sahara !

Paradoxe, le vol est cependant autorisé. Il faudra se rapprocher d’agences locales pour louer du matériel et faire les démarches administratives sur les prises de vue. Attention, si vous tentez de faire rentrer un drone, il sera confisqué et l’amende à payer sera de 1165 Dihrams (110€)

A Cuba, idem qu’au Maroc, vous ne pouvez pas venir sur le territoire avec votre aéronef. En revanche, le vol en drone est autorisé.

Voici la liste des pays par continent (Janvier 2022) qui interdisent l’import de drone sur leur sol :

  • Amérique Centrale : Cuba, Nicaragua, Belize ;
  • Afrique : Algérie, Maroc ;
  • Asie : Corée du nord, Azerbaïdjan, Kyrgyzstan.

Pensez donc à bien prévoir votre itinéraire !

Dans certains pays, les législations sont encore assez floues. Y aller avec un drone de voyage pourrait vous mettre dans de beaux draps et ce avant même d’avoir mis le pied en dehors de l’aéroport. C’est notamment le cas au Moyen-Orient et en Afrique (Egypte, Sénégal, Madagascar etc..).

Les pays où l’utilisation du drone est interdite (2022)

Même si l’import d’un drone de voyage est interdit dans un pays, cela ne signifie pas qu’il soit impossible d’en faire voler un ! A l’inverse, si le passage à la frontière ne pose pas de problème, il se peut que vous ne puissiez pas découvrir le pays vu du ciel.

Les Galapagos ne vous confisquent pas votre drone à l’aéroport, en revanche il est interdit de l’utiliser sauf utilisation scientifique (source : galapagos.org).

Parce qu’on trouvait ça marrant de le souligner, impossible de voler au-dessus de l’Antarctique sauf sous pour les expéditions scientifiques.

Voici la liste des pays par continent (Janvier 2022) qui interdisent l’utilisation de drone sur leur sol :

  • Europe : Biélorussie, Gibraltar, Vatican ; 
  • Afrique : Botswana, Egypte, Palestine, Kyrgyzstan, Irak, Syrie, Tunisie, Arabie Saoudite ;
  • Amérique Centrale : Barbade, Nicaragua, Belize ;
  • Asie : Bangladesh, Brunei, Corée du Nord.

Si le pays ne figure pas parmi cette liste, il est parfois nécessaire d’obtenir un permis et de s’enregistrer en amont.

👮🏽 Les règles à respecter quand on part avec son drone de voyage

Import de drone : ✅ Autorisation de vol : ✅
Vous êtes prêt à décoller.

¡Un momentito por favor ! Sans vouloir jouer les rabats-joies ni remplacer les textes de législation mis en place dans les pays, petit rappel des règles triviales à respecter :

  • Altitude maximum de 120 mètres ;
  • Respecter les réglementations mises en place sur les sites privés (archéologiques, parcs nationaux, réserves naturelles..) ;
  • Le survol de lieux de culte n’est en soit pas interdit, mais il est conseillé d’en informer les gérants ;
  • Interdiction de survol de personnes, en milieu urbain, de bâtiments ou agglomération ainsi que les zones interdites ou restreintes ;
  • Respecter le droit à l’image. Si la personne est reconnaissable, il faut son accord pour la filmer ou photographier ;
  • Garder votre drone à l’oeil ;
  • Un drone une personne ;
  • Pas de pilotage depuis un véhicule en mouvement ;
  • Ne pas faire voler son drone après la nuit aéronautique (15 minutes après le coucher du soleil) ou dans des conditions de faibles visibilité;
  • Ne pas être sous l’emprise de stupéfiant, de drogue ou d’alcool ;
  • Survol de zones sensibles ou No Fly Zones interdit et une distance de sécurité de 6km s’applique (central nucléaire, aéroport, zone militaire..) : en France, l’ensemble de ces zones rouges sont déterminées sur Géoportail.

En France et dans de nombreux pays, l’utilisation d’aéronefs est considérée comme une activité aérienne et est donc soumise à la réglementation de l’aviation civile (DGAC). C’est de votre responsabilité de vous renseigner sur les règles en vigueur.

😘 Faire voler son drone en voyage, les règles de vol pays par pays

Dans cette partie, vous trouverez les réglementations mises en place par les pays que nous avons visité sur l’usage d’un drone de voyage. Alexandre s’est renseigné avant chaque passage de frontière et voilà ce que l’on retient. Bien sûr, il y a la théorie et la pratique. Vous entendrez sûrement des témoignages d’autres voyageurs qui adoucissent les traits de la législation. Ici, nous voulons vous informer afin que vous ayez toutes les cartes en main lors de votre voyage.

Nous parlerons bien entendu de la pratique à titre récréatif avec prise de photographies à but non commercial. Les sources seront aussi indiquées car on trouve parfois sur la toile de tout et son contraire. Toutes les réglementations n’ont pas été ajoutées, seules les plus importantes à nos yeux.

La réglementation pour faire voler son drone en Argentine

En Argentine (Janvier 2022), il suffit d’enregistrer son drone de voyage au Registre National des Aéronefs de l’ANAC (la DGAC Argentine) sauf les Classes A (voir ci-dessous). Ceci implique des frais de dossier de 800 pesos (3€ au tarif Blue Dollar). Une déclaration de propriété est aussi à réaliser sur le site du CAD dans certains cas. Les papiers doivent être imprimés pour les présenter 

La législation stipule que le pilote doit être âgé de 18 ans au plus ou accompagné et surveillé par un adulte. A cela s’ajoutent bien évidemment les règles de “bon sens” à respecter, comme le vol à vue ou l’interdiction pendant la nuit aéronautique. L’Argentine distingue 5 classes de drone en fonction de leur poids :

  • Classe A : moins de 500 grammes ;
  • Classe B : 500 grammes à 5 kg ;
  • C,D,E pour les plus gros engins.

Les drones de classe A pour usage récréatif ne nécessite pas de permis, seulement l’enregistrement. 

Pour en savoir plus : le site de l’ANAC.

La réglementation pour faire voler son drone en Bolivie

Au 23 Novembre 2021, deux types d’UAV se distinguent. Ceux qui pèsent plus de 200g jusqu’à 35kg (RPA Mediana) et ceux moins de 199 g (RPA Pequena non soumise à l’enregistrement du drone de voyage).

Les autorités Boliviennes séparent les activités “récréationnelles” des “travaux aériens” dont la différence implique une rémunération et requièrent une autorisation spéciale. Pour faire voler son drone en Bolivie de plus de 200 g, il faut avoir :

  • 18 ans révolu ;
  • Rempli le formulaire d’enregistrement suivant ;
  • Ne pas voler dans les zones interdites ;
  • Voler éloigné des zones militaires, policières, gouvernementales, stations-service ou autres hydrocarbures ainsi que d’incendies de forêts.

La petite source au cas où, pour vérifier si il y a eu un changement.

La réglementation pour faire voler son drone au Brésil

Similaire à la Bolivie et aux autres pays d’Amérique du Sud, voici la réglementation pour faire voler son drone de voyage au Brésil : 

  • Voler à au moins 30 mètres de distance horizontale de personnes ne faisant pas partie du plan de vol ;
  • Pour les UAV pesant plus de 250g (batterie et charge incluse), il faudra enregistrer son drone auprès du SISANT ;
  • Respecter les règles émises par la DECEA ;
  • Pour des vols à plus de 120 mètres d’altitude, il faut disposer d’une licence qui aura été validée par l’ANAC au préalable.

On vous a trouvé un petit schéma qui explique bien les différentes possibilités pour faire voler votre drone !

La réglementation pour faire voler son drone en Colombie

En Colombie, la réglementation pour faire voler son drone est plus claire et mieux cadrée. 3 classes se présentent :

  • Classe A (ouverte) : de 250 g à 25 kg (batterie et charge comprise). Ne nécessite pas une autorisation de la UAEAC ;
  • Classe B : de 25 kg à 150 kg. Autorisation nécessaire, survol international et transport exclus;
  • Classe C : plus de 150 kg.

Pour la classe A (qui concerne la majorité de nos lecteurs), les règles pour faire voler son drone en Colombie sont : 

  • Enregistrement du pilote obligatoire dans la base de données via ce formulaire à envoyer à l’adresse email atencionalciudadano@aerocivil.gov.co ;
  • Le drone doit avoir une plaque d’identification visible (nom, adresse, téléphone);
  • Vitesse maximale de vol limitée à 80 km/h ;
  • Distance horizontale maximale de vol limitée à 500 mètres durant toute la session ;
  • 150 m de distance avec les nuages et conditions de visibilité > à 5 km ;
  • Pas de fumigation ou autre travail aérien (incluant le transport) autre que la capture d’images ;
  • Obligation de garder le contrôle, ce qui exclut les vols autonomes.
  • Vol à 9 km d’aérodrome ou 3 km d’héliport, 1 km de bases militaires ou policières, 3,6 km des frontières ;

En cas de doute, le gouvernement Colombien à mis en place un PDF explicatif disponible ici. Si vous êtes assez fou comme Mimi pour vous lancer dans sa lecture, c’est entre les pages 15 et 23. 

La réglementation pour faire voler son drone au Costa Rica

Au Costa Rica, les drones sont classifiés en 4 catégories ainsi que 2 utilisations, récréatives et travaux aériens : 

  • Micro RPAS ≤100 g ;
  • Pequeños RPAS ≤ 2 Kg ;
  • Livianos RPAS ≤ 25 Kg ;
  • Grandes RPAS ≤ 150 Kg.

Pour les drones < 25 kg, la réglementation impose de :

  • enregistrer son drone de voyage sur le site de la DGAC du Costa Rica ;
  • étiqueter sur la structure du drone les informations d’identification, numéro de série, nom et numéro du propriétaire ;
  • les règles à respecter d’usage.

La réglementation pour faire voler son drone à Dubaï (Emirats Arabes Unis)

Il est légal de faire voler son drone de voyage à Dubaï et plus généralement aux Emirats Arabes Unis. Pour cela, il faudra respecter la réglementation suivante pour être tranquille lorsque vous pratiquez à titre récréatif :

  • Enregistrer son drone auprès de la GCAA avant de décoller;
  • Respecter les zones de vol autorisées disponible sur l’application My Drone Hub (iOS et Android) ;
  • Ne pas enfreindre les lois de l’UAE concernant la prise de photographie ;
  • Altitude maximale limitée à 120 mètres ;
  • Interdiction de survol de personnes, propriété privée, mauvaise condition et de nuit ;
  • Âge minimum pour un drone de plus de 25 kg, 21 ans;

Profiter des déserts de Dubaï du ciel est finalement plutôt simple ! Les règles ont cependant du évoluer puisqu’Alexandre n’avait pas pris le sien lors de son voyage. Alors ne manquez pas de checker au cas où !

La réglementation pour faire voler son drone aux Etats-Unis

Bien que le système fédéral américain rend les lois très changeantes en fonction des Etats, le cadre d’utilisation de drone récréatif à titre non commercial est plutôt simple.

Si votre drone pèse plus de 250 grammes, il faudra passer par le formulaire d’enregistrement auprès de la FAA qui coûte 5$. Parmi la réglementation mise en place, voici ce qu’il faut retenir pour faire voler son drone aux Etats-Unis :

  • Ne voler que dans les zones autorisées définies sur l’application B4UFLY (before you fly – avant de voler) (version iPhone & Android) ou sur la carte officielle de la FAA ;
  • Survol des parcs nationaux interdit ;
  • Voler à vue et à une altitude inférieure à 120 mètres ;
  • Passer le “The Recreational UAS Safety Test” (TRUST) et conserver une preuve de succès (gratuit);
  • Garder une marque à l’extérieur du drone contenant le numéro d’enregistrement, ainsi qu’une copie avec vous.

Simple, clair et efficace !

La réglementation pour faire voler son drone au Guatemala

L’usage d’un drone au Guatemala est régit par la législation imposée par la DGAC. 3 classes d’UAV sont à distinguées : 

  1. Grand UAV : un aéronef sans passager de plus de 150 kg.
  2. Petit UAV : un aéronef dont le poids total est de moins de 100 grammes.
  3. Moyen UAV : un aéronef qui n’est ni un Grand UAV ni un petit UAV.

En entrant sur le territoire, la loi impose de déclarer son drone aux autorités afin de réserver son “distintivo” (105Q ou 12€ environ).

Sur place en revanche, en fonction du poids et des caractéristiques de votre drone, vous n’aurez pas forcément besoin de l’enregistrer. Renseignez les informations de cette page pour savoir la procédure à suivre.

Si votre drone nécessite de figurer sur le registre de la DGAC, vous avez jusqu’à 8 jours pour le faire. Il faudra remplir ce formulaire qui servira à la demande d’inscription et le soumettre avec d’autres justificatif de la page 6 du Requisitos ainsi qu’une taxe de 1000Q (120€ environ). On suppose qu’il faut se rendre sur place aux bureaux de la DGAC du Guatemala.

En échange, vous recevrez un numéro ressemblant à “UAV-TG-XXX” où “XXX” est un nombre qui devra être lisible sur une des ailes gauche. Dans tous les cas, il devra figurer sur une plaque métallique le modèle, numéro de série, propriétaire et numéro d’identification.

Source en direct du site officiel de la DGAC section drone ainsi que le document sur les procédures “Requisitos“.

La réglementation pour faire voler son drone en Indonesie

Les volcans d’Indonesie, ses rizières, plantation de thé et eaux transparentes en font un terrain de jeu idyllique pour les amateurs de drone.

L’ensemble des informations concernant l’enregistrement, l’autorisation et les conditions de vol d’UAV sont disponibles sur le site de la DGAC Indonésienne portail SIDOPI GO qui ne dispose pas encore d’une traduction anglaise sur leur site de 2022. Cette partie se basera donc sur deux autres sites non officiels afin de vous éclairer quelques peu. Un document officiel de 2016 est disponible en Bahasa sans traduction disponible.

On retrouve les interdictions standard de vol de nuit, depuis un véhicule en mouvement, population ou ville, ainsi qu’une limite de 150 mètres d’altitude et un vol à vu. Le poids maximal du drone ne doit pas dépasser 7 kg. Certaines zones ont des restrictions de vol. Pour le moment difficile d’en dire plus sur la régulation mise en place par l’Etat Indonésien.

La réglementation pour faire voler son drone en Malaisie

Les îles Perhentians, Mabul Island ou les îlots de Sabah sont à elles seules des raisons suffisantes pour sortir son drone et faire des clichés dignes de vos rêves les plus fous.

La CAAM (Civil Aviation Authority of Malaisia) classe les UAV en 2 catégories principales :

  • ATF (Autorisation to Flight)  : ceux de moins de 20 kg (1) ;
  • ceux de plus de 20 kg ou pour des projets spéciaux (2).

Au minimum 14 jours avant la date de décollage de votre drone, vous devez remplir ce formulaire d’authorisation de vol (doc word) et l’envoyer à l’adresse drone.atf@caam.gov.my . 250RM de frais sont à prévoir. Il n’est cependant pas nécessaire d’enregistrer son UAV dans ce cas de figure.

La Malaisie impose aux drones les règles standards de vol comme :
  • Hauteur maximum de vol limitée à 120m (400 feet);
  • Vol à vue uniquement ;
  • 150 mètres de de foules, 50 mètres de personne ou véhicules, survol de groupes de personnes ou d’espaces publics ;
  • Pas de vol pendant la nuit aéronautique ;
  • Atterrissage dans un rayon de 30 mètres des personnes les plus proches.
On notera aussi que l’armée et la police sont frileux à voir des drones voler autour de leur poste de sécurité. Notamment sur les îles aux alentours de Borneo où la piraterie est encore très présente (ce qui entraine une présence militaire de dissuasion). N’hésitez pas à demander aux locaux ou votre hôtel. Ils connaissent la situation et parlent généralement très bien anglais. Sur ce, profitez bien d’une eau turquoise à volonté !

La réglementation pour faire voler son drone au Mexique

Au Mexique, il est tout à fait légal de faire voler son drone à condition qu’il respecte la réglementation imposée par la DGAC (nouvellement AFAC). 

Les catégories de drone sont divisées comme décrit l’image suivante.

reeglementation drone mexique

Depuis 2018, la législation pour les drones de moins de 2 kg à usage récréatif au Mexique est la suivante :

  • Si votre drone pèse plus de 250 g, il faudra alors l’enregistrer auprès du Registre Aéronautique Mexicain (le formulaire est disponible page 45, il faudra le compléter et le transmettre à l’adresse rpas@sct.gob.mx). En plus d’être difficile à trouver, le formulaire exige un CURP, le numéro d’identité Mexicain, pour être validé. Pour les touristes, la procédure pour s’enregistrer est longue et n’est même pas sûre d’aboutir.
  • Altitude maximale fixée à 120 mètres et distance horizontale à 457 mètres;
  • Garder sur soi une copie de l’enregistrement ;
  • Pour un drone de plus de 250 g il faut disposer d’un logiciel limitant la distance horizontale et l’altitude, ainsi qu’un numéro de série de l’appareil.

Sur place, beaucoup de sites touristiques et archéologiques interdisent l’utilisation du drone et parfois même d’en introduire sur le site au même titre que des trépieds d’appareil photo. La petite source à brandir si vous êtes dans votre droit et qu’un policier tente de vous demander de l’argent (on ne sait jamais). 

La réglementation pour faire voler son drone au Pérou

Faire voler son drone au Pérou est légal et, normalement, vous devez le déclarer lors du passage de la frontière dans le formulaire de douane. Lors de l’obtention de l’autorisation, il faudra laisser un dépôt de garantie d’une valeur de 18% du prix du drone restitué à la sortie du territoire. En pratique, on ne nous a rien demandé.. 

L’amende potentielle est de 50% du prix du drone neuf. Une fois fait, voici les règles à suivre pour faire voler son drone de voyage au Pérou :

  • Enregistrer son drone auprès de la DGAC. Il faudra se rendre physiquement sur place au Sede Central del MTC ou à un Centre d’Attention du Citoyen (Centros de Atención al Ciudadano) de la région. La demande prend 48 heures ;
  • Respecter les zones de vol et survol interdites (sites archéologiques ou historiques comme le Machu Picchu) ;
  • Altitude maximale de 150 mètres, distance de 20 mètres minimale de personnes,édifices ou objets, 30 mètres des routes et 4 km pour les aéroports ;
  • Ne pas voler au-dessus de personnes et de foules ;
  • Vol en continu de plus d’une heure interdit.

En pratique, les communautés locales interdisent aussi à leur manière l’utilisation du drone. Même si légalement c’est autorisé, ils ne se gêneront pas de lancer des pierres sur votre aéronef et à vous réclamer de l’argent comme à la montagne des 7 couleurs. Cet article d’ExploorPeru vous a fait un récap des zones touristiques de ce style. Demander conseil à votre guide pour savoir si vous faites bien de le faire voler ou non!

👍 4 conseils et astuces pour partir avec un drone de voyage

Partir serein quant au vol de votre matériel

Nous sommes partis en tour du monde avec notre drone, nos ordinateurs, nos téléphones.. et quand on enchaîne les bus de nuit, il est important d’être serein quand à notre matériel (déjà qu’on ne dort pas bien..). 

Pour le plus grand bien de notre sommeil, nous sommes partis avec l’assurance AVA Tech de GObyAva (25€ par mois ou 50€ par an selon le type de contrat). Notre drone (et ses collègues) sont ainsi protégés contre le vol et les dommages. Attention, cela n’est valide que si vous respectez la loi sur votre lieu de pilotage. Ainsi, si vous faites tomber le drone au milieu d’un parc national aux Etats-Unis, alors que c’est interdit.. ne comptez pas sur un dédommagement. 

Prendre l’avion avec un drone

Chaque compagnie aérienne a ses propres règles vis-à-vis du transport de drone et surtout du transport de batteries. De manière générale, ne placez JAMAIS les batteries en soute et ne les rechargez pas pendant le vol, notamment à cause des produits inflammables contenus à l’intérieur.

Quelles et combien de batteries puis-je transporter en avion ?

Certaines compagnies fixent une quantité maximale de batterie transportable ainsi qu’une limite de puissance (160 Wh en général, mais cela concerne les vélos électrique et équipement industriel).

Deux exemples pour vous y retrouver :

  • Air France et ses exigences vis-à vis du transport de drone et de batteries.
  • la compagnie Air Europa sur la quantité de batteries transportable par un passager :

Comment transporter ses batteries de drone en avion ?

Le plus simple et recommandé, est de transporter ses batteries dans des sacs ignifugés de ce type là dans votre bagage cabine. Pour rappel, aucune batterie ne va en soute et vérifiez les conditions appliquées par la compagnie aérienne.

Les applications utiles pour faire voler son drone de voyage

Connaître les conditions météos, les zones autorisées ou tout simplement trouver un bon spot pour faire voler son drone, voici notre sélection d’applications :

  • Drone Buddy : pour connaître les conditions météorologiques à l’instant T ;
  • Geo Drones : une carte des zones autorisées, limitées et interdites dans le monde entier ;
  • L’application Drone-Spot : une carte des zones autorisées, limitées et interdites dans le monde entier ;
  • Drone Spot : presque le même nom que l’app précédente sauf que celle-ci est une carte collaborative pour partager les meilleurs spots de drone sur la planète.

Identifier son drone de voyage

Si un jour votre drone est amené à se crasher, vous serez bien content d’avoir suivi les deux conseils qui vont suivre !

  • Coller une étiquette bien visible à l’extérieur de votre drone avec des informations basiques. En plus d’être obligatoire dans certains pays, si vous le perdez, quelqu’un pourra peut-être le retrouver et vous contacter via ce moyen ! Les vidéos de ce style profuse sur les plateformes ;
  • Dans la carte SD sur votre drone, créer un fichier txt avec les informations de contact du propriétaire. Une carte SD peut survivre à l’eau contrairement à un drone. Ce serait dommage de perdre à jamais ses rushs.

👍🏼 Et pour conclure avant de partir s’envoyer en l’air ?

Globalement, on retient de ces différentes lectures que si vous êtes équipés d’un drone de moins de 250g, vous devriez être plus tranquille lors de votre voyage. Avec ce partage d’informations, nous espérons que vous y verrez plus clair et partirez à l’aventure en toute conscience. Il n’est jamais bon d’ignorer la loi, surtout dans un pays où on ne parle pas la langue. 

Nous tâcherons de mettre à jour cet article au gré de nos aventures pour rendre cet article le plus complet possible. On vous souhaite un bon vol, n’oubliez pas d’attacher vos ceintures !

♥ Epingle nous pour utiliser ton drone de voyage partout (où tu peux) !

pinterest drone de voyage
voyager avec un drone pinterest
- 4 mars 2022

1 commentaire

  • tony 24 septembre 2022 at 10:01

    woaw super article merci de toutes ces infos ! juste une question, c’est quoi la ville de cette photo 😀 ? https://lesparesseuxcurieux.fr/wp-content/uploads/2022/03/sucre_drone-0354.jpg

    Reply
  • Laissez un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    1 jour 1 corail popup