Les Paresseux Curieux

Voir le monde à 270 degrès

Salkantay Trek : 5 jours de randonnée à la rencontre du Machu Picchu
Amérique du Sud, Destinations, Pérou

Salkantay Trek : 5 jours de randonnée à la rencontre du Machu Picchu

Le Pérou, c’est des cordillères grandioses, une tripoté de sommets glacés à plus de 6000 mètres, une diversité de paysages déstabilisante, mais aussi un lieu aussi mythique que mystique : le Machu Picchu. Découvert il y a moins de 100 ans, cette merveille du monde moderne se devait d’être un passage obligé de notre tour du monde. Vous connaissez l’expression “On a rien sans rien” ? Et bien nous l’avons appliqué à la lettre, car c’est après un trek de 5 jours saupoudré de paysages, de traditions et de lieux fantastiques que nous arrivons à destination. Nous voici donc partis sur la route des incas avec le Salkantay Trek. On espère que vous vous êtes bien acclimatés avant de lire ces lignes !

Notre expérience ? Quelle agence choisir ? Les différentes options ? Quelle condition physique ? Le matériel ? On vous raconte tout.

🤓 Salkantay Trek, Inca Trail, 2, 4 ou 6 jours.. différents treks pour visiter le Machu Picchu

Depuis Cusco, capitale de l’empire Inca, les chemins à travers tout le territoire s’étendent telle une toile d’araignée. Vous connaissez l’expression “Tous les chemins mènent à Rome” ? Et bien ici tous les chemins partent de Cusco. C’est donc sans surprise qu’il y a différentes routes pour atteindre le Machu Picchu. Cette partie vous aidera à identifier les différents chemins Inca proposés.

Salkantay Trek : pour les paysages

Le trek du Salkantay est le plus long des 3 itinéraires avec 75 km. C’est un beau challenge sportif et mental. Mais la Pachamama est passée par là et nous a laissé des paysages sublimes tout au long de la route. C’est aussi le seul chemin qui permet de voir 2 fois le Machu Picchu avec des angles différents ! Le trek vous fera passer par quelques ruines et, que les choses soient claires, vous foulerez aussi un Inca Trail !

Combien coûte le Salkantay Trek ? Entre 200$ et 600$ selon les agences. Il est aussi facilement possible de le réaliser en autonomie.

Sa durée ? 4 ou 5 jours. Les 2 premiers jours sont identiques. Le jour 3 sera sportif et moins reposant pour ceux optant pour la version “courte” du Salkantay Trek. On vous recommande la version longue pour profiter des bains thermaux et relaxer vos jambes (elles le mériteront) !

Inca Trail : pour les archéologues en herbe

L’Inca Trail est plutôt centré archéologie. En effet, il traverse plusieurs 8 ruines incas avant d’arriver au bout de 43 km à la plus célèbre : le Machu Picchu. D’ailleurs, vous arriverez par la porte du soleil en grande pompe, face au Wayna Picchu et à la ville. 

Combien coûte l’Inca Trail ? Minimum 300$ et les prix grimpent facilement. L’Inca Trail est plus cher pour deux raisons :

  1. Il faut s’acquitter d’une taxe de 100$ à l’entrée. Pour le Salkantay Trek, c’est 20  soles soit environ 4€ ;
  2. Les mules et chevaux sont interdits pour protéger les sites. Ce sont donc des porteurs qui font le trajet avec vous, ce qui est plus coûteux surtout qu’ils ne sont pas exempts de la taxe d’entrée.

Sa durée ? 4 jours.

Visiter le Machu Picchu depuis Aguas Calientes : l’option la plus facile et rapide

Si votre santé ne vous le permet pas ou si vous n’avez pas beaucoup de temps, vous pouvez aussi visiter le Machu Picchu depuis Aguas Calientes. Il n’y a pas de route dans la vallée, forcément ça complique les choses.

Deux options pour rejoindre Aguas Calientes :

  1. en bus depuis Cusco jusqu’à la Hidroeléctrica. Environ 6h30 de trajet avant de partir pour une marche de 13 km le long des rails ou prendre le train ;
  2. en transport jusqu’à Ollantaytambo puis en sautant dans le train jusqu’à Aguas Calientes (80$ le trajet).

On vous conseille de faire l’aller Cusco – Hidroeléctrica et de marcher si vous le pouvez. Ensuite, si le budget le permet, prenez le train depuis Aguas Calientes pour rentrer à Cusco.

🚣🏽 Jour 1 : Laguna de Humantay et première nuit à 4000m, on commence le Salkantay sur les chapeaux de roues !

Distance : 13 km (en théorie) 
Dénivelé : + 338 m / – 250 m
Durée: 5 h. 3h de montée, 2h de descente
Altitude maximale : 4250 m les pieds dans la lagune
L
ogement : igloo en verre à 3920 m avec vue sur le glacier Salkantay.
Pas de prise électrique.
Difficulté : 🌟🌟🌟◻◻

Ressenti : c’est le premier jour, notre corps est encore un peu en difficulté avec l’altitude et les muscles sont froids. Le chemin est bien balisé et la descente sur l’herbe plutôt douce pour les genoux.

4 heures du matin. On nous avait prévenu pendant le briefing de la veille que le réveil serait difficile. Nos yeux sont gonflés, notre estomac vide, notre cerveau est excité. Nous avons une seule hâte, nous rendormir pour les 3 heures de transports jusqu’au point de départ à Soraypampa. Un horaire qui n’a rien d’exceptionnel puisqu’il deviendra finalement une habitude pendant ces 5 jours de trek. Ne vous en faites pas, on s’y fait !

La Laguna de Humantay

On est beau, on est frais, on fait connaissance avec notre groupe. 18 têtes et 2 guides prêts à en découdre avec ce jour qui nous est annoncé comme facile. Notre objectif : atteindre la Laguna de Humantay et son glacier.

La montée n’est pas difficile pour qui est habitué à l’altitude. Les 600 mètres de dénivelé ont bien réveillé nos pauvres cuisses de mortels et donnent le ton pour ce qui nous attend. Arrivé en haut, nous ne sommes pas seuls car d’autres randonneurs ont fait un tour sur la journée à la Laguna de Humantay.

Le ciel se découvre. L’eau de la lagune revêt un beau bleu turquoise pour notre plus grand plaisir. Notre guide Coco en profite pour nous expliquer le symbolisme de ce lieu dans la mythologie inca. Nous sommes assis face à un Axis Mundis : une porte qui relie 2 des 3 différents mondes. Ce lac relie le monde d’en bas (Uku Pacha) avec le monde des humains (Kai Pacha) et permet la naissance des âmes.

Dormir dans un Igloo dans l’altiplano : une expérience fraîche mais inoubliable ♥️

S’ensuit de 1 à 2 heures de descente de la lagune au campement. Le chemin sur l’altiplano suit le fil du ruisseau qui serpente et abreuve chevaux, mules et lamas. Et Pachamama sait qu’on aime ces petits lamas ! 

Un instant de doute nous envahit : tente cette nuit ? L’arrivée nous réchauffe le cœur et le corps : ce sont des igloos en verre qui nous serviront d’abri pour la prochaine nuit. 

Après un déjeuner copieux et bien mérité à 14h, chacun prend ses quartiers. La vue sur le glacier Salkantay se fait plus cinématique à mesure que les nuages se dispersent, surtout au chaud dans l’igloo. 

La nuit tombe, le froid aussi. Le dîner préparé par les cuistots est très bon et nous réchauffe. Il est temps de rejoindre notre sac de couchage pour la nuit. Spoiler Alert : nous n’aurons pas froid pendant notre sommeil grâce aux supers sacs de couchage fournis par Machu Picchu Réservations mais l’altitude nous refusera un sommeil profond.

Triste anecdote, il y a 15 ans, la surface du glacier de la Laguna Humantay était au moins 10 fois plus importante. Avec le réchauffement climatique, ce dernier rapetisse de plus en plus.

🔝 Jour 2 : direction le point le plus haut : le Salkantay Pass

Distance : 22 km
Dénivelé : + 630 m / – 1780 m
Durée : 9 longues heures dont 4 de montée et 4 d’une interminable descente
Altitude maximale : 4630 m au pieds du glacier Salkantay
Logement du jour : une tente abritée à 2900 m dans la jungle.
Électricité, wifi et douche chaude (surplus)
Difficulté : 🌟🌟🌟🌟◻

Ressenti : Y’a pas à dire, grimper 700 m à plus de 4000m d’altitude, c’est pas évident. Cependant, c’est cette descente sans fin sous la pluie dans la forêt qui a été pour nous la plus difficile moralement.

Le réveil sonne à 4h. Le réveil, c’est le chef cuisinier deux maté de coca fumant à la main. Il fait encore nuit mais le glacier découvert nous invite à le rejoindre.

Une ascension à 4600 m

Le petit-déjeuner englouti, le groupe se met en route à 5h pour ce deuxième jour. La première partie de l’ascension est progressive. Le soleil se lève dans notre dos, encore un peu timide caché par les montagnes. L’herbe jaune et verte typique de la pampa du Pérou reprend l’ascendant sur le noir des montagnes.

Nous sommes ici dans la cordillère negra à cause de la couleur de la roche et de l’absence de neige. C’est au nord de Lima, près de Huaraz que l’on rencontrera plus tard la cordillère blanche.

La route de l'enfer

Les pauses sont régulières. Coco nous dit que la Pachamama est avec nous, avec une météo au beau fixe et un soleil radieux. La deuxième partie de l’ascension s’intitule “la route des 7 serpents” à cause de la montée en virage. Dur mais c’est une course contre les nuages qui commencent à envahir l’altiplano. Après 40 minutes intenses, nous voici en haut, à 4600m.

memoji elisa 2Coco nous explique que nous sommes face à un des 3 Apus de Cusco. Les 3 montagnes Salkantay (6271 m), Humantay (5473 m) et Veronica (5894 m) sont les gardiens de la vallée au service de la Pachamama. Le Salkantay est considéré comme trop difficile à grimper.

L'arrivée en fanfare !

C’est sous un ciel bleu parfait que le glacier nous souhaite la bienvenue à l’altitude la plus haute du Salkantay Trek. Nous réalisons une cérémonie de l’Apachita pour la Pachamama et en mémoire d’un guide disparu. Un moment très fort en énergie et en émotion pour l’ensemble de notre groupe. Nous n’en dirons pas plus pour ne pas spoiler votre propre expérience.

La descente de l’enfer jusqu’à Chawllay (et elle ne sera pas la seule..)

Ce qui est bien en montagne, c’est qu’après une montée, il y a forcément une descente. Descente qui pourra se décomposer en deux parties dans ce cas.

Une première rocailleuse jusqu’au déjeuner et une seconde dans la forêt humide (ou cloud forest pour les amateurs qui ont lu notre article sur Monteverde au Costa Rica).

La première partie n’est pas très agréable pour les genoux mais passe encore. Nous sommes très étonnés par les énormes blocs de pierres qui habillent la vallée.. mais comment ont ils pu arriver là ? Le déjeuner est très bien accueilli par l’ensemble de l’équipe !

Commence la seconde partie accompagnée par une pluie qui s’intensifie.. tant est si bien que l’on doit s’arrêter attendre que ça passe. Elle s’arrête, on prend le créneau et on fonce. Malgré notre bonne volonté, cette deuxième partie nous semblera interminable ! On sera vraiment contents d’arriver à notre campement où nous attend la possibilité de prendre une douche chaude pour 10 soles et le match Pérou – Argentine.

💚 Jour 3 : de la jungle aux bains thermaux

Distance : 16 km
Dénivelé : + 0 m / – 800 m
Durée : 5 heures de descente
Altitude maximale : 2850 m
Logement du jour : une tente dans un camping à 1550 m
Difficulté : 🌟◻◻◻◻

Ressenti : La journée la plus facile du Salkantay Trek ! Attention, si vous prenez la version 4 jours, ce sera le plus compliqué

Descente dans la cloud forest jusqu’à Playa Santa Elena

Une fois n’est pas coutume, levé à 4 heures. Mais cette fois-ci, on est plein d’espoir ! Nous savons que des bains thermaux nous attendent en arrivant à Santa Teresa et que ce ne sera que de la descente. 

Ce fut plutôt facile ! Les deux groupes se mélangent et c’est l’occasion de faire plus ample connaissance avec nos compagnons de route. Les paysages sont encore une fois mémorables. Sur la route, nos guides nous expliquent un peu plus les habitudes des locaux. On se fait peindre le visage avec des plantes locales, on observe des geysers, on se fait piquer par des moucherons et mange un sandwich à l’avocat..

On prend aussi toute la mesure de la dureté de la vie dans cette région. Depuis 2 ans, les enfants n’ont plus école à cause de la pandémie. Pour suivre les cours en ligne, ils doivent grimper en haut de la montagne pour trouver du signal. 3 mois avant le début de la crise, un énorme glissement de terrain est venu emporter toutes les routes laissant le village isolé pendant de très longues semaines. Et même sans ça, ils sont déjà à plus de 3h de la première ville.. Une belle claque pour nos habitudes de citadins. 

Toutes ses explications transforment le trek du Salkantay en une véritable expérience de vie, embrassée par la Pachamama et au-delà des beaux paysages.

Sur cette partie, nous avons croisé des excursions à cheval et en VTT. N’hésitez pas à vous renseigner si vous êtes amateurs.

Détente bien méritée aux bains thermaux de Cocalmayo

La fin de la journée se fait minivan (ça secoue !), jusqu’au camping au village de Santa Elena. Quelques Pisco Sour, un perroquet qui n’aime pas les fourchettes et les couteaux trop alignés et une partie de tarot plus tard, on prend la direction des bains de Cocalmayo.

memoji elisa 2Cette activité est facultative et coûte 25 soles (5€) supplémentaires par personne (transport+bains). Si c’était nous, on la rendrait obligatoire pour le plus grand bien de vos muscles ! Disponible uniquement pour les treks de 5 jours.

Nous avons passé un super moment ! Les piscines sont très propres, le cadre splendide et l’eau vraiment chaude. Les plus courageux comme Mimi feront ça à la suédoise, des allers retours douche froide, bain chaud. Nos jambes nous disent merci pour ce moment 100% détente pendant le Salkantay Trek !

La journée se terminera (ou plutôt la soirée) sur une fête réunissant l’ensemble du groupe et nos guides. On a vraiment beaucoup rigolé, dansé sous la boule disco du camping et (un peu) bu jusqu’à 23h (on est vraiment des déglingos). Le groupe en sortira plus soudé que jamais, prêt à affronter la pire journée : le quatrième jour !

🤔 Jour 4 : heureusement qu’on voit le Machu Picchu de dos

Distance : 20 km (35 d’après le téléphone, on veut bien le croire)
Dénivelé : + 800 m / – 800 m 
Durée : 6 heures (en théorie).
3h de montée, 1h30 de descente, 2h30 le long des rails
Altitude maximale : 2700 m face au Machu Picchu
Logement du jour : une auberge avec électricité, eau chaude et matelas à 2050 m
Difficulté : 🌟🌟🌟🌟◻

Ressenti : La montée est moins abrupte à l’ombre des arbres. Ca pique un peu à la fin (4ème jour oblige). Le pire ? On ne sait pas trop. La descente est raide pour les appuis mais la marche le long des rails est VRAIMENT longue. Vous nous direz ce que vous avez le plus détesté.

Première vue du Machu Picchu

Marche arrière en mini-bus jusqu’à l’entrée du sentier à Lucmabamba. La journée commence par une dégustation de café local. Le breuvage est le bienvenu après cette nuit qui a été courte. En effet, il fallait vraiment partir tôt ce matin pour éviter la pluie qui aurait pu rendre la descente glissante et dangereuse. 


Faire le trek du Salkantay, c’est aussi 2x plus de Machu Picchu ! Pourquoi ? Parce qu’après avoir fait vos 600 mètres de dénivelé ce jour, le point culminant de votre randonnée sera face à la merveille du monde. Un premier aperçu qui nous met tous en joie. On profite d’une demi-heure de pause bien méritée pour sortir le drone et se faire défoncer les jambes par les moucherons piqueurs.

Attention à bien prononcer Machu Picchu. Notre guide Coco nous explique que prononcé pi-chu : cela veut dire vieux .. penis ! Il faut dire pi-k-tchu pour vouloir dire vieille montagne en quechua.

Avant d’entamer la descente, nous traversons plusieurs petites ruines. Ces dernières témoignent des maisons de repos, les “tambos”, construites tous les 15 km sur l’ensemble du chemin des incas. Point de relais des messagers ou des convois de l’empire, celle-ci fait face au Machu Picchu.

Le saviez- vous ? L’empire Inca s’étend de la Colombie à l’Argentine ! Imaginez un peu le temps que ça prenait pour délivrer un message d’un bout à l’autre ?

La descente dont on ne prononcera pas le nom non plus

Nous entamons ensuite la descente. On ne s’attardera pas dessus trop longtemps pour ne pas ranimer ce souvenir pénible. Par chance ce n’était pas glissant mais les racines, rochers et autres obstacles la rendent très éprouvante pour les genoux. La chaleur tombe au fur et à mesure que l’on descend. On est contents d’arriver à notre pause dej.

De Hydroelectrica à Aguas Calientes

Après la pause déjeuner, une dernière marche nous attend. 12 kilomètres à faire le long des rails, c’est long, c’est long, c’est loooooooong.

memoji elisa 2Si vous êtes vraiment cuits, vous pouvez prendre le train le plus cher du monde qui relie Hydroelectrica à Aguas Calientes, soit 30$ pour 12 km. Devinez notre choix.

Heureusement, c’est plat. Le paysage offre une perspective différente vu d’en bas. Ponts de traverse, oiseaux colorés (enfin un, mais il était super stylé !), clapotis de la rivière.. cela nous ferait presque oublier que nos jambes hurlent et qu’il faut refaire la même chose demain !

Après 2h30, la douche chaude à Agua Calientes fait plaisir. On se couchera tôt dans un vrai lit car demain, c’est la rencontre que l’on attend tous avec impatience.

💖 Jour 5 : bienvenue au Machu Picchu

Distance : 4 km (sans visite du MC) + 10 km (le long des rails si retour en bus)
Dénivelé :  + 400 m de marche raide jusqu’au MC / – 400 m
Durée : 1h (40 min pour Mimi pour la montée) + 2h le long des rails
Altitude maximale : 2400 m au Machu Picchu
Difficulté : 🌟🌟◻◻◻

Parce qu’on avait pas assez souffert : les escaliers du Machu Picchu

Jour J. Nous allons enfin rencontrer notre merveille du monde moderne : le Machu Picchu. Mais ne croyez pas que c’est si simple. En effet, pour finir le Salkantay Trek en beauté, nous allons devoir marcher 2 km puis grimper plus de 1900 escaliers, soit 500 m de dénivelé et ce à 5h du matin pour y être à l’ouverture. 

Bon en vrai, c’est moins dur physiquement que ça n’y parait. Le groupe a décidé de faire face à cette épreuve à l’unisson. C’est juste pénible mais cela fait partie de l’expérience et nous serons tous fiers d’y être arrivé tout en moins d’une heure (43 minutes pour Alexandre).

Le record de montée est à moins de 40 minutes. Bien entendu, si vous ne vous sentez pas de monter les marches, un bus à 15$ le trajet vous déposera au sommet. Les tickets peuvent s’acheter la veille à Aguas Calientes.

Arrivée et visite du Machu Picchu

6h, nous sommes en haut. On se hâte pour rejoindre le point de vue et là.. WAOU. La vision au lever du soleil surpasse ce à quoi nous nous attendions, c’est subjuguant. Après une séance photo bien méritée, nous embarquons pour une visite de 3h avec Coco qui va faire “revivre” le Machu Picchu !

Un lieu longtemps caché !

La cité fut abandonnée à la chute de l’empire inca alors que la construction n’était pas achevée. Les habitants s’enfuirent avec l’or et Les Espagnols ne la trouveront jamais et les constructions furent peu à peu ensevelies par la végétation, mais jamais oubliées des locaux. 


En 1860, c’est la découverte du lieu par un prospecteur de mines allemand A.R. Berns qui commence le pillage des artefacts. Puis, en 1911, Hiram Bingham, un historien américain engage l’Université de Yale dans les fouilles du site. Les objets trouvés furent envoyés au Etats-Unis et ce n’est qu’en 2010 que Yale acceptera de restituer les pièces, plus précisément 36000 fragments archéologiques.

memoji elisa 2Histoire amusante, Monsieur Bingham était en fait à la recherche du site où se sont abrités les réfugiés après l’arrivée des espagnols. En questionnant les habitants, il obtient la direction du “Machu Picchu” où “Grande Montagne” qui l’emmène à sa découverte.

Mais à quoi servait le Machu Picchu ?

Cette cité inca fut construite au XVème siècle. Ce fut peut être la résidence de l’empereur PACHACUTEC, un sanctuaire religieux ou une université. D’après les recherches archéologiques, les habitants étaient plutôt âgés. Cela appuierait la thèse d’un lieu de transmission du savoir avec des jeunes qui ne resteraient que le temps de l’apprentissage auprès des plus âgés. 


Nous avons été très impressionnés par le style architectural du Machu Picchu. En effet, les Incas ont utilisé les blocs de pierre gigantesques présents sur place avec une technique bien spéciale. D’abord, un choc thermique dans des grands fours pour créer des fissures, puis des pieux pour les élargir les et briser les pierres. Coco nous montre un essaie des archéologues, qui ont mis 2 semaines à casser un bout grand comme une brique.

Comment était organisée la vie sur place ?

Le site est divisé en 2 grands secteurs : 

  • Au sud : une zone agricole constituée d’un ensemble de terrasses de cultures – De grands escaliers se détachent du flanc de la montagne, formés de murs de pierres retenant la terre arable permettant la production de maïs, pommes de terre, légumes – ces terrasses ont aussi un rôle anti-sismique. Comme à Morey, c’était aussi un lieu d’expérimentation d’agriculture ;

Au nord : la zone urbaine où vivaient les habitants et se déroulaient les activités civiles et religieuses. Elle comprenait quatre quartiers : sacré, populaire, noble et ecclésiastique.

memoji elisa 2Vous noterez peut-être que toutes les fenêtres des habitations sont alignées les unes sur les autres.
Vraiment impressionnant !

Deux axes découpent ensuite la ville :

  • l’un est centré sur une large place construite sur des terrasses à plusieurs niveaux;
  • tandis que l’autre est un large escalier faisant office de rue principale avec, bien réparties, des fontaines creusées à même la roche.

Y-a-t-il eu des sacrifices au Machu Picchu ?

La zone sacrée, l’INTIHUATANA est dédiée au dieu Soleil avec les trésors archéologiques, la Pyramide, le Temple aux 3 fenêtres et le Temple du Condor. Les deux fenêtres du temple correspondent à l’alignement du soleil lors des deux solstices. On constatera aussi l’omniprésence de la chacana, la croix inca à 3 niveaux, dont le symbolisme nous a beaucoup parlé.

Dans le quartier des nobles se trouve le BINGHAM ‘’le Tombeau Royal’’, une tour conique finement sculptée. Dans la Tour plusieurs autels sacrificiels dont ont été trouvé à proximité 142 squelettes de momies assez bien réparties quant au sexe et aux âges. On peut donc imaginer que oui.

memoji elisa 2Les incas ne faisaient que rarement des sacrifices. L’empire s’étendant de l’Equateur au Chili, on retrouvait différentes cultures. Les sacrifices étaient réalisés en général à cause d’une catastrophe naturelle, afin d ‘apaiser les dieux. Juanita “la nina de los hielos”, conservée à Arequipa, témoigne de l’une de ses pratiques ainsi qu’une dizaine d’autres enfants trouvés dans des volcans ou glaciers.

Cette visite du Machu Picchu nous a vraiment enchanté ! C’était vraiment super intéressant de le faire avec Coco qui a insufflé l’âme de l’Histoire lors de notre visite.

🤑 Faire le trek du Salkantay : avec agence ou sans agence

Deux options s’offrent à vous pour faire le trek du Salkantay : avec agence ou en autonomie.

Ayant préféré la première option, on ne s’étendra pas sur la version en solo mais nous connaissons des voyageurs qui l’ont fait et cela c’est bien passé. Le chemin n’est pas dangereux et il est possible de réserver des nuits en refuge quasiment tout du long. Attention, il vous faudra porter la nourriture, le matériel.. et sur 5 jours, ça peut être usant si vous n’y êtes pas habitués. A noter, la présence de petite tienda le long de la route pour acheter de l’eau et quelques vivres.

Pourquoi avons- nous choisi de faire appel à l’agence Machu Picchu Reservations pour le Salkantay Trek ?

Pour notre premier trek de plus de 4 jours, nous avions envie d’un peu de confort, de sécurité et surtout de contexte puisque nous allions quand même rencontrer une des merveilles du monde. 

Après avoir fait l’expérience du Salkantay trek avec l’agence Machu Picchu Reservations, voici les bonnes raisons de le faire accompagné (et en bonne compagnie !) :

  • la force du groupe : plusieurs fois, on a envie de laisser tomber, mais le groupe nous porte. Par exemple, certains d’entre nous ont pensé prendre le bus le dernier matin, mais on s’est tous soutenus pour aller au bout des marches ensembles;
  • les explications des guides : nous avons adoré nos guides Coco et Tony qui nous ont beaucoup transmis sur les traditions, les croyances locales et l’Histoire Inca et du Machu Picchu;
  • la bonne nourriture à chaque repas : big up aux cuisiniers qui, en plus de bien cuisiner, sont archi chauds en randonnée (ils nous ont doublés plusieurs fois et paraissait à peine essouflé);
  • le confort : du matériel de qualité comme les sacs de couchage, des logements « prêts », mules pour les affaires de nuit..

Vous l’aurez compris, c’était vraiment une expérience géniale, et nous sommes vraiment contents d’être passés par Machu Picchu Reservations. Ce n’est pas la première fois qu’on a des excellents retours sur cette agence qui fournit un rapport qualité / prix imbattable comparé au même service chez les autres agences. Pour le prix, à partir de 190$ sans train (ou 280$ avec train), ces 5 jours étaient vraiment au top et on remercie encore notre guide Coco de nous avoir partagé tout son savoir !

Condition physique, matériel.. le point organisation avant de partir pour le Salkantay trek

Quelle condition physique pour faire le Salkantay Trek jusqu’au Machu Picchu ?

Contrairement à d’autres treks comme celui de l’Acatenango au Guatemala, nous n’avons pas trouvé que la performance physique journalière était importante. En effet, si on prend chaque jour de trek, l’effort n’est pas trop compliqué. Mais qu’est ce qui est dur alors ? La durée.

A notre sens, si marcher longtemps n’est pas un inconfort et que l’altitude ne vous retourne pas la tête, tout le monde peut faire le trek du Salkantay. Ce qui sera difficile, c’est d’enchaîner les jours, et ce plus mentalement que physiquement (moyennant des genoux non fragiles et de bonnes chaussures).

Aussi, le faire en groupe est un avantage considérable : il y aura toujours quelqu’un de votre niveau et (on l’espère) pour vous soutenir avec un petit mot gentil et vous pousser jusqu’au sommet.

Que mettre dans son sac pour le trek du Salkantay ?

Rappelez vous, si vous partez avec une agence, des mules se chargeront de transporter vos affaires de nuit (🌛) mais vous devrez porter votre sac de jour (🌞). Voici la check-list des affaires spécifiques à prévoir dans votre sac avant de vous embarquer dans le Salkantay Trek

  • Polaire (🌞) ;
  • Doudoune légère : type Uniqlo (🌞) ;
  • Imperméable coupe-vent (🌞) ;
  • Chaussures de randonnée ou de trails : évitez les baskets normales car vous serez amené à enjamber des ruisseaux voir terrain aqueux (🌞) ;
  • Bonnet, gants et lunette de soleil (🌞);
  • 1 pantalon de randonnée (🌞) ;
  • Anti moustique tropical : de préférence en crème. Pour lutter contre les moucherons piqueurs de l’enfer, tartinez vous de gel hydroalcoolique. Non, ce n’est pas une blague (🌞) ;
  • Crème solaire 50 (🌞) ;
  • Lifestraw ou micro-pure pour boire l’eau partout. Vous pourrez acheter des bouteilles d’eau sur la route mais mieux vaut éviter le plastique et boire à sa soif (🌞) ;
  • du papier toilette, une denrée rare qui vaut cher une fois en haut (🌞) ;
  • Batterie portable, batteries de rechange, chargeur (🌞)
  • des snacks en tout genre (mélange 🌞 et 🌛) ;
  • 2 paires de chaussettes : en mérinos de préférence, testées avant pour éviter les ampoules. (1 paire 🌛) ;
  • Un legging qui vous servira de tenue chill pour le soir (🌛) ;
  • 2 ou 3 t-shirts : toujours en mérinos si possible pour l’odeur (2 dans 🌛) ;
  • Lampe frontale (🌛);
  • T-Shirt et/ou collant thermique si vous êtes très frileux (🌛) ;
  • un maillot de bain pour les bains thermaux (🌛);
  • une serviette microfibre (🌛) ;

Et le mal d’altitude (ou MAM) pendant le trek alors ?

On conseille chaudement d’arriver à Cusco au moins 2 jours complets avant de commencer votre trek du Salkantay. Cela vous laissera le temps de vous acclimater aux 3300 m avant d’aller plus haut et de minimiser vos chances d’avoir le mal aigu des montagnes. A cette altitude, vous ne risquez pas grand-chose si ce n’est quelques symptômes désagréables (maux de tête, fatigue, nausée, perte d’appétit, essoufflement…).

Aussi, si vous avez le temps, privilégiez le transport en bus plutôt qu’en avion qui vous permettra une adaptation plus lente et diminue fortement vos chances de mal d’altitude. Pas de panique, les pharmacies sur place auront de quoi vous soulager dans les deux cas. Laissez le temps à votre corps de se faire à ce nouveau climat en vous reposant. Éviter de faire une grosse soirée alcoolisée par exemple !

Pendant le trek, munissez vous de bonbons de coca et de feuille de coca. Nous en avons consommé régulièrement et mis à part le premier soir où nous avons eu le sommeil agité, tout s’est bien passé.

memoji elisa 2Funny fact, en plus d’être une offrande très prisée par la Pachamama, les feuilles de coca diminuent les symptômes du mal des montagnes. A mastiquer ou dans un thé, vous ne sentirez aucun symptôme psychique. Vous serez cependant positif au test de drogue pendant quelques heures voir jours.

🏔 Le Salkantay Trek, bonheur ou souffrance ?

Décidemment un incontournable d’un voyage au Pérou (mais on ne vous apprend rien), visiter le Machu Picchu à l’issue du trek du Salkantay est une expérience que l’on recommande à qui peut le faire physiquement

Encore une fois, la difficulté de ce trek est vraiment mentale et entourés d’un bon groupe, vous n’en ferrez qu’une bouchée de pain. On n’a que plus savouré notre arrivée devant cette merveille du monde après avoir galeré autant mais on ne regrette pas. 

Elisa parle souvent de son rapport plaisir/souffrance et ici, on est vraiment gagnant. Le fait que les affaires de nuit, le logement et la nourriture soient pris en charge rend l’expérience abordable pour chacun ! Vous n’avez plus d’excuses : il faut booker le Salkantay trek pour votre prochain voyage au Pérou !

📍 Epingle le Salkantay Trek pour ta visite au Machu Picchu

visiter le machu picchu avec un trek !
salkantay trek : pourquoi choisir une agence
notre guide pour le salkantay : on vous raconte tout sur pinterest
- 7 novembre 2021

Aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *