Les Paresseux Curieux

Voir le monde à 270 degrès

Que faire pour visiter Merida et ses environs au Mexique ?
Amérique Centrale, Destinations, Mexique

Que faire pour visiter Merida et ses environs au Mexique ?

Suite logique de notre road trip dans la péninsule du Yucatan, nous voici rendus à Merida, au Mexique, pour de nouvelles aventures. Et on peut dire que la capitale de l’Etat du Yucatan nous a envoûtés par son architecture colorée et éclectique. Mais c’est surtout son dynamisme, autant historique que culturel, qui a marqué des points. Boutiques, galeries, restaurants et petits bars et même un Decathlon. Franchement, que vous cherchiez ou non quelque chose, vous y trouverez chaussure à votre pied. On vous porte dans notre sac à dos pour explorer la ville et ses alentours. Vamonos chicos !

🤍 Visiter Merida, au Mexique, surnommée la “ville blanche”

Un peu d’histoire pour commencer (toujours !)

Vous connaissez la maison, on ne commence pas une visite sans savoir où on va mettre les pieds. Merida, Mexique, n’échappe pas à la règle et ce n’est pas pour rien qu’elle est capitale de l’Etat du Yucatan !

Avant l’arrivée des colons, c’est la cité maya T’ho que l’on trouvait sur les terres de Merida. Cette dernière fut abandonnée petit à petit par la population et ses pyramides détruites par les Espagnols.

Son surnom de “ville blanche” a deux interprétations. La première énumère qu’elle est composée de nombreux bâtiments de pierre calcaire, donc (vous l’avez j’en suis sûre).. blanche ! Plus sombre, la deuxième stipule qu’au moment de la création de la ville, Francisco Montejo souhaitait y édifier une ville pour les blancs (comprenez ici, les Espagnols). Et ce, sans inclure les indigènes mayas des environs. Les forteresses de la ville protégeaient donc une population blanche.

Depuis l’indépendance du Mexique en 1801, la population maya essaie de récupérer ses droits et privilèges. Des conflits et des grèves qui dureront presque 100 ans, en s’intensifiant avec le temps, et aboutiront à la révolution en 1910.

Est ce que Merida est une ville dangereuse du Mexique ?

Aujourd’hui, Merida a pour réputation d’être la ville la plus sûre du Yucatan. Cette renommée s’expliquerait par la présence de la famille des Cartel.. A part les bruits qui courent, on n’en sait pas plus bien entendu !

Cependant, voici notre ressenti sur la sécurité à Merida. Nous ne nous sommes jamais sentis en danger à Merida ou en situation d’inconfort, de jour comme de nuit. Nous avons pu nous balader sans être importunés ou sans nous sentir comme une planche à billet ambulante.

Quand partir à Merida ?

Spoiler alert : peu importe le moment de votre visite : il va faire super chaud ! Cependant, si vous n’aimez pas l’humidité, il vaut mieux éviter la saison des pluies qui a lieu entre juin et octobre

Mais, attendez de voir, vous y étiez en juin vous ? C’était comment ?
Mis à part une petite pluie quotidienne d’une ou deux heures en milieu d’après-midi, nous n’avons pas été embêtés. C’était l’occasion pour nous de faire une petite pause !

Que faire à Merida ?

La capitale du Yucatan cache bien son petit jeu sous sa réputation de ville la plus sûre du Mexique. Il y a vraiment pas mal d’activités à faire dans et autour de la capitale ! Voici ce que nous avons fait et qu’on vous conseille pour découvrir la ville blanche.

Faire un Free walking tour pour découvrir le centre ville

Sans doute notre activité favorite lors de notre passage à Merida. En effet, la ville et son histoire se racontent ! Notre guide nous a beaucoup partagé d’informations sur chaque bâtiment important afin de mieux comprendre le pourquoi du comment. 

La balade de 3h vous emmène dans le cœur de la ville. Rendez vous au Zocalo pour lever le voile sur les secrets de Merida. En plus vous profiterez sans doute des bonnes adresses que vous donnera votre guide à la fin du tour.

memoji elisa 2Nous avons fait appel à Free Tour Merida pour cette visite. Nous n’étions que 4 mais normalement les groupes peuvent aller jusqu’à 30 personnes. A titre indicatif, nous avons donné 180 pesos chacun soit à peu près 7€. Bien moins cher que les expériences sur Airbnb.

Je n’aime pas les tours, que visiter à Merida par moi même ?

Comme il en faut pour tous les goûts et que, peut-être, le free walking tour ne vous plait ou convient pas, voici la liste des incontournables à découvrir en centre ville :

    • Passage de la révolution : pour ses oeuvres d’art et sa verrière de qualité;
    • Casa Montejo : la demeure du fondateur de la ville, je nomme Monsieur Francisco Montera. Un style du 13ème siècle qui en fait la plus vieille maison de la ville, et peut être la plus longue car elle prenait toute la rue;
    • Cathédrale de San Delfonso : on ne s’attend pas à voir une si grande coupole dans cet intérieur plutôt sobre. C’est aussi la deuxième plus vieille cathédrale du Mexique;
    • Palais du Gouvernement : malheureusement fermé avec le COVID, normalement on peut le visiter gratuitement et admirer les belles fresques murales. Ne vous laissez pas intimider par les gardes et demandez leur. Ouvert de 8h à 21h, et en plus c’est gratuit;
    • Paseo de Montejo : les Champs Élysées de Merida au Mexique, avec des bâtisses bien ornementées de chaque côté;
    • La fondation des artistes : découverte sur l’article de Vanessa, ce lieu se veut ouvert.N’hésitez pas à y rester si vous vous y sentez bien;
    • Le Palacio Canton et le musée d’art populaire : le premier abrite le musée d’anthropologie. Le bâtiment à l’air superbe.

On vous invite à consulter cet article de Vanessa qui aborde beaucoup le sujet des musées et centres artistiques à Merida. Plusieurs étaient fermés lors de notre visite à cause de la pandémie de COVID-19 mais vous serez peut-être plus chanceux que nous.

Vous faire des confidences sur les sièges traditionnels en écoutant la musique

Pourquoi ne pas clôturer sa journée sur une note de musique en passant par le Parque Santa Lucia ? A votre arrivée, vous ne pourrez pas louper la présence de gradins. C’est un haut lieu de la vie culturelle de la ville de Merida au Mexique. On y donne de nombreuses représentations musicales où, chaque Samedi, des artistes viennent se défouler sur leur instrument. D’ailleurs, vous y remarquerez des plaques en haut des arcades qui commémorent le nombre de concerts qui y a eu lieu.

A quelques demi-blocs, vous trouverez le bar-restaurant La Negrita. Nous y avons passé un très bon moment avec un groupe de musique salsa au taquet et des cocktails supers à moins de 3€ ! Bon, il a fallu faire la queue 30 minutes et on n’avait pas la meilleure table. Mais c’était chouette sinon !

Mais que viennent faire les confidences dans cette histoire ? Vous trouverez des sièges plutôt curieux un peu partout dans la ville. Il s’agit d’assises spécialement conçues pour que les amants se fassent des confidences, mais en respect de la pudeur propre à l’époque de leur invention ! Ces sièges ne se trouvent que dans les villes de Valladolid et de Merida.

Aller faire un tour au marché

Comme dans chaque grande ville, nous adorons aller faire un tour au marché pour nous imprégner des habitudes locales. Il y a différents marchés à Merida et chacun réserve son lot de delicias !

Nous avons visité le marché de San Benedito en centre-ville. L’ambiance et les couleurs ne nous ont pas déçus. Les alentours sont très vivants, l’occasion parfaite pour faire quelques achats “techniques” comme des écouteurs pour mimi. Pratique pour monter les vidéos.

Gastronomie et spécialités du coin

On vous parle beaucoup de marché mais il ne s’agirait pas de délaisser la gastronomie locale. Chaque région du Mexique possède d’ailleurs ses propres spécialités comme en France mais c’est surtout pour LA recette de tacos régionale qu’on fait le déplacement. A Merida, le tacos phare c’est le “cochinita” ou en français, cochon de lait. En fait, c’est souvent du porc mariné dans du jus d’agrume et lentement rôti dans une feuille de bananier (Pilib). La couleur rouge vif provient des graines de rocou, un condiment typique du Mexique.

memoji elisa 2Dans cette même lignée, Netflix dispose d’une série documentaire dédiée au tacos “Les Chroniques des Tacos”. On a adoré regarder les épisodes associés à la région où nous étions.

Toujours dans cette rubrique gastronomique, c’est à deux pas de la place principale qu’un coup de foudre romanesque a eu lieu. Notre première Marquesita (et on insiste sur le M majuscule). Les premiers pas d’une relation qui, on l’espère, durera longtemps ! Non, en vrai on s’est régalés à voir le Maître Marquesitier faire la préparation et la cuisson, et encore plus à la manger une fois terminée.

Se balader du côté du Parque de Santa Ana

C’est par ce quartier que nous avons commencé notre visite de la ville. Ce petit parc précède une rue bien garnie en galeries et petites boutiques adorables ! On vous conseille donc d’y aller faire un tour pour découvrir sa petite église et vous perdre dans ces étals de choix. Le tout au milieu des maisons colorées !

memoji elisa 2Dites nous dans les commentaires si vous n’avez pas pensé une seule fois “Ouah elles sont cools ces Volkswagen Beatles, j’aimerai bien en ramener une !” Mais d’ailleurs savez vous pourquoi il y autant de ces véhicules iconiques de la marque Allemande ? Il y a quelques décennies, le Mexique était un des plus gros producteurs de pièces automobiles. Le marché Allemand avait des usines ici et d’ailleurs l’ensemble des taxis étaient des Beatles dont la carrosserie était jaune. C’était la voiture du peuple en quelque sorte. Voilà pourquoi on en trouve autant encore aujourd’hui.

🔍 Pour les archéologues en herbe : visiter Uxmal, à 1h30 de Merida

Comment aller de Merida à Uxmal ?

Pour aller explorer les ruines de la cité d’Uxmal, c’est assez facile. En voiture, comptez environ 1h30 de route pour vous y rendre depuis Merida, au Mexique. La route est niquel, sans péage mais avec “tope” ou dos d’âne. 

Si vous êtes en transport en commun, ça devient marrant. Rendez-vous au terminal TAME à Merida pour prendre un bus SUR qui s’arrête au Planétarium d’Uxmal. Attention, il s’arrête à chaque village, il ne faut donc pas être pressé. Le trajet coûterait 70 pesos. Départ de Merida toutes les heures de 6h à 14h. Pour le retour, 12h20, 15h ou 17h au même point de dépose. Nous ne l’avons pas fait nous même, on vous conseille chaudement d’aller vérifier cette info au terminal !

Un peu d’histoire avant de commencer cette visite près de Merida au Mexique

Chez Les Paresseux Curieux, on adore les légendes ! Celle de la cité d’Uxmal raconte qu’elle aurait été construite en une nuit par un roi gnome doté de pouvoirs magiques. Honnêtement, quand on voit la taille de la pyramide qui nous accueille dès l’arrivée.. il devait pousser la gym !

Uxmal a été une cité alliée à celle de Chichen Itza. Elle s’est épanouie dans le rayonnement de la région du Nord-Ouest du Yucatan. Les espagnols ne se sont jamais vraiment intéressés à cette localisation, ce qui explique que le site est en bien meilleur état que les autres. Uxmal est le principal ambassadeur d’un style architectural particulier : le style Puuc. Il est facilement reconnaissable par les mosaïques géométriques sur les bâtiments et les longs nez de Chac Mool.

Qu’est ce qui nous a le plus séduit à Uxmal ?

Les bâtiments sont très bien conservés et les pyramides en jettent. Mais encore plus intéressant, c’est l’ensemble des petits détails sculptés et peints à observer.

Dans le couvent, c’est les portes triangulaires, atypiques et les traces de mains sur les pigments. Sur un des temples, ce sont les petites tortues sculptées finement. Même la pyramide principale cache son lot de mystère avec différentes structures à l’intérieur de la plus grande. Enfin, nous avons croisé un bas relief représentant le doudou d’Alexandre ! Et ça.. c’est fantastique de confirmer qu’il était une divinité à l’époque. Et gare à celui qui pense que c’était le gnome magique !

Uxmal avec ou sans guide ?

Spoiler alert : nous n’avons pas pris de guide. Notre humeur massacrante (à cause des 23€/pers de l’entrée) a fait trembler de peur les guides qui venaient nous offrir leur service.


Comptez entre 700 et 800 par groupe. Si vous trouvez des collègues qui veulent faire ça avec vous, cela peut valoir le coût. Mais voilà, les ¾ du site étant fermés nous n’avons pas trouvé utile de prendre un guide à Uxmal. D’autant plus que, comme à Chichen Itza, nous avions notre guide papier téléchargé sur notre téléphone. Grâce à ça, nous n’avons loupé aucun secret de la cité d’Uxmal ! On a quand même écouté les guides pour comparer avec ce que l’on avait, et on a pas été mécontent de voir que c’était la même chose.

Conclusion sur cette oeuvre magique

Les pyramides de la cité d’Uxmal sont vraiment sensationnelles. On trouve qu’il y a plus de verdure qu’à Chichen Itza. 

Mais voilà, il y a un hic à l’histoire. Le prix de 23€ (comme à Chichen, la taxe fédérale pique), combiné au fait que les 3⁄4 du site sont fermés à cause du COVID et qu’on ne peut pas se balader librement.. on a commencé la visite plutôt grognons ! Attention à bien vérifier que l’ensemble du site est ouvert avant de planifier votre visite.

memoji elisa 2Comme à Chichen Itza, les drones, trépieds et équipements videos (gopro, gimbal, caméscope..) sont interdits. Impossible de trouver l’information avant d’arriver devant le contrôle des tickets et de voir un panneau. Mimi râleur a encore fait des siennes. Mais c’est vrai que c’est rageant quand même.

Sinon, les temples sont encore bien conservés, avec de nombreux détails comme évoqué précédemment. Ça, ajouté au fait que ce soit dans la nature, nous a séduits. Cela aurait été encore mieux si nous avions pu monter sur les pyramides !

Conclusion : Uxmal, ça vaut le coup de le visiter mais, si et seulement si, l’ensemble du site est ouvert.

🏊‍♀️ L’instant baignade en cenote près de Merida

Introduction et quelques conseils pour choisir votre baignade

Vous avez du mal à choisir quelles cenotes à faire aux alentours de Merida, au Mexique ? Comme on vous comprend. Il y en a tellement ! Ce que l’on vous conseille : bien étudier les trajets parce que cela peut vite se transformer en une journée de voiture pénible.

Le choix des Paresseux Curieux ? coupler notre visite d’Uxmal à un plongeon en Cenote (ou plutôt deux !).

Qu’on se le dise, sans voiture, c’est quasiment impossible d’y accéder. Une fois la route nationale quittée, le chemin continue sur de la piste. Les plantations de palme laissent place au petit village de San Antonio Mulix, mélange de ruines et de modestes habitations. 

Arrivés au bout, le “guichet” d’entrée nous attend. Ce dernier ressemble plus au bureau d’une maîtresse dans une classe sans élèves. Mais c’est quand même bien organisé.

Les cenotes de X-Batun

Point info des Mimis (toujours là pour vous servir).
Entrée : 100 pesos pour deux cenotes
Parking : Oui, et même gratuit
Gilets de sauvetages : non obligatoire, mais compris dans le prix de l’entrée
Localisation : plutôt vers Merida (20 minutes de piste)

Pendant la période de pandémie, les gérants des deux cénotes ont mis en place des accès en groupe de 30 minutes. Il faut donc attendre sagement son tour ! Merci qui d’avoir pris le tarot ? (by the way, on était 4 ce jour là, heureusement car le tarot ne se joue pas à 2).

Première baignade

Les deux ne sont pas côte à côte, il faut reprendre la voiture pour se rendre à l’autre. Elles sont d’ailleurs assez éloignées. Après un petit moment de conduite type 4×4, nous voici donc rendus à la première.

Il faut descendre un escalier pour accéder à la cenote, cachée à moitié dans une cavité. La couleur de l’eau est vraiment très belle pour la partie au soleil. A l’ombre, on devine une certaine profondeur qui se traduit par un bleu plus intense. La baignade est agréable, fraîche. On enfile le masque de snorkeling et franchement, ça fait un peu peur quand on va sous l’eau et qu’on ne voit pas le fond. En effet, les abysses donnent l’impression qu’on peut vraiment s’enfoncer dans l’Infra Mundo. 

Deuxième plouf

La deuxième n’a rien à voir ! C’est un grand bassin à ciel ouvert peuplé de nénuphars. Là encore, les reflets et les tonalités sont éclatants. Nous sommes heureux d’ajouter une nouvelle image “eau verte” à notre album Panini des Cenotes.

Il est possible de se baigner, mais à côté des nénuphars. Les poissons qui vivent ici sont sensiblement plus gros que dans les autres cenotes et chatouillent les pieds !

On recommande vraiment ce lieu un peu perdu et difficile d’accès. Les deux cenotes sont vraiment jolies et changent de ce que l’on peut voir d’habitude ! Nous n’avons croisé que des locaux sur place, preuve que c’est une adresse peu connue des touristes 😉

Le saviez-vous ? Dans le sud de la France, dans l’Aude, il y a aussi un cenote, appelé « Gouffre de l’OEil Doux ». Un endroit curieux que l’on s’empressera de visiter une fois revenue en France !

Les 3 cenotes de Cuzama

Situé à 1 heure en voiture de Merida, c’est un endroit un peu particulier que nous proposons. Nous n’y avons pas été mais si on avait su, la donne aurait surement été différente !

Pour cela il faut d’abord se rendre à Cuzama, un petit village de la région. 3 cenotes se situent sur les terres d’une ancienne hacienda. Le truc cool ? Pour relier les 3 piscines, on se déplace dans un chariot sur des rails tiré par un cheval ! 

Les cenotes ont l’air plutôt sympathique mais ça, on vous laisse lire les quelques lignes de Bretzel et Croissant pour vous en rendre compte par vous même. N’hésitez pas à nous mettre en commentaire si vous l’avez fait et si vous avez aimé !

🔔 4 bonnes raisons de s’arrêter à Izamal : la ville jaune

Pas de chance pour cette visite, c’est sous une météo vraiment défavorable que nous avons découvert cette ville pourtant jaune comme le soleil et classé en tant que “pueblo magico”. Pas un chat dans les rues, un marché fermé, 0 restaurant végétarien.. Soyons honnête, nous n’en gardons pas un souvenir fabuleux et pas magique pour un franc. 

Fatigués, nous avons choisi de partir rapidement pour rejoindre Merida. Sur le départ, le soleil a quand même commencé à pointer le bout de son nez, révélant une nouvelle facette de la ville jaune, qui cette fois-ci, nous a semblé bien plus flatteur.

Qu’est ce qu’un Pueblo Magico ?

Si vous avez lu les lignes juste au dessus, quelque chose vous a peut-être interpellé. Qu’est ce qu’un “Pueblo Magico” ? Est-ce que ça a un rapport avec Poudlard ?

Au grand âme de décevoir les fans d’Harry Potter, votre baguette magique n’aura pas aucun effet dans les 120 villes et villages ayant reçus l’appellation “Pueblo Magico” au Mexique. A l’instar de notre label “Les Plus Beaux Villages de France”, le secrétariat du tourisme Mexicain définit un “Pueblo Magico” par cette belle phrase :

Localidades que a través del tiempo y ante la modernidad, han conservado su valor y herencia histórica cultural y la manifiestan en diversas expresiones a través de su patrimonio tangible e intangible irremplazable.

En d’autres termes, c’est une appellation qui met en valeur les localités qui ont des éléments gastronomiques, culturelles, historiques, naturelles ou d’artisanats uniques en leur genre. Chaque année, les villes ou villages peuvent s’inscrire et, eux aussi, devenir un “Pueblo Magico” au Mexique comme Izamal en 2001.

Pourquoi la ville d’Izamal est-elle jaune ?

Le “pueblo magico” d’Izamal est entouré de légendes. Son petit nom n’y échappe pas car il n’y a pas une, mais plusieurs hypothèses qui expliquent pourquoi elle aurait été peinte en jaune. A la manière de Toulouse, la ville rose, personne ne s’est mis d’accord sur l’origine de ce surnom, et on adore ça. Voici les 4 versions possibles :

  • au moment de la visite du Pape Jean-Paul II en 1993, la ville aurait été repeinte pour lui rendre hommage, le jaune étant la couleur du Vatican. Voici la théorie la plus plausible;
  • certains disent que le jaune sert à repousser les moustiques qui sévissent dans les environs;
  • d’autres que cela évoque la couleur du maïs sacré;
  • enfin, la dernière hypothèse serait que cela a permis d’uniformiser la ville et de lui donner une nouvelle identité

Le suspens reste entier, personnellement, on aurait trouvé ça vraiment fun de voir une ville avec des graffitis de maïs sur les murs. Saviez-vous qu’il en existait de pleins de couleurs différentes ?

Mais faut-il s’arrêter à Izamal, entre Valladolid et Mérida ?

Voici autant de bonnes raisons que d’hypothèses sur le surnom de Izamal, soit 4 bonne manière de faire une petite pause : 

  • La collection de bâtiments jaunes, c’est quand même quelque chose : le temps qui passe n’a rien enlevé de sa superbe à cet “amarillo” qui rendrait jaloux un canard de bain;
  • Il y a des ruines gratuites à visiter dans la ville qui ont été construites sur les vestiges d’une cité maya. Elle rendait hommage à la divinité Itzamná, protecteur des sciences et des écrivains;
  • le couvent de St Antoine de Padoue est vraiment ahurissant. Ce serait dommage de le louper, on parle quand même de la deuxième plus grande cour fermée du monde après le Vatican (+ il y a un spectacle lumière tous les soirs à 20h);
  • Activité beaucoup plus dynamique et interactive, un jeu de piste dans la ville pour partir à la chasse aux petites plaques qui racontent les légendes d’Uxmal. Franchement, un bon moyen d’explorer la ville et de se perdre dans les petites rues. On trouve ces fameuses plaques dans les angles comme par exemple “la esquina del toro” ou “la esquina del juglar triste”.

Izamal dispose aussi d’un surnom moins connu : la ville des 3 cultures. En effet, elle dispose d’attributs rattachés à la période préhispanique, coloniale et contemporaine.

La légende de la Vierge d’Izamal

Impossible de passer à côté de la légende de la Vierge, sainte patronne de la ville d’Izamal. Cela en fait d’ailleurs un lieu de pèlerinage très connu au Mexique pour les catholiques. Cette notoriété à même donné à la ville un rang important. Elle est devenue le siège des évêques de la région pendant un petit lapse de temps avant d’être relocalisée.

Comme on peut s’y attendre pendant cette période de colonisation hispanique, c’est un père espagnol du nom de Frère Diego de Landa a qui on attribue la tâche de christianisation d’Ytzamal. Il décida de fonder 3 villages dont l’un aurait pour Sainte Patronne, la Vierge Marie. Afin d’accentuer la dévotion des indigènes, il décide d’y importer une statue en provenance du Guatemala.

Une statue sacrément têtue car la force physique des hommes n’a jamais suffi à la faire sortir d’Izamal pour rejoindre Valladolid qui voulait en prendre possession. S’ensuit une série de miracles qui a d’autant plus donné de l’importance à cette Sainte Patronne.

Pour en lire plus sur cette intrigante histoire, je vous laisse entre les mains de Moines.Mayas qui a bien plus potassé le sujet que nous !

🕯 Et Campeche alors ? Faut-il visiter la petite sœur ?

Campeche ou Merida? Nous avons retrouvé cette question sur notre cher moteur de recherche.

Pour nous, Merida, au Mexique, est un incontournable d’un road trip dans le Yucatan. La beauté de la ville et sa vie culturelle sont inégalées par les autres villes de la région. 

Maintenant, cela va dépendre du temps que vous avez et de vos priorités de voyage. Vous êtes sur une durée de 3 semaines et avez vraiment envie de découvrir l’architecture coloniale ? Passez par Campêche. Si c’est plutôt baignade et que vous n’avez que 15 jours, passez votre chemin et continuez votre route vers Bacalar. 

La ville de Campeche est très jolie en plus d’être un autre “Pueblo Magico”. Nous l’avons préférée à Valladolid par exemple. S’y arrêter pour ses belles couleurs est conseillé, ce n’est recommandé que si vous avez du temps pour ne pas vous presser !

❤️ Notre avis sur Merida au Mexique

La ville de Merida a été un vrai coup de cœur pour nous au Mexique et nous avons regretté de ne pas y être restés plus longtemps pour l’explorer plus en profondeur. Ses placettes, galeries et petites adresses à dénicher nous ont séduits. La taille de la ville nous a bien plu et nous avons trouvé que c’était un savant mélange de traditionnel, de local et de moderne. Ainsi, on vous conseille de consacrer au moins 2 à 3 jours à la Merida afin de prendre votre temps. 


Concernant ses environs, on notera la complexité d’accès sans véhicule personnel. Les sites archéologiques et cenotes sont assez isolés et ça peut vite devenir un vrai cauchemar de se déplacer. Louer une voiture peut prendre du sens tant il y a de choses à découvrir aux alentours de Merida.

🐒 Epingle nous pour découvrir Merida, au Mexique, et ses alentours

pinterest pin merida mexique
merida epingle pinterest
pin pinterest merida mexique
- 29 juillet 2021

1 commentaire

  • Road trip dans la péninsule du Yucatan : guide complet pour la kiffance 2 septembre 2021 at 3:58

    […] Valladolid, faites un arrêt d’une demi-journée à Izamal, la ville jaune du Yucatan. Ensuite, on vous conseille de rester 3 jours pleins à Merida. Nous avons trouvé qu’il y avait un certain nombre de petites choses à découvrir dans la ville […]

    Reply
  • Laissez un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *