Les Paresseux Curieux

Voir le monde à 270 degrès

Que faire à Puerto Viejo, Costa Rica ? Bienvenue sur la côte des Caraïbes
Amérique Centrale, Costa Rica, Destinations

Que faire à Puerto Viejo, Costa Rica ? Bienvenue sur la côte des Caraïbes

L’Atlantique nous avait un peu manqué, alors on s’est dit, pourquoi ne pas finir notre voyage au Costa Rica à Puerto Viejo, sur la Côte Caraïbes. Ce sera l’occasion de lui faire un petit coucou et surtout de voir des animaux que nous n’avions pas vu jusque là pendant notre road trip ! Direction Puerto Viejo et ses alentours pour 3 jours.. plutôt humides. Oui, pour manifester sa joie, c’est avec de la pluie que l’océan a décidé de nous accueillir. On vous embarque avec nous.

🐦Explorer les seuls parcs naturels gratuits du Costa Rica aux alentours de Puerto Viejo

Le temps fort de notre séjour sur la côte Caraïbes : la visite des parcs naturels de Cahuita et Manzanillo. Beaucoup de voyageurs rencontrés sur la route nous en avaient vantés les mérites et nous n’avons pas été déçus.

Le parc naturel de Cahuita : pays des paresseux au bois dormant

Nous avions hâte de visiter le parc naturel de Cahuita. Plusieurs personnes nous ont dit qu’ils avaient vu plus d’une dizaine de paresseux, et ce, sans forcer ! Tandis que nous, de notre côté, nous galerons comme des damnés depuis le début de notre voyage. Spoiler alert, les Paresseux Curieux ont, ENFIN, pu observer de très près des paresseux sauvages !

C’est un des plus beaux parcs que nous ayons pu voir au Costa Rica même s’il s’agit d’une forêt secondaire. Le sentier est assez sauvage pour ne pas s’ennuyer, et assez aménagé pour se sentir en sécurité. Une belle expérience !

Le parc naturel

C’est donc d’un pas assuré que nous rentrons avec nos amis Irlandais, Jess et Coleen, dans le parc naturel de Cahuita. A contrario des autres espaces protégés du Costa Rica, l’entrée est gratuite et fonctionne sur donation.

Notre objectif ? Atteindre Punta Cahuita par le sentier qui longe la plage en traversant les Rios Suarez et Perezoso. Pour commencer on longe de magnifiques amandiers avec une fine pluie. Cela reste cependant bien moins fort qu’au Corcovado.

Nous voilà arrivés au premier passage de rivière, l’eau est trouble et rougeâtre. C’est à se demander si ce n’est pas un coup des crocodiles, dont la présence est avérée si l’on en croit les multiples panneaux à gros caractères. En parlant de crocodile, nous avons d’ailleurs croisé en chemin une vieille connaissance, le manzanillo, cet arbre tueur !

L’heure du retour approche. La fatigue prenant le dessus, certains n’ont plus la patience de retirer leur chaussures pour traverser le fleuve. Ils tentent un saut de plus de 3 mètres, dont même Lavilanie n’oserait pas s’y frotter, et… finissent les pieds trempés. Vous vous doutiez du dénouement de l’histoire, ne faites pas les innocents !

Si le cœur (et les jambes) vous en dit, vous pouvez continuer la balade jusqu’à atteindre la deuxième entrée du parc. C’est, à quelques encablures près, le double de distance !

Observation de paresseux

La fine équipe continue la traversée de cette forêt secondaire et rentre dans le secteur des paresseux. Palpitations, le cœur s’accélère, nos vies sont-elles en danger ? Coup de chance, le spécimen à 3 griffes que nous croisons n’a pas l’air de vouloir entrer en chasse ! Notre aventure continue jusqu’à Punta Cahuita. Vos yeux seront sûrement attirés par la grande barrière naturelle de corail au loin ou par un raton laveur en train d’ouvrir des noix de coco dans un arbre.

1 paresseux, c’est quand même une maigre récolte. Nous décidons d’avancer les pieds dans le sable pour voir s’ il n’y en a pas un ou deux qui se dorent la pilule dans les amandiers, leur endroit préféré. “Paresseux en vue, Paresseux en vue” se met à crier Elisa. Il est un peu haut mais on peut le voir en entier.

Quelques dizaines de mètres plus loin, c’est au tour d’Alexandre d’en débusquer un à hauteur de tête ! 20 minutes plus tard, nous sommes toujours comme des zozos à regarder cette petite boule de poil dormir en espérant qu’une pâte s’agite. Nous en avons croisé plus de 5 à moins de 100 mètres de l’entrée du parc ! A croire que la fainéantise est parfois récompensée.

Le snorkeling

Cette grande barrière de corail a-t-elle fait tilt dans votre tête ? Vous vous doutez qu’il y a sûrement des dizaines, que dis-je, des centaines d’espèces près de ces rochers ? Et bien oui c’est le cas, mais il est formellement interdit de faire du snorkeling en autonomie dans le parc naturel de Cahuita

En effet, la limite du parc s’étend aussi sur l’océan. La seule manière d’en faire est de prendre part à un Tour organisé moyennant 50€ par personne. Interdit mais pas pour tout le monde. Les bateaux n’hésitent pas à vous le rappeler si vous tentez de vous approcher des zones d’intérêts poissonistiques (comme nous et il y a avait beaucoup de choses à voir même si nous sommes restés 5 minutes).

Pour conclure, le parc national de Cahuita est un véritable incontournable à faire à Puerto viejo au Costa Rica. Nous l’avons adoré et c’est l’un de nos préférés sur l’ensemble du séjour.

Le parc naturel de Manzanillo : comme un air de bout du monde

Le parc naturel

La réserve naturelle Gandoca-Manzanillo est située tout au bout de la côte, à la frontière avec le Panama. Si vous poussez un peu, vous pouvez donc ouvrir un business dans un paradis fiscal. Elle est pas belle la vie ? 

Plus sérieusement, c’est un parc qui brille par son côté sauvage. Les roches sont découpées par les vagues. Les arbres immenses. On est d’ailleurs dans une des dernières forêts primaires du Costa Rica, comme à Santa Elena. La vue depuis le Miss May view point est absolument magique. 

Attention par contre si vous visitez le parc par temps humide comme nous : la suite est impraticable, avec beaucoup de boue qui rend le chemin franchement impossible. Après si vous êtes des professionnels de la marche boueuse.. on vous laisse vous faire votre opinion ! Nous étions plutôt déçus puisque l’on comptait bien marcher jusqu’à la Punta Uva pour voir la frontière avec le voisin..

Ici encore, le parc est « gratuit » et ne demande qu’une donation à l’entrée/sortie.

Le snorkeling

C’est le retour de la rubrique snorkel les amis et vous ne devez pas manquer celle ci si vous allez à Manzanillo ! Très facilement accessible juste à côté du parc, personne ne va vous embêter et il y a vraiment plein de poissons. Peut être croiserez vous Henry, un petit poisson jaune et rose qui a suivi Elisa pendant toute la session (peut être l’a-t-il prise pour sa maman avec le masque rose). Elle jure même qu’il lui a fait un bisou quand elle est partie.

🦁Focus animaux : le Jaguar Rescue Center

On peut vraiment voir des jaguars ?

Nous sommes désolés, mais nous devons vous dire quelque chose. Il n’y a pas de jaguar au Jaguar Rescue Center. Vous vous dites sûrement que vous avez été victime d’un effet marketing mensonger. Et bien en fait, il y a une explication valable à cette appellation dont nous ne vous raconterons pas le dénouement ici, un peu de suspens ne fait pas de mal ! 

En revanche, vous allez avoir l’opportunité d’en apprendre plus sur beaucoup d’animaux du Costa Rica de manière très intime et parfois un peu bruyante.

Il est possible de devenir le colocataire de ces bestioles en effectuant un volontariat de minimum 1 mois (payant) au Jaguar Rescue Center. Après une semaine, vous ne pourrez plus les quitter, c’est ce que nous raconte Un Autre Horizon sur son blog.

La visite guidée du centre

Tout d’abord, merci à Dan pour ces 2h30 de visite intense, instructive et vraiment chouette. On lui pardonnera son accent Néerlandais tant il s’investit et connaît sur le bout des doigts les locataires des lieux. Il nous a raconté avec passion la force cachée de ce petit Ocelot, le destin troublé de ces Scarlet et Green Macaw (aras) ou la dissonance cognitive de ce toucan. Pourquoi cette biche me tire la langue ? C’est une question à laquelle votre guide répondra !

Serpents, araignées, crocodiles et même une bande de bébé paresseux qui ont usé de tous leur charme pour nous faire succomber. Peut-être qu’entre le moment où vous lisez ces lignes et le moment où vous vous rendrez au Jaguar Rescue Center ce ne seront plus des bébés et auront été relâchés. Longue vie à eux !

Car oui, il y a deux types de pensionnaires. Les animaux qui pourront être placés en liberté et ceux qui sont soit trop habitués à la présence de l’homme soit trop “abîmés” pour retourner à la vie sauvage. C’est notamment le cas d’un des singes araignées qui a été très durement traité par son ancien propriétaire ou de paresseux électrocutés par les lignes électriques, quelque chose qui est malheureusement très commun au Costa Rica.

La visite guidée de 2h coûte 20$ par personne. La réputation des lieux n’est plus à faire et nous pouvons vous confirmer que les 5 étoiles sont amplement justifiées.

Visiter de manière responsable

En Malaisie, nous avions pris beaucoup de soin à choisir un lieu où nous pouvions voir des éléphants bien traités et où notre donation aiderait à leur rétablissement. Sachez avant tout que choisir de visiter le Jaguar Rescue Center est un choix éthique et responsable dont l’intégrité du prix du billet reviendra au soin des animaux et non au profit du centre.

L’équipe est composée de bénévoles qui connaissent tout de l’histoire et des habitudes des animaux du centre. Ils en prennent le plus grand soin et font en sorte qu’ils se trouvent dans un environnement propice à leur rétablissement où, le cas échéant, à leur bien-être.

Saviez-vous que vous pouvez adopter un animal du Jaguar Rescue Center ? Plutôt étonnant non ? Cela reste une adoption symbolique, mais vous recevez un certificat d’adoption ainsi que des images et des nouvelles régulières de votre petit protégé. Cela ne vous tente pas d’adopter un adorable bébé paresseux prénommé Makena afin de l’aider à retrouver sa liberté ?

🏠Puerto Viejo : petit village qui se boboise

Un petit mot sur la ville et le surf

Nous avons logé à côté de Puerto Viejo lors de notre passage sur la côte Caraïbes du Costa Rica. Une charmante bourgade aux maisons colorées et restaurants populaires qui flirtent avec les lieux un peu plus branchouilles. 

Vous l’avez compris, ici, il y en a pour tous les goûts. On peut manger de toutes les cuisines et pour tous les prix. Alerte pour les fashion addicts aussi, il y a plein de jolies petites boutiques qui vous donneront envie de craquer votre PEL. En bref, un chouette camp de base !

Attention, on nous a parlé de la côte Caraïbes au Costa Rica comme d’un endroit moins cher que le reste du pays. Nous n’avons pas constaté une grande différence de prix, sûrement de part le développement touristique du lieu. Cependant, les activités, de type parc naturel par exemple, sont effectivement moins chères !

Petite mention spéciale à la Playa Negra et à sa drôle d’épave ! Un arbre y a élu domicile et ça, c’est curieux. Il paraît qu’il peut y avoir des vagues aussi pour surfer, pour nous c’était aussi plat qu’une crêpe un jour de Chandeleur. Rendez vous Playa Cocles et Punta Uva si vous voulez, attention cependant il y aurait des courants !

Où loger à Puerto Viejo ?

Nous avons logé dans le village à côté de Cocles dans l’hôtel Madre Silva. Si les chambres étaient un peu spartiates, le lieu est très joli, un véritable petit écrin de verdure coloré pour un prix plutôt compétitif (30$ la chambre privée pour deux avec de l’eau chaude).

Comment se déplacer à Puerto Viejo ?

Nous étions en voiture (louée avec Alamo) et on ne va pas vous mentir, c’était très pratique, surtout avec cette météo capricieuse. 

Cependant, si votre budget est plus restreint, la région est facilement quadrillable en bus et en vélo. Les hôtels proposent d’ailleurs souvent de louer un véhicule à pédales. On vous déconseille par contre de rouler la nuit. Les vélos sont rarement équipés de lumière et c’est plutôt dangereux.

Seconde mention spéciale pour la route de San José à Puerto Viejo : soyez patients ! Actuellement en travaux pour doubler les voies, nos amis chinois (qui sont pourtant apparemment les champions de la construction d’autoroute) travaillent sur l’ensemble de la voirie avant d’ouvrir les portions terminées. Cela donne des embouteillages monstres. On a mis plus de 6h à faire San José-Puerto Viejo (contre 3h30 normalement)

Et voilà les amis, c’est tout pour nous aujourd’hui. Nous avons été très contents de partager cette dernière étape de notre séjour, à Puerto Viejo au au Costa Rica avec vous. On a adoré découvrir cette côte un peu plus sauvage et surtout rencontrer enfin des petits paresseux. Conclusion : c’est vraiment l’animal le plus mignon du monde !

❤️Epingle nous pour voir des paresseux à Puerto Viejo, Costa Rica

jaguar rescus center pinterest
cahuita national park pinterest
- 14 mai 2021

Aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *