Les Paresseux Curieux

Voir le monde à 270 degrès

Guide pour visiter Yogyakarta et ses alentours en Indonesie 
Asie, Destinations, Indonesie

Guide pour visiter Yogyakarta et ses alentours en Indonesie 

Et voilà, nous avons changé de continent ! Après plus d’un an en Amérique latine, nous écrivons notre premier article sur l’Asie et quelle entrée en matière avec ce guide pour visiter Yogyakarta en Indonesie et ses alentours.

Temples centenaires, parmi les plus importants des mondes bouddhistes et hindouistes, rizières et palais du sultan, scènes de rues déroutantes.. C’est un dépaysement total qui nous en a mis plein les yeux et les papilles lors de nos 5 jours à Yogyakarta, capitale culturelle de l’Indonésie. Il nous a fallu quelques jours pour nous mettre en phase et comprendre les mécanismes de la ville. Jogja est une ville très dynamique, bruyante et chaotique si on ne sait pas si prendre. Elle réserve cependant de bonnes surprises si on laisse passer le temps d’adaptation.

Vous avez envie de visiter l’île de Java mais ne savez pas trop par où commencer ? Suivez notre guide curieux pour passer un délicieux moment dans les venelles du palais du sultan.

👑 Visiter le Palais du Sultan et sa résidence d’été

Visites incontournables à Yogyakarta en Indonesie, le palais du Sultan et sa résidence d’été sont deux symboles de ce monarque, toujours  d’une très grande importance chez les Javanais. Voici tout ce que vous devez savoir avant votre visite.

Qui est le Sultan de Yogyakarta en Indonesie ?

Au pouvoir depuis 1989, le sultan s’appelle Sri Sultan Hamengkubuwono X et est aujourd’hui âgé de 72 ans. Vous ne le croiserez sûrement pas pendant que vous visitez Yogyakarta mais c’est quand même bien d’en savoir plus sur le propriétaire des lieux.

memoji elisa 2

Si l’Indonésie a bien un président élu, le territoire est encore divisé en sultanats avec des sultans à leur tête. C’est le cas à Yogyakarta, Java, Bali… Pour certaines personnes la royauté est l’essence même de la culture et du raffinement. Certains prêchent d’ailleurs un retour plus strict au sultan pour renforcer l’identité collective. 

Si la majorité des sultans n’ont plus qu’un rôle symbolique depuis l’indépendance, le sultan de Yogyakarta est encore l’un des plus respectés. Certains affirment qu’il serait une manifestation des forces divines de l’univers. Ainsi, certains objets sacrés du palais ne peuvent pas être vu par les visiteurs étrangers ou ne sont lavés que par des femmes ne pouvant plus enfanter.

Les sultans sont considérés comme des personnages très importants car la cour est le lieu du raffinement au travers du développement des arts : danse, peinture, joaillerie.. A Yogyakarta on retrouve un mix de la culture hindo-bouddhiste et musulmane dans les spectacles, les marionnettes ou le batik. Si certains sultans ont un travail normal de tous les jours, celui de Yogyakarta vit principalement des visites d’une petite partie de son palais (puisqu’il vit dans l’autre) mais aussi de sa marque de cigarettes, Kraton.

danse yogyakarta

Le Palais du Sultan

En termes de visite, le Palais du Sultan ne nous a pas époustouflé. Le manque d’informations sur place n’aide pas. En effet, si le domaine fait plusieurs hectares, la partie qui se visite est assez petite. Il y a de beaux espaces, bien entretenus mais rien qui ne transcende nos yeux curieux. On s’amuse alors à observer des scènes de vie, notamment des Abdi Dalem, les personnes en « uniforme » qui travaillent pour le sultan et y dédient leurs vies. 

Il y a bien une partie musée sur la vie du sultan mais tout est en Indonésien et la vie de l’aristocratie.. ça ne nous intéresse pas plus que ça. On notera que les locaux étaient très intéressés par les documents présentés par contre !

Spectale de danse gratuit

Dans la première cour, un attroupement de jeunes Abdi Dalems très attentifs assis autour d’un professeur retient notre attention. On comprendra ensuite qu’il s’agit des musiciens du spectacle quotidien ! Oui, vous avez bien lu. Chaque jour il y a une représentation gratuite à voir au Palais du Sultan à Yogyakarta en Indonesie. 

Nous y étions un dimanche (aussi le jeudi) et c’est un spectacle de danse et musique fabuleux auquel nous avons eu la chance d’assister. Un peu perdu dans l’histoire nous devons l’admettre, ce sont les gestuelles, mimiques et personnes qui nous subjuguent. Une immersion réussie lors de ce premier jour en Indonésie.

 

Visiter le palais du Sultan à Yogyakarta coûte 12 000 roupies (soit moins de 1€). Le prix n’est donc pas une excuse pour hésiter ! Ouvert tous les jours de 8h30 à 14h (13h le vendredi). Pas de tenue particulière exigée.

Le Château d’Eau ou Taman Sari : la résidence d’été du sultan

Un Sultan en vacances ? Nous ne pensions surement pas le croiser dans l’une de ses piscines à faire la brasse. Cela dit, le Taman Sari ou “jardin des parfums” devait être un lieu clinquant, idéal pour impressionner ses invités au XVIIIème siècle. Aujourd’hui, les jardins à l’entrée sont toujours majestueux, avant de s’ouvrir sur plusieurs piscines fantastiques. Il semblerait que le système de bains était très sophistiqué pour l’époque.

A l’intérieur de ce palais aquatique, on peut observer les lits « sultan-size » qui pouvaient accueillir beaucoup de concubines. Y a pas à dire, il savait se faire plaisir !

Vestiges aux alentours des bains

Ne vous arrêtez pas au Taman Sari « classique », la résidence s’étend bien au-delà des limites du billet et il y a plein de petits endroits à découvrir aux alentours. Il faut se perdre dans les rues de Kraton, revenir sur ses pas pour découvrir les recoins de ce qui a dû être un palais sublime. Un passage sur les murs d’enceintes ou un escalier au plafond trop bas vous emmènera peut-être aux vestiges de ce qui fut des bains ou des écuries. Une déambulation dans des rues habitées dont le charme fou s’opère sur les visiteurs.

memoji elisa 2

Pour visiter le Taman Sari (ou Water Palace) à Yogyakarta en Indonesie, comptez 15 000 roupies par personne (soit 1€). Le résidence d’été du sultan ferme ses portes à 15h.

karton jogya

Le clou du spectacle : les tunnels souterrains qui donnent un air de Games of Thrones à l’ensemble. Malheureusement, la mosquée souterraine, Sumur Gumuling, était actuellement fermée pour rénovation et nous n’avons pas pu la visiter. Dommage, son architecture et ses escaliers ont l’air sublimes. 

Petite liste non exhaustive des alentours qui nous ont marqués : 

La légende du Taman Sari

Le château d’eau sort tout droit de la tête d’un architecte Portuguais de Batavia. La légende présupposait que le Sultan le fit exécuter pour qu’il ne divulgue pas la fonction coquine du lieu.

Se balader dans le quartier du Kraton

Kraton englobe le quartier autour du palais du Sultan et du Taman Sari. On peut diviser la visite en deux autour de chaque bâtiment. C’est très agréable de s’y balader. Ici, les scooters ne sont qu’un mauvais souvenir et on arpente les petites rues champêtres au milieu des restes de temples et de palais. On a tout particulièrement aimé cette atmosphère, comme un petit village au sein même de la ville. Une bonne manière d’apprécier cette nouvelle culture que nous découvrons au travers des objets, des décorations et de l’architecture des habitations. Et ce, sans le vacarme des rues bondées de scooters.

memoji elisa 2

Pour visiter le Taman Sari (ou Water Palace) à Yogyakarta, comptez 15 000 roupies par personne (soit 1€). Le résidence d’été du sultan ferme ses portes à 15h.

Vous trouverez aussi quelques ateliers de marionnettes en cuir, wayang, dont la ville est reconnue pour leur fabrication. Si vous assistez à un spectacle, voici 8 informations curieuses concernant les marionnettes en cuir Indonésiennes.

La place Alun-Alun Kidul

Ne manquez surtout pas notre place coup de cœur Alun-Alun Kidul. Les locaux viennent se détendre dans l’herbe la journée mais le soir.. c’est une autre affaire ! Tout autour s’installent divers stands de street food. Les Lesehan (cantine où l’on mange assis par terre sur des nattes) allument leur wok et une odeur de soja commence à imprégner l’atmosphère. 

La route se remplit d’engins lumineux des plus curieux. Coccinelles, deux chevaux ou combi Volkswagen ont été aménagés comme un pédalo et agrémenter de néons, lumières et autres décorations farfelues. Installez vous par terre (en ayant enlevé vos chaussures à l’entrée !), au Warung qui vous fait de l’œil pour un dîner économique aux saveurs exotiques.  

Voici quelques idées pour vous mettre en appétit :

  • Bakmie ou Mie Goreng : spécialité de Yogyakarta, ce sont des nouilles frites au wok avec poulet et quelques légumes accompagnés de krupuk (chips crevettes) ; 
  • Dim Sum : les indonésiens en raffoles ;
  • Brochettes de satay au poulet, crustacés ou poissons ;
  • Gado Gado : des légumes avec une sauce à la cacahuètes et du tofu ou du tempeh, un délice ;
  • Dadar gulung : cette crêpe fourrée à la noix de coco est une dinguerie ;
  • Cap Cay : des légumes sautés ;
  • Pour conclure le repas, un Wedang Ronde (thé au gingembre avec quelques toppings) vous réchauffera l’estomac.

On se sent perdu avec ces noms inconnus au bataillon, ces nouvelles odeurs et saveurs mais on s’habitue très vite à cette nouvelle cuisine ne vous en faites pas !

alun alun by night

🥳 Découvrir Malioboro Street (de jour et de nuit)

Malioboro Street est le premier endroit où nous nous sommes rendus en arrivant à Yogyakarta. Premiers pas dans la culture javanaise, et plus généralement asiatique, nous avons été littéralement submergés par la quantité de choses nouvelles qu’il y avait autour de nous.

Ce nouveau schéma d’une ville nous a laissé pantois. Des trottoirs minuscules pour laisser place au vacarme de hordes de scooters et autres engins à moteur. Malioboro Street a remédié à cet inconfort en nous dévoilant sa grande rue majoritairement piétonne et bondée de touristes locaux et javanais.

malioboro street yogyakarta

ça grouille de monde !

Malioboro Street, c’est un peu l’emblème de la ville. Les Champs-Elysée de Yogyakarta. Si vous avez quelque chose à acheter, vous êtes au bon endroit, on y trouve absolument de tout ! Attention quand même lorsque vous traversez la route parce qu’on a vite fait de se faire écraser par un Andong (calèche), un scooter ou un becak.. Si vous avez envie de manger à la locale, il y a ici plein de grands marchés qui ont au fond ou autour des petits bouis bouis pour manger. On a trouvé ça super chouette et on s’est régalés à chaque fois.

On vous conseille d’en profiter pour goûter un bakpia, le gâteau spécial de la région. Il est à la base chinois. Il s’agit d’une pâte feuilletée fourrée avec du haricot Mundo, auquel est parfois donné un autre goût (chocolat, fraise, fromage..). c’est plutôt bon, et pas très cher soit 25 000 roupies la boite de 12 (un peu moins de 2€).

memoji elisa 2

Le Teras Malioboro 1 est un lieu très prisé des touristes javanais. Certains considèrent même ce lieu comme un incontournable de la ville !

En face se trouve le grand marché de Pasar Beringharjo réputé pour les habits et les épices.

Le Batik.. attention à l’art-naque !

Mon fils est professeur de musique en France

Attention à l’arnaque du Batik qui sévit dans cette rue ! Il est fort probable que quelqu’un vous aborde de manière cordiale et enclenche la discussion. Il connaîtrait des personnes en France donc sa fille qui est etc..  Au demeurant très gentil, il va emmener petit à petit la discussion sur un atelier de Batik, uniquement ouvert aujourd’hui, avec des œuvres exceptionnelles.. bref, il vous propose de vous guider vers un atelier, c’est sur le chemin de sa maison.

Nous l’avons suivi. Effectivement, nous avons bien assisté à une démonstration de Batik. C’est d’ailleurs assez impressionnant de voir les différentes techniques, que ce soit à la cire de bougie ou d’abeille. Les personnes sont très agréables, plutôt peu oppressantes jusqu’à.. ce que vous ne souhaitez pas acheter une œuvre de Batik. Là, c’est la grande affaire, il y a une promotion spéciale, on ne doit ABSOLUMENT pas louper ça, c’est exceptionnel. Et on part en ayant un peu de mal à se défaire de ce vendeur très insistant et tenace.

Mais, comparé au souk de Marrakech, rien de bien méchant. Bref, ne soyez pas pressé d’acheter et méfiez-vous des rabatteurs.

Arnaques diverses et variées

Les arnaques peuvent aussi prendre la forme d’un conseil vestimentaire pour aller au temple, on vous explique. Certains vous diront qu’il est impossible de rentrer au palais du sultan par exemple ou à Borobudur sans sarong (la tenue traditionnelle). Ils proposeront ensuite d’aller au Pasar Beringharjo en acheter un parce que c’est l’unique jour des vendeurs de sarong (comme par hasard..). 1) Ce n’est pas nécessaire d’avoir un sarong pour rentrer 2) les vendeurs sont là tous les jours. Ne vous faites pas avoir et passez votre chemin. Un sarong classique coûte environ 50 000 roupies.

L’art du Batik

Le Batik est une technique d’impression vraiment surprenante que nous n’avions jamais rencontré jusqu’à présent. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2009, elle peut s’appliquer sur différentes étoffes comme des vêtements ou des toiles.

La technique du Batik consiste à ajouter par trempage de la couleur de manière successive. On recouvre de cire d’abeille ou de bougie, les endroits où l’on souhaite que la couleur ne s’applique pas. Le travail commence par les couleurs claires vers les plus foncées. La couche de cire est retirée avant de réitérer le processus pour une autre teinte. Cela vous donne une idée de l’ampleur du travail nécessaire à la réalisation d’une œuvre.

Comment reconnaître du vrai batik, 2 signes qui ne trompent pas : 

  • le motif est visible des deux côtés du support ;
  • lorsqu’on le lave, le motif reste intact.

Vous voilà prêt à acheter votre premier sarong décoré grâce à la technique du Batik !

🌺 Visiter les temples de Borobudur et Prambanan à Yogyakarta en Indonesie

Nous nous posions beaucoup de questions quant à l’organisation de notre visite des temples de Borobudur et Prambanan. Voici des éléments de réponses qui raviront ceux qui veulent le faire en autonomie !

Prendre un tour pour visiter Borobudur et Prambanan : bonne idée ?

Tous les hôtels le proposent : on vous récupère à 3h du matin pour faire le lever de soleil sur une colline qui donne sur Borobudur. En effet, si avant cela se faisait sur le temple lui-même, c’est maintenant interdit car l’état de dégradation du bâtiment est trop avancé. 

Ensuite visite du temple, puis c’est reparti pour 1h de route pour le second temple. C’est une alternative qui peut être intéressante si vous avez peu de temps, voulez absolument faire les deux temples et ne pouvez pas conduire un scooter.

visiter prambanan yogyakarta

memoji elisa 2

Toutes les auberges proposent le tour des deux temples, à des tarifs plutôt similaires. Comptez entre 250 000 et 400 000 roupies qui, a notre connaissance, n’incluent pas les tickets d’entrée (soit 40€ pour les deux temples).

Visiter Borobudur et Prambanan en autonomie : facile ?

Se rend à Borobudur et Prambanan de Yogyakarta en Indonesie

D’abord, précisons que nous avons préféré visiter un seul temple sur les deux, compte tenu de la fermeture de la moitié de Borobudur et des fameuses “cloches”. En effet, les retours que l’on a eu des voyageurs et des locaux, compte tenu du prix élevé de la visite nous ont fait changer nos plans. La vue sur le lever de soleil se fait maintenant en dehors du temple, au Punthuk Setumbu.

Pour faire les temples en autonomie comme nous, vous avez donc deux options : 

  1. Louer un scooter (notre recommandation) : parfait pour explorer les alentours, naviguer dans les rizières et passer par les petits villages.. Comptez 80 000 pesos pour la journée. L’arrière pays est juste magnifique et si authentique ; 
  2. Voir avec un Grab (taxi) : cette option est à privilégier si vous n’êtes pas habitués au scooter, une famille ou pour voir le lever de soleil à Borobudur (si vous tenez absolument à y aller. Vous pouvez demander au chauffeur de vous attendre à l’entrée moyennant un dédommagement en roupie. Cela coûtera moins cher que les chauffeurs privés qui tournent autour de 800 000 roupies ;
  3. Passer par un tour qui s’organisera de vous récupérer à votre hôtel, lever de soleil et guide inclus pour Borobudur.

Attention, le trafic est intense à Yogyakarta, mais une fois dans le flow ça se gère en étant prudent :). Même si de l’extérieur on dirait un grand bazar, sur la route la conduite est organisée et les gens sont habitués. Ne roulez pas sans casque, et couvrez-vous : manches longues et pantalon. Lors du check-in de votre scooter, prenez bien tout en photo.

Borobudur

Borobudur est l’un des plus grands temples bouddhistes au monde. Lieu de pèlerinage, il accueille chaque le Vesak, une fête traditionnelle célébrant l’anniversaire, l’illumination et la mort de Bouddha.

Ce jour-là des milliers de moines se réunissent pour chanter des mantras, méditer en transportant des flammes afin de rendre hommage à Bouddha. Jour férié national en Indonésie, c’est un évènement à ne pas manquer si vous êtes dans les environs !

Notre itinéraire découverte dans la campagne javanaise avant de rejoindre Prambanan

Comme précisé juste au dessus, nous avons choisi de louer un scooter pour découvrir Prambanan et les alentours de Yogyakarta. Une décision que l’on ne regrette pas du tout puisqu’elle nous a permis de plonger dans la campagne javanaise. Un vrai plaisir !

Un peu d’artisanat pour commencer : Kasongan et Giriloyo

A moins de 20 minutes de Yogyakarta, vous trouverez sur votre chemin le village de Kasongan, réputé pour sa poterie. Si cet artisanat est pratiqué depuis la 17ème siècle, il est devenu très populaire dans les années 70, avec une exportation importante à l’échelle internationale. C’est alors que Kasongan s’est développé comme nous l’avons vu, avec de grands commerces de potiers le long de la route. Il y en a pour tous les goûts, du petit au grand modèle, vase, dragon au crapaud !

C’est un arrêt qui peut être envisagé pour couper la route, mais ce n’est pas un incontournable. En effet, le village est moins dynamique depuis le COVID, avec beaucoup de lieux fermés. Même constat pour Giriloyo, anciennement village du Batik.. Aujourd’hui, nous n’avons pas croisé âme qui vive. Peut-être que cela aura changé pour votre visite !

Le cimetière royal de Yogyakarta en Indonesie

N’ayant rien trouvé à Giiloyo, notre route se poursuit dans la campagne. On prend la direction du cimetière royal que l’on avait vu sur quelques blogs, sans trop savoir à quoi nous attendre. Après avoir déposé notre scooter au parking, on entreprend la lourde tâche de grimper les 345 marches qui mènent à l’entrée. 

La lumière est splendide et nous fait oublier que l’on transpire comme des cascades (oui, cette expression est nouvelle). On croise beaucoup d’enfants qui nous regardent comme des aliens ou des fantômes. Normal notre bronzage n’est pas encore très au point. Cela nous amuse. Arrivés en haut, on est surpris de la taille des caveaux, imposants. Tous les sultans et princes y sont enterrés. La tombe du sultan actuel est d’ailleurs en construction.

Devant nos mines timides, des moines/guardiens nous invitent à discuter. Dans un drôle de mélange linguistique, on nous explique que pour aller plus loin dans les tombeaux, il faut enfiler une tenue traditionnelle. Nous continuerons de nous balader alors dans l’antichambre.

L’entrée fonctionne sur donation, il faut verser 2000 roupies (soit 40cts) pour le parking. Attention à prendre avec vous un habit long pour les jambes.

Pause fraîcheur à la cascade Sri Gethuk

Comme évoqué précédemment, la montée des 345 marches a laissé des traces. Un urgent besoin de se rafraîchir se fait ressentir et nous prenons la direction de la cascade Sri Gethuk.

memoji elisa 2

Note pour vous, conducteurs de scooter, ne prenez pas la « petite » route de Google, c’est un chemin de broussailles. Suivez la route en dur et vous serez une indication qui vous invite à tourner à droite.

Une fois l’entrée payée, 20 000 roupies (soit un peu plus de 1€) (on ne saura jamais si c’était vraiment payant tant le guichet était informel), on emprunte le petit chemin de randonnée qui rejoint la cascade. Il est possible de faire la même chose par voie maritime, avec un petit bac à pédale qui emmène les visiteurs jusqu’à la cascade. 

Arrivés sur place, le charme opère. C’est notre première cascade en Indonésie et elle porte plein de bonnes choses pour la suite. Il n’y que quelques locaux, toujours surpris de voir des blancs, beaucoup de bassins différents sous la cascade pour se baigner. Mimi impressionne les enfants en faisant des backflips dans la rivière dans laquelle on peut nager.. ça fait du bien !

La cascade Sri Gethuk est ouverte de 7h à 17h. Il y a beaucoup de petits Warungs sur place pour acheter de quoi manger un bout. Notamment des délicieuses Pisang Goreng (bananes frites).

Visiter Prambanan à Yogyakarta en indonesie : notre expérience

La découverte de la province de Yogyakarta se termine par le temple de Prambanan pour les dernières lueurs du soleil. On conseille au moins deux heures sur place donc le mieux est d’y arriver vers 15h pour ne pas avoir trop chaud et voir le coucher du soleil sur les candis.

Un peu de contexte

Prambanan est un des plus grands temples hindouistes au monde, et le plus grand d’Indonésie. Il a été construit pour honorer la trinité hindoue avec les dieux Brahma (le créateur), Vishnu (le protecteur) et Shiva (le destructeur).

Curieusement, il sera abandonné 80 ans après sa construction au 9ème siècle. Mais pourquoi ? Certains experts évoquent des problèmes d’inondations. En effet, pour irriguer le temple et les rizières alentour, la rivière Opak a été détournée. Finalement, elle fut très difficile à contrôler et une partie du site est emportée avant son abandon. 

Lorsqu’il est redécouvert au 19ème siècle, les colons extraient des pierres pour décorer les jardins alors que les locaux en prennent pour construire des maisons. Ajoutez à cela plusieurs tremblements de terre et des éruptions.. cela donne un  temple qui n’a pas fière allure ! D’importants travaux de restauration sont entrepris au 20ème siècle et les temples principaux seront reconstruits à sa toute fin.

Autour du site principal se trouve une multitude de petits temples en cours de restauration. Les pierres ont été regroupées, il ne manque qu’à les rassembler. Un puzzle géant pour un travail de titan !

Que voir ?

Le complexe est composé d’une plateforme principale. Sur cette dernière on trouve : 

  • les 3 temples de la trinité hindoue;
  • ceux dédiées aux Vahanas des dieux, c’est à dire leur animal compagnon soit Hamsa, le cygne pour Brahma, Garuda, l’aigle monture de Vishnu et Nandi, la vache de Shiva;
  • des bas reliefs répartis sur l’ensemble des temples qui racontent le Rāmāyana, un poème fondateur de la religion hindouiste qui raconte l’épopée du prince Rama, réincarnation de Vishnu.

Chaque année se déroule le Prambanan Jazz Festival mettant en avant des artistes indonésiens. Des milliers de festivaliers viennent assister à cet évènement se déroulant sur 3 jours en Juillet.

 

L’ensemble principal est entouré de plus de 245 temples, construits initialement sur 4 rangées. Ils sont aujourd’hui tous détruits, certains en cours de reconstruction. Certains évoquent le principe de la caste avec 4 rangées, pour 4 castes différentes, chacune pouvant accéder à un rang.

La beauté des détails des bas reliefs est impressionnante. Mais saurez vous retrouver la princesse Rara Jonggrang ? Cette dernière a été forcée de marier le prince Bandung Bondowoso. Comme ultime condition, elle lui demande de construire 1000 temples en une nuit. Voyant que grâce à l’aide d’une aide divine, il en est à 999, elle envoie des femmes mettre le feu à l’Est du temple. Le prince l’apprend et, furieux, il transforme Rara en statue. La légende dit que c’est la plus jolie statue du temple.

Notre ressenti sur notre visite de Prambanan à Yogyakarta en Indonesie

Le coucher de soleil couvre Prambanan d’une lumière saisissante. Les temples prennent une couleur orangée entremêlés de bleu, le ciel rosit pour un panorama que vous ne verrez pas souvent dans votre vie (pour ne pas dire un panorama unique au monde). 

La conservation des bas reliefs et la précision des sculptures nous a enivré, c’est fou de se dire que le temple à plus de 1000 ans ! On regrette cependant l’absence d’un guide ou du moins d’indications informatives sur les temples. Un petit panneau n’aurait pas été de trop pour en savoir un peu plus, au moins sur les 5 temples principaux.

Ne faites pas comme nous et ne manquez pas le Sewu Temple !  Voici un petit plan qui saura vous aider dans votre quête de ce très grand site (parce qu’il n’en donne pas à l’entrée). Une partie était fermé pour nous à cause d’un festival de jazz pour notre défense mais plusieurs voyageurs nous ont recommandé cette zone désaffectée de touristes.

Prambanan attire de nombreux touristes locaux et asiatiques. Ils n’hésitent pas à vous demander de poser en selfie avec eux. Parfois, cela prend tellement d’ampleur qu’une file d’attente se forme ! N’hésitez pas à mettre un stop car cela peut devenir très pesant, notamment pour vos enfants.

💫 Autres visites intéressantes à Yogyakarta et aux alentours

A Yogyakarta

  • Warungboto Site : vestige d’un ancien palace construit par la famille royale ;
  • Fort Vredeburg museum : ancienne forteresse coloniale reconvertie en musée en faveur de la lutte pour l’indépendance indonésienne.

Aux alentours de Yogyakarta en Indonesie

  • L’ascension du volcan Merapi (2968m) : considéré comme le volcan le plus actif d’Indonésie (et dieu sait combien il y a de volcans dans ce pays), affronter cette randonnée n’est pas de tout repos. 1400 mètres de dénivelé dont cet article vous retrace le parcours et le chemin. Il est aussi possible de grimper le Mont Merbabu, son voisin d’en face. Expérience à faire avec un guide, avec ou sans tour organisé ;
  • Jomblang Cave : entre spéléologie et balade, la lumière de cette grotte vous laissera bouche bès ;
  • Drini Beach, Wediombo Beach, Ngandong Beach, Parangtritis Beach et Baron Beach ;
  • Goa Pindul Cave – Tubing : une grotte se visitant à bord de bouée dérivant au gré de la rivière ;
  • Sewu Temple, Ratu Boko, Plaosan Temple, Sari Temple, Ijo Temple ;
  • Church Chicken of Bukit Rhema : une église en forme de poulet, si ça c’est pas curieux ;
  • Hutan Pinus Pengger : spot instagram avec une main suspendue dans la vide et une belle vue sur la vallée ;
  • Hutan Pinus Mangunan : une belle forêt de pin qui rappelle les landes avant les tragiques incendies de 2022… ;
  • Tebing Breksi : une ancienne carrière de calcaire reconvertie en lieu touristique unique.

😴 Où dormir à Yogyakarta en Indonesie ?

Rappel sur notre façon de voyager :  nous dormons en général en chambre privée en hostel. En Indonésie, notre budget logement est aux alentours de 18€ la nuit. 

Nous avons fait deux adresses à Yogyakarta. Notre coup de cœur : The Patio Yogya. Située en plein Kraton, la chambre était spacieuse, décorée avec goût, climatisation. On se sent comme à la maison. Il y a un petit jacuzzi dans le patio pour se rafraîchir. Mais ce que l’on retiendra surtout c’est la disponibilité du personnel qui nous a aidé dans notre recherche d’un hôpital en urgence pour Elisa. Merci encore à eux pour ce petit coin zen en plein cœur de cette ville bouillonnante.

memoji elisa 2

Tarif par nuit en chambre privée avec AC : 200 000 roupies (13,5€).
Possibilité d’ajouter le petit déjeuner pour 30 000 roupies supplémentaires.

Si vous êtes sur un budget plus serré, vous pouvez vous tourner vers l’Hostel Los Manos. C’est plus rudimentaire en termes d’équipement mais il y a de la place et un ventilateur (ce que demande le peuple). Bonus ? La piscine qui est vraiment la bienvenue pour supporter les chauds après-midis de Yogyakarta. C’est aussi un très bon endroit pour socialiser.

memoji elisa 2

Tarif par nuit en chambre privée avec ventilateur : 120 000 roupies (8€), pas de petit déjeuner.

Le quartier de Prawirotaman regroupe le plus d’hôtels. L’influence occidentale se ressent dans la sélection des bars et restaurants des alentours. On remarquera la présence de street-art notamment du collectif Love Hate Love dont on retrouve les nombreux collages et pochoirs.

🍛 Où manger ou boire un café à Yogyakarta en Indonesie ?

Yogyakarta est une ville géniale pour découvrir la gastronomie javanaise. Voici notre liste des bonnes adresses pour s’initier à la nourriture indonésienne : 

  • goûter des lumpias sur Maliboro Street au Warung Kenangan;
  • emporter des bapkias, les gateaux locaux réalisés à la main chez Bapkia Menuk;
  • savourer un Gado Gado ou un Dadar Gulung aux terrasses Malioboro 1 devant un concert de rock : il y a plein de stands différents;
  • boire un bon café chez Sapulu Café avec un donuts pour le petit déjeuner;
  • prendre le goûter après la visite du Water Palace chez Arka Coffee and space;
  • travailler chez Pixel, un chouette espace de co-working avec de bons thés;
  • diner au milieu des voitures qui font de la lumière et boire un ronde à la place Alun Alun Kidul;
  • Kedai Kebun Forum : si ce n’est pas pour manger, vous pouvez y passer pour voir les expositions !
  • goûter la spécialité locale : le gudek, un plat à base de jackfruit chez Wijilan (ou autour, il y en a plein dans cette rue).

🥰 Conclusion : visiter Yogyakarta oui ! et sur plusieurs jours

A notre humble avis, Yogyakarta mérite plus que de s’y arrêter une journée pour visiter les temples. Ce n’est pas pour rien que c’est la capitale culturelle du pays quand même. On est face à une ville vibrante, pleine de petites adresses à découvrir en se perdant dans les rues et de scènes de rue fabuleuses. Si vous venez de Bali, c’est une atmosphère complètement différente qui se dévoile sous vos yeux petit à petit. 

Une journée au Palais du Sultan et au Water Palace, puis une journée à Borobudur avant d’aller le lendemain à Prambanan par exemple.. Pour ceux qui sont digital nomade, il y a plusieurs adresses où se poser pour travailler. Tout ça fait de Yogyakarta une ville vraiment passionnante à visiter que l’on vous recommande chaudement !

📍 Epingle nous pour visiter Yogyakarta en Indonesie

water castle yogyakarta
campagne java pinterest yogyakarta
- 7 septembre 2022

Aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

1 jour 1 corail popup