Les Paresseux Curieux

Voir le monde à 270 degrès

3 randonnées pour en prendre plein les yeux à Huaraz au Perou
Amérique du Sud, Destinations, Pérou

3 randonnées pour en prendre plein les yeux à Huaraz au Perou

Le trek du Salkantay ne nous ayant pas refroidi, on redemande de la randonnée et de nouveaux paysages ! Cette fois-ci, c’est vers la cordillère blanche de Huaraz au Perou que nous nous rendons pour clore ce périple au pays des lamas et des bonnets. 

Pics enneigés, glaciers, lagunes turquoises et randonnée en autonomie (une première pour nous), voici ce que vous allez trouver dans cet article. On vous donnera aussi nos conseils pour réaliser ces itinéraires à Huaraz sans prise de tête, avec ou sans guide, on espère que vous êtes acclimatés.  

⚠️ Stooop ! L’assurance voyage, vous y avez pensé ?

Petite parenthèse qui nous semble importante avant de commencer notre récit d’activité à risque du style cheville qui se tourne, indigestion au marché ou attaque de vache sauvage : l’assurance.

N’oubliez pas de vous assurer avant de partir à l’autre bout du monde. Plusieurs options s’offrent à vous, on vous en parle dans notre article spécial Assurance Tour du Monde. Nous avons personnellement choisi GoByAva pour nous suivre dans nos aventures. On les a tenu au courant de nos péripéties à Huaraz et ils ont toujours été là pour nous.

Le secret pour un séjour à Huaraz réussi, c’est l’acclimatation ! Réservez-vous quelques jours pour vous habituer en faisant des petites balades et en vous reposant. Ce petit laps de temps évitera bien des pépins sur le MAM (mal aigu des montagnes) qui vous frappent. Cela peut ruiner un séjour.

 

🌿 La Laguna Churup : la randonnée d’acclimatation amusante pour commencer à Huaraz au Perou

Avant de nous lancer à l’assaut de sentiers plus difficiles, nous avons décidé de partir à la rencontre de la Laguna Churup. Facilement accessible en autonomie pour quelques soles, un peu de dénivelé, c’est pour nous réacclimater après Lima que nous l’avons choisie.

memoji elisa 2Combien coûte l’accès à la Laguna Churup ? 30 soles. À payer à la petite cabane à la fin des marches. Globalement, cela correspond à 24h d’entrée dans le parc national de Huascaran.,

Première partie : la grimpette jusqu’à la Laguna Churup

Depuis l’arrêt de bus, l’accueil est réalisé par une véritable équipe d’escaliers. Pas le temps de chercher son souffle, il faut grimper. Ça fait travailler les jambes d’entrée de jeu.

Cette difficulté n’a pas été très présente pour nous puisque nous avions enchaîné le Salkantay, le Canyon de Colca et cette randonnée. Notre guide Coco nous avait dit qu’on restait en général habitués de 3 à 6 jours à l’altitude.

Ensuite, c’est notre partie préférée. Après le poste de contrôle, on fait face à la beauté des montagnes de la cordillère. Une petite cascade et surtout des petites sections en mode « via ferrata » pour nous enchanter. Oubliez le baudrier bien sûr (on est en Amérique du Sud, faut pas abuser), mais on peut se tenir à une chaîne pour gravir les rochers. Rien de bien difficile ceci-dit.

 

Arrivée à la première lagune et petit déjeuner

Après toutes ces émotions (et 1h30 de montée), vous voici face à la principale lagune de cette balade : la Laguna Churup. Nous y avons pris notre petit déjeuner. Avec le soleil qui se découvre, on peut y admirer plusieurs nuances de bleu, de vert, des algues et même du sable.

Attention à ne pas vous laisser aveugler par la Laguna Churup. La légende dit qu’une fille de berger y observa un jour de nombreux trésors. Après les avoir ramassés, elle but de l’eau du lac et se transforma en pierre. Pas de bol.

Mais nous n’en avions pas assez.. Nous avons donc pris le chemin de sa petite sœur, autrement dit le point culminant de cette randonnée à 4600m.

 

Si vous avez encore de l’énergie : la Laguna Churupita

Vous nous lisez depuis le début de nos aventures autour du monde ? Alors, vous devriez commencer à nous connaître et savoir que l’on fait rarement les choses à moitié. Une fois n’est pas coutume, quand on a deux lagunes pour le prix d’une, on fonce !

Un petit sentier longe le côté gauche de la lagune. On passe des herbes hautes à la forêt humide. Toutes ces couleurs mettent encore plus en valeur le bleu de la lagune. 

La fin ? Un peu de randonnée / escalade pour atteindre cette jolie lagune Churupita que l’on a trouvée plus charmante. Magnifique ! Ça valait le coup de grimper. A notre avis, c’est ici qu’est le spectacle.

La descente (avant 15h !)

Attention, veillez à garder un œil sur la montre si vous vous lancez dans cette nouvelle aventure. En effet, la deuxième partie rajoute environ 45 minutes de montée, et 30 minutes de descente. Ce serait dommage de louper le dernier colectivo de 16h et de devoir rentrer à pied !

Sur le chemin du retour de Chupita, on suit bien le chemin, pas comme Elisa qui s’est perdue deux fois (petit dragon boulet). Une fois arrivés à la lagune principale, vous pourrez choisir de revenir sur vos pas ou de passer par le mirador. Cela vous permettra une descente plus douce avec moins de via ferrata !

Comment se rendre à la Laguna Churup depuis Huaraz?

Rien de compliqué ! Rendez vous à la parada des colectivo sur indiquée sur Google ! On est gentil, on vous la remet.

Comptez 10 soles (soit 2€ pour le trajet). Le minibus part quand il est plein donc prenez celui qui est le plus tôt possible (entre 7h et 8h). Le dernier colectivo part à 16h de Churup.

🚀 La star des lagunas à Huaraz voire du Perou : la Laguna 69

Probablement la lagune la plus célèbre de la région de Huaraz au Perou. Mais la Laguna 69 mérite-t-elle sa réputation ? Située sur le chemin du trek de Santa Cruz (en partant de Vaqueria), elle peut se faire sur une journée depuis Huaraz ou bien pour commencer le trek du Santa Cruz. C’est vous qui voyez mais prenez en compte, si vous choisissez la deuxième option, 700m de dénivelé en plus à gravir sac chargé sur le dos.

Comment se rendre à la Laguna 69 depuis Huaraz ?

3 heures de routes infernales sont nécessaires pour rejoindre la Laguna 69. Deux options s’offrent à vous. 

  1. Tour : l’option la plus facile, on vient vous chercher devant votre hôtel pour environ 60-70 soles (10€). Vous souhaitez vous rendre au Santa Cruz après ? Négociez avec le tour pour ne faire que l’aller, et qu’il garde vos affaires !
  2. Colectivo : d’abord, il faut prendre un combi jusqu’à Yungay (direction Caraz) pour 8 soles par personne – ensuite, il vous faudra attendre le départ du premier colectivo pour Vaqueria et demander à descendre à Cebollapampa (environ 25 soles par personne). Honnêtement pour le prix de ce trajet, c’est à la tête du client, d’où le fait que ça ne vaille pas le coup de le faire par soi même.

Si vous souhaitez continuer sur le Santa Cruz ensuite, ne manquez pas les derniers colectivo au même endroit où ils vous ont laissé à l’aller. On vous conseille d’y être pour 14h, le dernier étant à 15h, on n’est jamais trop prudents car il peut être plein étant donné qu’on est en bout de route. Au final, prendre un tour avec son auberge est la meilleure option niveau temps, budget et simplicité.

Alors, cette lagune 69 ?

Une lagune qui se mérite

On va pas se mentir, la montée (surtout avec le sac pour 3 jours de trek) est terrible ! Les 700 mètres de dénivelé, ça piiiique.

La randonnée commence dans l’altiplano. Quelques vaches et viscachas nous saluent le long du chemin. On enjambe les rivières avec facilité. Puis, les choses sérieuses commencent. La première partie de la montée est plutôt douce, le chemin monte graduellement. Au bout d’1 heure on pense être arrivé. Mais cette lagune n’est pas la bonne, il reste encore 300 m à grimper. Avec le gros sac, ça rend fou. Mais on tient le coup.

Un grand waou à l’arrivée

On arrive au bout des 850 mètres de dénivelé et là, levé de rideau ! Le soleil sort brièvement de sa cachette pour projeter ses rayons sur une eau d’un bleu intense. Mais qui a fait tomber le pot de peinture au milieu des montagnes ? Par contre, on vous déconseille la baignade, l’eau est à 3°.

memoji elisa 2Pourquoi Laguna 69 ? Il semblerait que cette dernière s’appelle comme ça suite au tremblement de terre de 1869. On a quand même une autre histoire plus romantique (et dramatique) à vous raconter sur cette région, aussi connue sous le nom de la Llanganuco Valley. Les dieux auraient eu pitié de l’amour impossible d’une princesse et d’un soldat et les auraient transformés en.. montagne (on n’a pas la même notion de pitié..). Les larmes des deux amoureux formèrent les lacs et lagunes.

La descente est bien plus facile que la montée ensuite (sans blague). On la fera quand même sous la pluie. Si vous repartez pour le Santa Cruz après cette lagune, n’oubliez pas vos deux options :

  • être au niveau de la route à maximum 14h30 pour attraper le collectivo. 2 à 3 bonnes heures de route jusqu’à Vaqueria ;
  • dormir au début de la randonnée de la laguna pour attraper le premier transport le lendemain (à partir de 8h).
 

🔝 L’expérience de randonnée ultime : le trek du Santa Cruz en autonomie (2 à 4 jours)

Clou du spectacle de notre séjour à Huaraz au Perou : notre premier trek en autonomie, celui du Santa Cruz. C’est en partie pour lui et son accès pour les novices que nous sommes venus.

Il y a d’autres treks de plusieurs jours à faire dans la région, comme celui de HuayHuash qui dure de 8 à 14 jours.

Compte tenu de la fin de saison et de la pluie est bien présente, nous avions envie de souffrir, mais pas plus de quelques jours. Nous nous sommes donc lancés dans le Santa Cruz en partance de Vaqueria. On précise, car les deux sens sont possibles. Celui qu’on a fait est un peu moins pénible car on monte un coup et ça descend ensuite.

Est ce qu’on a souffert ? Oui. Va-t-on vous raconter ça dans les moindres détails ? Bien sûr !

Spoiler alerte : nous avons fait l’itinéraire prévu pour 3 jours, en deux jours. En effet, une gentille famille nous a amené de Valqueria à quasi l’entrée du parc en voiture, ce qui nous a fait économiser quelques heures de marche pas vraiment muy lindas. Ensuite, sur le retour, certains font une nuit à mi-chemin, nous avons préféré faire la descente en une fois à cause de la météo plutôt capricieuse.

Après ce petit point technique, passons directement au jour 2 de notre randonnée puisqu’on vous a raconté le jour 1 à la Laguna 69 juste au-dessus, il s’agirait de suivre !

Montée de Huaripampa à Taullipampa par la Punta Union

Un début en douceur

Après une nuit dans le jardin de cette charmante famille qui nous a conduit de Valqueria à Huaripampa, il est temps pour nous de plier bagage et prendre la route.Il a plu toute la nuit mais tout est sec ! 6h du matin, tout est plié, on décide de profiter de l’accalmie pour avancer, et prendre notre petit déjeuner quelques kilomètres plus loin.

Vous pouvez trouver quelques auberges et hôtels dans le microscopique village de Vaqueria. En vrai, il n’y a presque rien. Pour atteindre les premiers campings, il faudra marcher une bonne heure.

La première partie d’environ 5 km de long est féérique : une immense pampa entourée de montagnes de tous les côtés, des points d’eau et de nombreux animaux à observer. Biches, oiseaux en tout genre, vaches et lapins des montagnes, on s’en donne à coeur joie. Pas de problème pour l’eau si vous avez une Lifestraw sur cette partie là non plus, la rivière coule à vos pieds. Nous sommes passés devant un poste de contrôle qui était bien vide. Sinon il aurait fallu se délester du prix d’entrée de 30 soles par jour et par personne.

La montée (de la muerte) : bienvenue dans le mordor

Après ce paysage digne des songes les plus fous, ça commence à monter. Au début c’est facile, ça serpente, c’est mignon. Ensuite, la grêle se joint à la fête. Ça rend tout de suite les choses plus compliquées. Après plus d’1h30 de montée, on commence à se demander où est ce que ça finit cette affaire parce que ça commence à être un peu long et de plus en plus pentu. 

On arrive face à une première lagune, Mimi a repéré qu’il fallait en passer 3 avant d’arriver au “sprint final”. Ras la casquette de la montée sous la pluie, c’était sans compter sur le chemin qui disparaît pour laisser place à des grosses pierres. “C’est sûrement là-haut” dit Mimi.. on arrive en haut et là.. la vision d’horreur. On voit le passage, la Punta. Effectivement ça unit bien les deux côtés mais il nous faut passer par une chemin en escalier qui serpente entre deux montagnes.

On est à bout de force tous les deux, presque 1400m de dénivelé, un temps de chacal, un passage en roche sombre.. c’est vraiment le Mordor. Si on était Frodon, on aurait lâché l’anneau et fait demi-tour. On y arrivera finalement exténués, Elisa en larmes. Le soleil sort, la vue est spectaculaire, on est fiers d’être arrivés au bout. On a même pu faire voler le drone qui nous a ramené de belles images.

Punta Union

memoji elisa 2Y-a-t-il moyen de moins subir cette montée ? Nous vous conseillons de prévoir la première nuit en bas de la montée, à Huaripampa, à la fin de la pampa. Cela vous fera gagner du temps et de l’énergie. Notons qu’il est donc compliqué de combiner la Laguna 69 à cette option (sauf si on dort une nuit à Vaqueria, une nuit en bas de la Punta Union et une nuit après la Punta Union).

Derrière ce passage se cache une magnifique lagune bleu turquoise. Une jolie récompense en plus de la traditionnelle photo souvenir en compagnie de l’altitude.

Descente et mise en place du campement à Taullipampa

Après avoir lâché nos larmes et fait notre offrande à Pachamama, il était temps pour nous de redescendre. Bien plus agréable que la montée, nous arrivons à notre campement à point nommé, la pluie reprend. On pose rapidement la tente à quelques mètres du ruisseau et on s’enferme dedans. C’est parti pour cuisiner une nouvelle fois à l’abri ! Aucun problème pour se ravitailler en eau encore une fois.

Toujours plus bas de Taullipampa à Cashapampa

Reveil blanc

Le lendemain matin, on se réveille après avoir dormi de 18h à 6h du matin, une bonne grosse nuit. On ouvre la tente et là, après la pluie, la grêle, c’est la neige qui est tombée ! Les nuages blancs duveteux n’ont pas encore quitté les lieux et le paysage se couvre d’un léger manteau blanc, on décide d’attendre que ça se calme pour déplier.

7h30 du matin, c’est parti, on a une ouverture. En moins de 10 minutes, le matériel est rangé et nous sommes en route, déterre comme jamais.

memoji elisa 2Si vous avez suffisamment d’énergie, dites bonjour à la lagune Arhuaycocha.
Mais il faut faire un détour et grimper à nouveau, on a dit stop.

A quoi ressemble la descente ?

Sur la descente, nous passerons encore une fois par des paysages très différents : pampas, étendues désertiques, rivières, grandes lagunes.. Il y a des campements informels un peu partout. Dans notre cas, le campement Llamacoral était peut être informel pour les humains mais pas pour les vaches qui en avaient pris possession ! Finalement, nous ferons l’ensemble de la descente jusqu’à Cashapampa d’un seul trait en se disant “on trouvera plus loin”. Nouveau point de contrôle au début (fin) de la randonnée. Toujours personne. Chance.

Retour à Huaraz

Les derniers colectivos partent de Cashapampa à 15h en direction de Caraz. 25 soles par personne pour 1 heure de route. 

Par chance, nous sommes arrivés pile à temps ! Si ce n’est pas votre cas, trouvez vous un campement avant les 3 derniers kilomètres qui sont 1) pas drôles 2) sans opportunité de camp. 

De Caraz, attrapez un collectivo pour Huaraz à 10 soles par personne. 1h30 pour vous reconnecter aux réseaux car ça ne capte rien là haut !

Que prendre dans son sac pour faire le trek du Santa Cruz en autonomie ?

Voici la check list du combattant pour affronter cette aventure en autonomie : 

  •  Tente (testez là avant de partir pour vérifier qu’elle n’a pas de trou)
  • Tapis de sol
  • Duvet (attention à la température de confort, on était sur du -10°)
  • Doudoune légère
  • Polaire
  • Imperméable Goretex (ça pleut fort)
  • Bonbonne de Gaz + réchaud + briquet + popotte
  • 1 pantalon de randonnée + 1 legging
  • 2 Tshirts en mérinos si possible
  • Sous-vêtements de rechange et chaussettes en mérinos
  • Paille, gourde filtrante ou micropure
  • Frontale

Qu'acheter à manger pour faire le trek du Santa Cruz en autonomie ?

Pour vos repas, attention à prendre léger : la liste juste au-dessus est déjà bien lourde sur votre dos. Voici ce que l’on vous conseille pour 3 jours, 2 repas par jour (sauf le dernier) et 1 petit déjeuner (pour 2) :

  • 2 sachets de purée 
  • 6 paquets de nouilles instantanées
  • 2 paquets de barres de céréales
  • 500g de fruits secs en tout genre
  • 1 boîte de thon
  • 3 sachets d’avoines
  • Thé ou café en poudre

L’ensemble de ces denrées peut être trouvé au Marché central ou en supérette.

que manger en bivouac

Où louer son matériel pour le trek du Santa Cruz ?

louer materiel huaraz perou andes camping

A moins que vous ne soyez des voyageurs équipés pour la randonnée, il y a de fortes chances que vous arriviez au Perou, à Huaraz, sans matériel. Ne vous inquiétez pas, il est facile de louer son équipement pour affronter toutes les conditions climatiques. 

Nous avons personnellement choisi de faire confiance à Andes Camping. Le gérant de la boutique a vraiment pris son temps pour nous expliquer en détail l’itinéraire, essayer le matériel etc.. ce qui était très rassurant pour notre première expérience en solo. 

Verdict sur le matériel ? Super qualité, nous avons été au sec et bien au chaud ! C’était d’ailleurs quelque chose qui nous faisait peur. Un peu humides certes parce que nous montions et démontions quasiment toujours sous la pluie mais malheureusement il faut faire avec ! Le réchaud a tenu plus que nécessaire. 

Le prix ? Comptez 25 soles par jour pour la tente, 20 soles par duvet, 7 soles pour le réchaud, idem pour les matelas.

Notre avis sur le trek du Santa Cruz

Le trek du Santa Cruz est réputé pour être accessible à des randonneurs sans expérience. C’est donc une excellente opportunité de se lancer dans son premier trek en autonomie.

De notre côté, ce fut une première et une belle expérience. La variété des paysages nous a tenu en haleine tout du long. L’accès à l’eau est facile. Avec une météo plus décente, cela aurait été encore mieux. A refaire prochainement avec un sac plus léger et un nouveau décor.

🏔 Autres suggestions de randonnée à Huaraz au Perou

Notre corps n’étant pas inépuisable, nous avons dû faire des choix lors de notre passage à Huaraz pour aussi nous reposer. Huaraz et sa cordillère blanche détiennent une quantité de lagune assez incroyable. Fatigué de trouver des noms, certaines se prénomment avec un numéro.

La randonnée de la laguna Wilcacocha est très bien pour ceux qui veulent s’acclimater. Sinon, on vous partage la randonnée de la Laguna 513, celle de la laguna Radian (à vérifier s’ il y a de l’eau) et celle de la laguna Paron. Au bout d’un moment, on en a eu un peu marre des lagunes !

Si vous devez choisir un tour à la journée, partez sur la laguna 513 ou le Glacier Pastoruri qui a l’air assez dingue.

Le trek du Santa Cruz n’est pas l’unique opportunité de se mettre à l’épreuve en autonomie à Huaraz. Vous trouverez aussi le HuayHuash qui dure de 6 à 14 jours, le Quilacayhuanca de 3 jours ou le Olleros de 3 jours aussi. Différents sommets sont à atteindre si vous vous sentez à la hauteur !

🏘 Où loger à Huaraz au Perou ?

Détruite en 1970 par un séisme, la ville de Huaraz au Perou semble toujours être en reconstruction. L’église principale n’a toujours pas de toit par exemple. Ainsi, soyons direct, la ville en elle même est plutôt moche et sans intérêt. Cependant, même si on ne sifflera pas Huaraz dans la rue, sa beauté est intérieure. Nous avons bien aimé l’atmosphère, avec son marché, ses terrasses et sa vue imprenable sur les montagnes. Mention spéciale aux bancs sous les arcades aux formes.. suggestives !

Nous avons posé nos valises au Caroline Lodging que nous recommandons chaudement à notre tour puisque nous avons découvert cet hôtel grâce à d’autres voyageurs. 

L’accueil réservé par Paul (de Belgique !) et sa famille (Bolivienne) est vraiment top. C’est un chevronné de la montagne et il saura vous dispenser de très bons conseils en 7 langues différentes !

Notre bus est arrivé à 7h du matin et nous avons pu récupérer notre chambre sans coût supplémentaire et même profiter du petit déjeuner. Les chambres doubles sont plutôt spacieuses, avec une salle de bain privative, de l’eau chaude et des espaces communs avec une cuisine vraiment chouette avec une vue sur les montagnes.

memoji elisa 2

65 soles pour la chambre privée avec salle de bain (petit déjeuner inclus) si vous réservez en direct avec eux. Un peu plus sur booking (quelques PEN mais c’est pas la mort). En pleine saison, réservez à l’avance, c’est souvent plein.

🌁 Quand partir pour randonner à Huaraz ?

Grande question les amis ! On sait bien que niveau météo, il y a ceux qui ont un chat noir et les autres. Cependant, tentons de changer en gris la couleur de ce chat.

Pour bénéficier de conditions climatiques favorables et avoir une bonne expérience, il est vraiment important de prendre la saison en compte. Au Pérou, c’est simple, deux saisons, une sèche et une humide. La saison des pluies porte bien son nom : orage, coulée de boue, pluie torrentielle… Et en montagne, c’est loin d’être amusant, croyez-nous. 

Les mois de Mai à Septembre marquent la saison sèche. Ici, peu de chance d’avoir de la pluie, conditions idéales pour randonner. Plus on se rapproche de Novembre, plus le risque de précipitation est élevé et ça se complique. Mais à quoi s’attendre lorsque l’on visite Huaraz au Perou lors de la saison des pluies ? On vous raconte ça juste après. 

Cette dernière s’étend de Novembre à Février. Fin octobre, nos matins étaient généralement ensoleillés mais se gâtent avec de la pluie à partir de 14H pendant une durée indéterminée. Celles-ci peuvent durer toute la nuit, voire de la neige en altitude. Prenez bien ça en compte dans l’organisation de vos journées ! Sortir de sa tente sous la pluie, il faut du moral !

🍍 Où manger à Huaraz ?

Après (ou avant) une randonnée, il faut prendre des forces. Pour cela, les paresseux gourmands ont testé quelques adresses pour le plaisir de vos papilles : 

  • Crêperie Patrick : institution pour manger des crêpes OU, encore mieux, une raclette pour 90 soles (18€) pour deux. C’est un peu cher, mais après avoir mangé des noodles pendant 3 jours, votre corps vous remercie;
  • Pâtisserie Beijelli : les meilleures mousses de la planète ! Du moins c’est que crie haut et fort mimi ;
  • Café Trivio : du bon café, des gâteaux aux petits oignons (maracuya forever) et un endroit cosy avec une bonne connexion internet, idéal pour travailler ;
  • Pizzeria Mi Comedia : à partir de 30 soles la pizza, mais alors quelle pizza les amis ! Cela faisait bien longtemps qu’on avait pas mangé une si bonne mozza ;
  • Le comedor dans l’hôtel Mirador Alpamayo : en face du marché pour 15 soles le menu du jour, franchement le meilleur comedor jusqu’à présent ;
  • Café restaurant Mamma Mia : 14 Sol le menu du jour franchement goûtu, du bon café, un WIFI de qualité. Ça rentre dans notre Top 2 des endroits où travailler à Huaraz ! En même temps, on en a fait que 2.

🏞 Alors, randonner à Huaraz au Perou, ça vaut le coup ?

Pendant notre semaine à Huaraz, nous avons eu l’occasion de faire à la fois des excursions dites à la journée (on peut compter la Lagune 69 comme telle) et un trek en autonomie sur plusieurs jours. A la grande différence des randonnées avec guide ou à la journée, nous avons beaucoup souffert de notre chargement pendant le trek en solitaire (qui aurait sans doute était bien plus simple sans les sacs). 

Cependant, nous n’avons pas du tout souffert de l’altitude comme d’autres voyageurs et avons quand même fini le Santa Cruz en 2 jours (au lieu de 3). Ce n’est donc pas ridicule ! A l’avenir, on préfèrerait faire ce genre de trek en semi autonomie (avec des refuges, donc des sacs moins lourds) ou l’été, avec moins de risques que les éléments se déchaînent sur nos petits corps ! 

Sinon, une expérience que l’on recommande à 100%. Cette dernière nous a vraiment mise face à nous même. Quand on est seul dans la montagne, on n’a pas le droit à l’erreur et quand il faut y aller.. il faut y aller (y’a pas de mule pour te rapatrier). Merci Huaraz de nous avoir appris cette leçon de vie !

🤓 Epingle ce guide complet pour randonner à Huaraz, au Perou

epingle pinterest huaraz perou
trek santa cruz pinterest
randonner santa cruz
- 10 décembre 2021

4 Commentaires

  • Guide voyage Perou : itinéraire et conseils pour explorer le pays des lamas 1 mai 2022 at 6:56

    […] Huaraz, c’est la capitale du trek au Pérou. Si vous pensiez en avoir eu assez à Cusco, c’est raté ! Si vous n’aimez pas la randonnée à la journée ou le trekking sur plusieurs jours, oubliez clairement cette étape. […]

    Reply
  • Margaux Lalanne 19 janvier 2022 at 5:08

    Excellent cet article !!!
    Je ne connaissais pas du tout ce coin du Pérou, encore moins les randonnées qui vont avec…
    C’était un voyage en projet en 2021, j’espère le faire en 2022. Je viendrai vous piquer quelques tips :p
    Besos et belle continuation à vous !
    Margaux PI-SA

    Reply
    • mimis75002 22 janvier 2022 at 1:06

      Merci Margaux pour ce super commentaire ! Nous sommes vraiment contents que cet article te donne envie de visiter cette région du Pérou. On croise les doigts pour que ton projet se réalise cette année 😉 N’hésites pas à nous envoyer un message sur Instagram si tu as besoin de plus d’informations ou si tu as des questions 🙂

      Reply

    Laissez un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    1 jour 1 corail popup