Les Paresseux Curieux

Voir le monde à 270 degrès

Chichen Itza, cenote… Visiter Valladolid et ses alentours
Amérique Centrale, Destinations, Mexique

Chichen Itza, cenote… Visiter Valladolid et ses alentours

Pyramides Mayas de Chichen Itza, cenote mystérieuse, et bien sûr par une visite de la jolie ville coloniale. Seconde halte de notre road trip dans le Yucatan et le Quintana Roo, bienvenue à Valladolid et sa ribambelle de merveilles en tout genre. Nous vous racontons notre séjour et nos astuces pour vous inspirer de belles aventures. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’en est passé des choses à “La ville héroïque” , le petit surnom de Valladolid au Mexique !

🎨 Valladolid, une belle introduction aux villes colorées du Mexique

Visiter Valladolid moins bête : le petit point culture

Situé sur les terres du Yucatan depuis que les Mayas s’y sont installés (c’est-à-dire, il y a très très longtemps), vous êtes dans une des villes les plus vieilles de la région. Répondant d’abord au nom de Zaci, en l’honneur du chef maya Anhsaciual, élevé au rang de dieu par ses habitants, elle fut renommée Valladolid lors de sa conquête par les Espagnols. 

Bien avant cela, la ville était déjà très importante. Sa proximité par rapport aux cenotes (les points d’eaux sacrés) et des différentes cités mayas en fait déjà un lieu de choix pour les échanges et le commerce. 

L’arrivée des aficionados de chorizo se fera dans la douleur. Après avoir subi un épisode de fièvre jaune et une météo très défavorable, Francisco Montejo, le chef de cette expédition, décide de s’installer à Zaci. Les habitants se défendent mais finissent par tomber.. De cette conquête né un fort ressentiment du peuple envers les conquistadors (encore plus qu’ailleurs quoi). 

Depuis lors, Valladolid reste une ville rebelle et porte d’ailleurs le petit surnom de “La Ville Héroïque”. Ce n’est pas une, mais deux révolutions qui y ont eu lieu. Au 19ème siècle, la “Guerra de Castas” oppose les populations mayas aux “blancs” (ici Mexicains d’origine espagnole) qui accumulent toutes les richesses. De manière similaire, le mouvement de rébellion, contre le président Mexicain Porfirio Díaz, prit racine dans la région au 20ème siècle. 

Maintenant, vous savez que vous mettez les pieds dans une ville révolutionnaire marquée par l’Histoire.

Que faire à Valladolid : les principaux points d’intérêts à ne pas louper en ville

Valladolid se visite facilement en une petite journée. Encore mieux, cela se fait complètement à pied. Idéal pour se perdre dans les ruelles colorées et trouver un mur correspondant à votre couleur favorite. Voici une rapide introduction aux incontournables :

  • Mercado de las Artisanias : il se situe près de la place principale et vous permettra d’admirer diverses créations. Faites particulièrement attention aux tissus puisque la première fabrique a été installée à Valladolid;
  • Place centrale Francisco Cantón : fleurie, le parfait endroit pour manger une glace ou se dire des messes basses sur les sièges des confidences. Le week-end, on y trouve un marché;
  • Calzada de Los Frailes : la rue à ne pas manquer : bordée de belles maisons colorées (et d’une hutte maya), on regrette cependant les voitures qui gâche la vue sur les photos;
  • Déguster les Lomitas de Valladolid : la spécialité de la région, du porc cuit dans un bouillon de tomate à l’ail. Yummy !
  • Couvent San Bernadino of Siena : construit sur une ancienne cenote, il y a un musée à l’intérieur avec des objets curieux retrouvés dans ces lieux mystérieux. Tous les soirs, il y a un spectacle son et lumière projeté sur les murs;
  • Casa de los Venados : nous ne l’avons pas faite et on regrette ! Ce musée qui propose plus de 3000 oeuvres folkloriques mexicains (100 pesos l’entrée) se réserve à l’avance;
  • Mercado Municipal Donato Bates : parce que c’est toujours cool d’aller au marché faire quelques emplettes non ?

Envie d'autres idées ?

A la recherche d’autres idées ? Nous sommes tombés sur cet article du Yucatan Today et franchement, ça a l’air pas mal ! Au programme : pas de Chichen Itza mais cenote, et d’autres ruines.. C’est différent de ce que l’on vous propose ! Jetez y un coup d’œil. Si vous passez plusieurs jours dans la région. 

Ne pas manquer l’instant baignade : la cenote Zaci

LA cenote en plein centre-ville à visiter lorsque l’on est à Valladolid. C’est quand même complètement fou de trouver un trou d’eau de cette taille là à cet endroit. En plus, ça ne fait pas la taille d’une baignoire, mais plutôt une piscine de 45m de diamètre que vous allez découvrir.

Envie d’un rapide descriptif pour vous mettre l’eau à la bouche ? Il y a une eau couleur lotus, des poissons chats trop mignons, deux endroits pour sauter.. Bref, un espace fun non négligeable dans lequel on peut se baigner sans gilets de sauvetage et on ne paye que 30 pesos. Que demande le peuple, je vous le demande !

memoji elisa 2Si la cenote Zaci a du charme, cette dernière est le théâtre d’une légende tragique. Sac-Nicte est la fille de la sorcière du village. Elle tombe folle amoureuse du prince Hul-Kin. Par amour, elle renonce à sa virginité pour lui. Le père de ce dernier, l’apprenant, envoie son fils à l’autre bout de la région. La jeune fille en est très triste et sa grand-mère la sorcière essaie de faire revenir le prince à l’aide d’incantations. Chaque nuit, Sac-Nicte se baigne ainsi dans la cenote, dans l’espoir de faire revenir son bien-aimé. Malheureusement, elle apprend qu’il va se marier avec une autre. Désespérée, elle accroche une pierre au bout de sa chevelure et se jette dans la cenote. Hul-Kin ressent alors une émotion très forte et rentre à Zaci. En apprenant le funeste sort de sa belle, il se jettera aussi dans la cenote.

🏛 L’incontournable de la région : Chichen itza et les cenotes sacrées

Entre nous, ce n’est pas Valladolid qui est sur le bout de lèvres des voyageurs lorsqu’on leur parle de cette région. Pourquoi ? Car la ville est dans l’ombre de la célébrité d’une des merveilles du monde moderne : Chichen Itza. Après avoir fait les temples de Tikal et Yaxha, nous étions très curieux de découvrir celle dont on parle tant et qui les aurait détrônées bien des années auparavant ! Suivez le guide pour préparer votre journée à la rencontre de cette pyramide aussi impressionnante que légendaire. 

Avec ou sans tour : comment aller à Chichen Itza ?

Commençons par la première question que vous vous poserez avant même d’être sur place : faut-il prendre un tour pour visiter Chichen Itza et une cenote ? Cela dépend de votre situation comme toujours mais globalement, nous pencherons plutôt pour un non.

Il est en effet très facile de se rendre à Chichen Itza en bus depuis Valladolid. Par contre si vous souhaitez faire Chichen Itza et une cenote, cela semble un peu plus compliqué (et encore, en taxi, ça doit se faire moyennant finance). Un tour est donc peut-être préférable. Si vous avez loué une voiture, ne vous posez pas la question, faites le par vous même.

Pour ceux qui souhaitent prendre le collectivo (le bus normal), vous le trouverez Calle 39 No. 215, entre les numéros 44 et 46.

Visiter Chichen Itza : avec ou sans guide ?

Maintenant, vous êtes sur site. Naturellement une autre question viendra à votre esprit : faut-il prendre un guide pour visiter Chichen Itza ? Nous n’en avions pas pris, nos amis, eux, l’ont fait. Nous pensons qu’il est intéressant, pour un premier contact avec la civilisation et l’architecture maya, de prendre un guide. En effet, au Guatemala, pour nos deux visites à Tikal et Yaxha, nous avons été accompagnés par un guide pour 4 ou 5€ à chaque fois.

Après avoir débriefé avec nos amis de leur visite avec le guide, en prenant en compte le prix pratiqué (environ 8€ par personne pour un groupe de 6), il nous semble que prendre un guide n’est pas nécessaire pour visiter Chichen Itza. D’autant plus si vous avez téléchargé avant de venir le super guide PDF qu’on vous a trouvé (en cliquant juste là).

Qu’on se le dise, nous n’aurions pas compris grand-chose sans ce merveilleux fascicule en ligne. Si vous ne voulez pas lire en visitant (et que vous avez un budget) : prenez donc le guide. C’est dommage de ne pas se pencher sur les détails des temples et les comprendre. Parce que pour nous, c’est la conservation des détails et des couleurs qui fait la richesse de Chichen Itza.

memoji elisa 2L’entrée à Chichen Itza vaut 23€ (oui oui ça pique), 4€ d’entrée et 19€ de taxe fédérale. Donc si vous êtes sur un budget serré vraiment, n’oubliez pas le guide PDF ! Entrée avec un drône, un trépied ou un animal domestique est interdit. L’utilisation d’une caméra, pas d’un appareil photo, type gopro ou camescope est payante.

Quelques informations pour curieux qui partent à la découverte de Chichen Itza

memoji elisa 2Commençons direct par un conseil de choix : venez à l’ouverture ! Dès 9h00, le site est vide, tant est si bien que vous pourrez prendre comme nous, des dizaines de photos tranquillement avec la pyramide juste pour vous. A partir de 11h30, quand vous partirez, vous penserez fort à nous en nous remerciant : il y a foule, ça fait du bruit, et absolument tous les marchands sont arrivés en plus des touristes et des tours.

Il est légitime de se demander en quoi Chichen Itza était une importante dans la civilisation Maya Classique (début Postclassique). Cette cité sacrée, c’était le Vatican des Mayas, un centre religieux très haut placé. Elle servait aussi de capitale administrative de la région ainsi que plaque tournante pour le commerce. La population a atteint 50 000 habitants (la moitié de Tikal par exemple).

Maintenant que vous avez lu ce premier conseil très important, nous pouvons partir ensemble pour une rapide découverte du lieu avant votre visite.

La pyramide principale

Après les pyramide de Tikal qui nous avaient enchantés, c’est avec admiration que l’on s’arrête devant la principale image de Chichen Itza. Une petite (grande) merveille qui illustre bien les techniques de construction mayas. Elle se compose de 9 plateformes et de 91 marches. Chaque marche représente un jour de l’année (91 x 4=364, soit le nombre de jours du calendrier maya). 

Le serpent, symbole du dieu tout-puissant Kukulkan, habille l’entrée de l’ensemble des escaliers. A un certain moment de l’année, il est possible de voir  son ombre le long de la pyramide. Ne manquez pas de claper dans vos mains pour écouter l’écho si spécial typique mayas. Il parait que ça ressemble au cri du quetzal (mais ça, on ne le saura jamais, puisqu’on en a jamais vu).

L’autel de sacrifice

Non loin de la pyramide principale, vous trouverez l’autel des sacrifices, ou Tzompantli. Habillés de crânes sculptés, c’est ici qu’étaient disposées les têtes des sacrifiés. Les détails des bas reliefs sont encore impressionnants. On y distingue même encore des restes du revêtement mural rouge.

Mais vous nous aviez dit que les mayas ne faisaient pas de sacrifices humains ? C’est vrai. Cependant, on observe à Chichen Itza une hybridation des cultures avec un mix des pratiques aztèques et mayas. Cela explique un recours au sacrifice plus violent sur ce site.

Le jeu de balle

Vous êtes ici face à l’un des plus beaux terrains de jeu de pelota que nous avons eu la chance de voir. Tout est très bien conservé, contrairement à ceux de Tikal ou Yaxha.

Les bas reliefs qui ornent l’ensemble sont absolument magnifiques. On peut y admirer des guerriers, des sacrifices et le dieu Kukulkan. Peut-être même aurez vous la chance de le croiser en personne (non je déconne, c’est juste un iguane..). Les fameux anneaux en pierre sont bien présents, surplombés par les tribunes présidentielles.

La place des colonnes

Impressionnante, cette place est composée de plus de 1000 colonnes, anciennement rattachées au temple des guerriers. Nous avons été touchés par l’interprétation qui peut être faite de ce groupement. En effet, certains les lisent comme les milliers de questionnements et de souffrances qu’il peut ressentir. Chacun étant représenté par une colonne. 

Si toutes ces explications vous ont plu, n’hésitez pas à consulter le guide qui explique tout cela en profondeur, idéal pour vous accompagner dans votre visite et éviter le contact visuel avec les vendeurs de souvenirs (à la longue c’est usant).

Peut-on se baigner dans les cenotes de Chichen Itza ?

Chichen Itza, cenote.. les connexions se font.. Et bien malheureusement non mes amis, pas sur place ! Et de toute manière, quand vous les voyez pendant la saison des pluies, ça ne donne pas envie ! Contrairement à celles dont on va vous parler un peu plus bas, c’est une eau croupie marron…un peu pas ouf quoi !

La cenote principale était un lieu important dans les pratiques religieuses. En arrivant, on peut observer les restes d’un petit bâtiment en pierre. Il s’agissait de la pièce où les sacrifices étaient purifiés, au cours d’une cérémonie de Temazcal (bain de vapeurs), avant de connaître leur destin tragique.

cenote de chichen itza

Qu’est ce que nous avons pensé de Chichen Itza ?

Il s’agit d’un très bel ensemble, d’époque beaucoup plus récent que les temples que nous avions vu au Guatemala. Nous avons été séduits par les détails et l’état de conservation des bâtiments. Les espaces sont verts, mais ce n’est définitivement plus la jungle. Mimi a adoré le jeu de balle, il s’est pris pour un joueur et nous a sorti son plus beau déhanché. La pyramide principale trône magistralement au milieu du site et les bas reliefs sur la place centrale mettent en avant des faits très intéressants.

Si on compare avec les autres ruines du Guatemala, on ressent vraiment l’influence aztèque, notamment sur les sacrifices religieux et la place de la guerre.

Cependant, nous avons été déçus du côté « Disneyland » de Chichen Itza : les vendeurs ambulants arrivent chaque matin en masse et prennent place sur l’ensemble des sentiers de la cité. Cela dénature un peu l’ambiance et oui, le bruit du jaguar c’est marrant, mais au bout de la 10ème fois..  Aussi, on avait préféré le côté « temple perdu » de Tikal et Yaxha qui sont vraiment en plein milieu d’une jungle épaisse, avec beaucoup d’animaux.

Si nous savions que nous ne pourrions pas faire voler le drone (même si franchement.. c’était écrit nulle part sur le site officiel), nous avons aussi été surpris de devoir laisser notre trépied à l’accueil.  Un conseil : prenez-en un de poche pour Smartphone si vous souhaitez faire des photos. Le personnel sait très bien traduire “trépieds” en plusieurs langues, n’en parlez donc pas avant d’être à l’intérieur du site.

🏊🏼 Après Chichen Itza, se rafraîchir dans une cenote

Visiter les pyramides, les sacrifices etc.. Ça donne chaud non ? D’autant plus si vous êtes le sujet du sacrifice. C’est là où on vous conseille deux cenotes aux alentours de Valladolid que nous avons testées. Et il y en a encore plein d’autres !

Si la majorité des visiteurs se rendent à Ixmil (150 pesos par personne pour une cenote, c’est un peu cher) qui est à moins de 5 minutes du site archéologique, nous avons choisi de passer notre chemin et d’aller en explorer d’autres pour éviter le flot humain et les prix pratiqués post COVID. 

Attention, la plupart des cenotes ferment à 17h. Donc soyez prévoyant, surtout si vous avez plusieurs choses de prévues dans votre journée. Nous avions une voiture sur place, on vous conseille de vous renseigner auprès des locaux ou de votre hotel/auberge pour connaître les différentes manières d’y accéder.

Cenotes Suytun et Kaa Pe

Point info des Mimis (toujours là pour vous servir).
Entrée : 150 pesos (oui oui, l’époque des 60 pesos est révolue)
Parking : Oui, et même gratuit
Gilets de sauvetages : obligatoire, mais compris dans le prix de l’entrée
Localisation : plutôt vers Valladolid (20 minutes en voiture)

Vous la connaissez déjà sans la connaître puisque c’est probablement la plus célèbre d’Instagram ! Avec sa plateforme qui permet d’avancer sous un halo de lumière, on comprend l’intérêt photographique du lieu. Lorsqu’il fait beau, les filets de lumière sont très forts. S’il pleut, ce sont des petites gouttes qui viennent vous chatouiller le haut des cheveux (ou du crâne pour nos amis sans cheveux). 

Cependant, c’est bien évidemment devenu le fond de commerce de ce trou d’eau et c’est un peu dommage.. Si vous ne venez pas tôt le matin, il faudra faire la queue comme pour prendre une photo avec Mickey à Disneyland.

Ne manquez pas de faire un petit coucou à sa copine Kaa Pe ! Un grand trou ouvert, avec des arbres en son centre. Il s’est mis à pleuvoir quand nous y étions, le spectacle est fascinant, comme une barrière d’eau.

Cenotes Samulah et Xkeken

Point info des Mimis (on a pas menti, on est toujours là)
Entrée : 120 pesos
Parking : Oui, gratuit
Gilets de sauvetage : obligatoire, peuvent être remplacés par des bouées rigides (pas une bouée licorne malheureusement) à louer 25 pesos.
Localisation : entre Chichen Itza et Valladolid

Sur la route pour rejoindre Chichen Itza et Valladolid, les cenotes de Samulah et Xkeken sont massives ! Soyez prêts à être impressionnés. Si un 200 mètres nage libre vous titille depuis un moment, sachez que vous allez pouvoir faire des longueurs, les deux sont vraiment grandes. Gilet obligatoire par contre, tout de suite moins stylé la nage papillon, bande de frimeurs !

Difficile de dire celle que l’on a préférée. Les deux nous ont donné l’impression en direct de la batcave. Le Cenote Samulah est dans une caverne, où on rentre par une série de marches un peu glissantes. Le halo de lumière y est très fort, c’est envoûtant. Nous étions seulement tous les 4 à nous baigner, un moment magique avec nos bouées, les parois rocheuses et les stalagmites.

La deuxième, Xkeken, est la plus grande du binôme. On dirait une piscine creusée dans la roche. Il est possible de s’asseoir sur des petits tas de rochers pour contempler sa grandeur et faire un beau cliché.

❤️ Notre avis sur Valladolid, Chichen itza et les cenotes ?

Si c’est sur la péninsule du Yucatan que vous avez jeté votre dévolu, il vous faut visiter Valladolid pour avoir une idée d’une ville traditionnelle mexicain. Autant d’un point de vue architectural que sur la culture de la région. Par contre, si vous avez fait le Chiapas, Oaxaca ou Mexico City et ses environs, elle vous semblera très occidentalisée (et ses prix aussi !!).

Visiter Chichen Itza et des cenotes est un incontournable, qu’on se le dise. A faire au moins une fois, surtout si vous n’avez jamais visité de site maya. Enfin, les cenotes, si la facture peut vite grimper si on en fait toute une palanquée, il est indispensable d’aller y faire un plouf dans au moins deux ou trois. Elles sont toutes différentes avec leur charme et vous trouverez forcément votre bonheur !

C’était tout pour nous, à vous les studios.

🐒 Epingle nous pour découvrir Chichen Itza, cenotes et Valladolid

pinterest chichen itza cenote
pin chichen itza cenote
valladolid pinterest
- 21 juillet 2021

4 Commentaires

  • Visiter Oaxaca : idées de day trip du Mezcal aux ruines de Monte-Alban 17 octobre 2021 at 12:26

    […] Visiter Oaxaca au Mexique, sans faire une petite ruine… ce serait quand même fou d’y penser non ? Surtout lorsque l’on sait que Monte Alban est un des derniers bastions Zapotèque observable au Mexique. Suivez le guide pour ne pas passer à côté de cette cité que l’on classe facilement dans notre top 3 des ruines au Mexique. […]

    Reply
  • Pauline 12 septembre 2021 at 12:02

    Super, un tout grand merci pour votre blog, c’est vraiment une mine d’infos! 😉

    Reply
    • mimis75002 13 septembre 2021 at 6:33

      Merci Pauline ! Ca nous fait très plaisir, déjà d’avoir un retour, et ensuite de savoir que cela a pu t’aider dans tes recherches 🙂
      Si tu as des questions plus spécifiques, n’hésites pas à nous envoyer un message sur Instagram 😀

      Reply
  • Road trip dans la péninsule du Yucatan : guide complet pour la kiffance 2 septembre 2021 at 12:18

    […] c’est au tour de Valladolid d’être passé au peigne fin. Un excellent point de chute pour visiter les alentours avec Chichen Itza et des cenotes. Une bien belle ville coloniale, colorée à souhait dont le tour se fait en une journée (baignade […]

    Reply
  • Laissez un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *